Ensauvagement ?

Depuis l’été, le terme d’ensauvagement est revenu sans cesse sur le devant de la scène politique. Le Ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, l’a ainsi employé à plusieurs reprises pour qualifier une certaine « banalisation de la violence ».

Popularisé par le livre de Laurent Obertone, La France Orange mécanique, ce terme s’est progressivement intégré dans la rhétorique de l’extrême-droite. Il s’est, depuis, étendu à une sphère politique toujours plus importante, contaminant la droite radicale, puis la droite traditionnelle, trouvant même des points d’appui dans une certaine gauche ambiguë. Paradoxalement, il n’est pas né à l’extrême-droite. Ainsi, pour nous, le terme d’ensauvagement ne peut que renvoyer au discours sur le colonialisme d’Aimé Césaire  :

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral […], au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. (Extrait du Discours sur le colonialisme, Césaire, 1955).

Mais dans l’esprit, et dans la bouche de ceux qui l’emploient, ce n’est pas ce processus de violence par lequel l’impérialisme et le colonialisme décivilisent les individus. C’est au contraire un implicite colonial et raciste, qui renvoie à une imagerie de hordes ravageant tout sur leur passage, de khanats de bandits. Cette rhétorique, qui oppose civilisation – et quelle civilisation des individus à la haute moralité, tel que Darmanin incarnent  ! – et barbarie sert la soupe à la réaction la plus virulente. Cette croisade pour la civilisation, reprise par les ténors de la droite – qui essaient ainsi de justifier leur existence, mais qui influence aussi la «  gauche  », est inquiétante.

Une société plus violente  ?

La société est-elle plus violente qu’avant  ? Pas forcément. Les méthodes de calcul, qui oscillent au gré des objectifs politiques, tendent à montrer que si le sentiment d’insécurité augmente, les actes de délinquance, surtout violente, ne vont pas forcément croissant.1 En revanche, il est clair que la situation économique se dégradant depuis 2008, avec une accélération terrible depuis début 2020, joue sur l’état moral et la disposition à la colère. La violence économique, l’exclusion sociale, l’absence de perspectives jouent fortement sur les dispositions à l’émeute.

En revanche, il y a un impératif, pour les organisations politiques réactionnaires ou réformistes, d’employer cette thématique d’actualité. Elle est un axe de bataille qui n’a pas besoin de résultats visibles, de réussites…elle est mobilisatrice, fédératrice, et se nourrit d’émotion et de chiffres creux.

L’omniprésence de la violence passe également par les réseaux sociaux, qui sont tout autant de caisses de résonance. Ces réseaux font que certains actes qui ne trouvaient place que dans les journaux locaux, peuvent désormais prendre une immense ampleur. De plus, l’instantanéité du web fait que la distance temporelle est abolie. Nous pouvons avoir le sentiment que tout arrive en même temps de partout. Cette abolition du temps et de l’espace est, là encore, instrumentalisée à des fins politiques par les réactionnaires. Lorsque cela ne suffit pas, il est possible également d’abolir les faits, comme l’affaire Augustin, pour inventer un crime, ou de monter en épingle le tournage d’un clip de rap avec des armes factices, en le faisant passer pour réel.

La délinquance  : une manière de parler d’autre chose.

«  Le laxisme de la gauche.  » cette ritournelle à nourri les campagnes de la droite et de l’extrême-droite depuis des années. L’exigence de la fermeté implacable, la rigueur sévère. Valérie Pécresse appelle ainsi à la tolérance zéro  : «  Une justice efficace, c’est une justice qui n’a pas la main qui tremble. C’est une justice qui sait sanctionner, rapidement et efficacement, là où ça emmerde vraiment les voyous.  » Dommage que cela ne semble pas s’appliquer aux Fillon, aux Sarkozy et aux Balkany.

La question de la délinquance est donc pratique. Mais là où l’ensauvagement apporte une dimension supplémentaire, supérieure, c’est dans la liaison systématique qui peut être faite entre celle-ci, l’immigration, l’islam, et, derrière cela, la race. Il en est de même pour racaille (bien que des combinaisons soient possible, telle que racaille colorée ou racaille immigrée.) ou pour barbare, qui sont des termes qui ne sont utilisés que et uniquement dans certaines circonstances. Elles visent en effet un public qui doit être perçu comme étant différent de la population française. Darmanin, prenant des airs surpris, s’est défendu d’amalgamer ces questions. La réputation du personnage, cynique et retors, nous fait douter quelque peu.

Or, si les discours anti-migrants ont le vent en poupe, ceux qui parlent d’une incompatibilité civilisationnelle prennent de plus en plus d’espace et d’importance. Ils contribuent à créer des catégories nouvelles, comme ces Français de papiers dont parlait déjà Nadine Morano. En établissant des stratifications entre des « vrais français » et de « faux français », elle contribue à donner l’impression d’un ennemi intérieur. Or, si l’ennemi est désormais « français » mais incompatible civilisationnellement, il faut néanmoins l’extirper. Et là, Nadine Morano ne pipe mot, mais il est clair que son esprit dérive vers des solutions particulièrement brutales et définitives, pour ne pas employer d’autres termes.

A lire sur la question :

Mais que les fascistes et ceux qui sont sous leur influence soient dans cette logique, pourquoi pas. Le problème est quand, chez les progressistes et les révolutionnaires, le traitement des questions relatives à la délinquance, aux violences, aux incivilités, qui sont de vraies questions, trouve ses réponses dans de bien répugnantes places.

Il faut être sincère. Dans une partie de la gauche révolutionnaire, il existe un certain angélisme quant à la délinquance. Cet angélisme se nourrit aussi de fantasmes d’exotisme, lesquels, eux aussi, plongent dans un inconscient raciste et essentialiste.

Et être capable de voir, d’une part, les choses telles qu’elles sont réellement. C’est-à-dire être capable de discerner, dans les classes populaires, qu’une partie d’entre elle peut effectivement se livrer à des activités mafieuses, à des comportements prédateurs, à la délinquance.

Mais une fois décrite cette réalité, faut-il encore en comprendre la raison, et comprendre ce qu’il faut en faire. Car il ne s’agit pas, comme l’écrivait Marx, de décrire, mais de transformer.

Nous avons parlé, lors des événements de Dijon, du « comprendre ». De pourquoi ces caporégimes féodaux se forment dans les zones misérables. De ce que représente dans le fond, ces groupes et de pourquoi nous considérons que la lutte qui est menée contre eux est hypocrite et inefficace.

A lire sur la question :

Quant au comment, le PCF s’est exprimé en disant, « Trafic d’armes, trafic de drogues, trafic de personnes, reprenons le pouvoir dans toutes les rues de la République.  » Cette phrase a été commentée largement. Elle est un bassin révélateur de premier ordre pour constater l’abandon de toute volonté de transformation de la société par ce Parti. Beaucoup l’ont reprise à leur compte, notamment ceux que nous nommerons par commodité les « communistes conservateurs ». Ceux-ci, derrière l’argument du réalisme, laissent, décomplexés, libre cours à leurs penchants réactionnaires. Tentés par une le fait de chasser sur les terres de l’extrême-droite, comme Kuzamnovic avant eux, ils pensent la drainer vers la gauche. En réalité, ils avalisent ses positions, les popularisent, les renforcent.

A lire sur la question :

Et le fait de croire que l’envoie de la police, de l’armée, d’escadrons de la mort pourrait permettre de restaurer «  le pouvoir dans toutes les rues de la République  » est au mieux idéaliste, au pire franchement réactionnaire.

Notamment car, tels des hydres, ces formes d’économies se reconstituent spontanément, car elles sont la seule – ou en tout cas la meilleure – perspective économique pour toute une partie de la population, notamment les plus jeunes.

Ensuite car, historiquement, la police, dont le travail est principalement de garantir l’ordre visible, à généralement négocié et trouvé des moyens termes avec les gangs les plus puissants. La Bac de Marseille Nord, le «  super-flic  » Michel Neyret à Lyon, ont tous été mouillé dans cette affaire gagnant-gagnant  : un gang dominant assure la paix et le commerce, la mairie est heureuse et la police arrondit ses fins de mois. Les déchaînements de violence, à Marseille, ont été à la suite de la purge dans la police, qui a décapité le gang dominant.

Car il faut savoir de quoi parlons-nous  ? De la petite délinquance de survie, des petits boutiquiers mafieux, qui font leur business parce qu’il est leur perspective économique principale  ? Ou de la grande délinquance, des véritables réseaux puissants et internationaux, lequel n’est pas coupé de l’économie formelle, mais, au contraire, en est une excroissance. Il n’existe pas de véritable séparation entre cette économie informelle et l’économie de surface. Les gangs les plus influents possèdent également des actifs légaux, et sont des notables importants. Ils ont un poids politique dans les élections, surtout locale (pensons à Serge Dassault, par exemple, qui distribuait des billets pour acheter les votes), ou jouent parfois aussi des rôles d’ampleur dans la politique et la géopolitique. La french connexion, ainsi, finançait la lutte anticommuniste autour de Gaston Deferre. Le gang des Lyonnais, quant à lui, finançait les réseaux gaullistes. Quant aux trafiquants d’êtres humains, l’affaire Epstein montre que les consommateurs finaux ne sont pas toujours dans de sombres quartiers mal famés.

La violence et la délinquance sont intrinsèquement liées à l’exploitation et au parasitisme capitaliste.

La bourgeoisie est la première à se livrer au banditisme détourné. Elle vole la plus-value des travailleurs, vol légal, institutionnalisé, encadré. Elle les vole une deuxième fois, par les impôts (que nous séparons bien sûr des cotisations sociales, bien que les deux soient devenus la même chose), lesquels servent à payer leurs geôliers, leurs bourreaux, mais également à fournir certains bourgeois en argent public. Elle les vole enfin une troisième fois en trichant systématiquement avec la loi. Tant que cela n’est pas liquidé, il existera des bandits. Le dénuement, l’absence de perspective, mais aussi l’envie de richesse, l’envie de trouver une place dans une société qui rejette, qui ostracise, explique l’attrait pour l’argent facile.

Tant que la bourgeoisie et ses valeurs seront hégémoniques, il existera également des «  barbares  ». Barbares car ils prennent modèle sur les maîtres de l’économie, lesquels sont l’incarnation même du cynisme le plus éhonté. Ce terme barbare soulève d’ailleurs une question autrement plus fascinante que toutes les autres  : celle de savoir qui est le barbare de qui. Revenons à Césaire et à son texte. Ce que Aimé Césaire analyse, c’est bien la manière dont l’occident à importé une barbarie d’un genre nouveau, scientifique, rationnel, économiquement viable. L’occident a montré, depuis le milieu du XIXe siècle, qu’il était tout à fait possible d’agir en barbare, tout en se peignant en civilisateur. En se proclamant référence universelle de la morale et de l’éthique, il s’est accordé le droit de juger des actions des autres.

La France en est un bon exemple. Elle arrive à reprocher à Poutine de tenter d’occire un opposant, alors qu’elle se réserve le droit d’arbitrer, par les bombes s’il le faut, les élections en Afrique. Elle enseigne à ses élèves qu’elle est le pays des droits de l’homme et la démocratie la plus parfaite, tandis que ses dirigeants sont à genoux devant le capital et que sa république est considérée comme née d’un coup d’État militaire dans les historiographies étrangères.

Elle est capable d’être à la fois le centre intellectuel (avec de grandes guillemets sur ce que ce terme signifie) de l’antitotalitarisme et de l’anticommunisme, tout en ayant encore des camps de concentration et des colonies.

Pour les petits bourgeois, ces contradictions passent. Elles ne sont pas expérimentées dans la chair. Elles restent une abstraction. Mais quand la réalité des violences policières, du racisme, de l’exclusion sociale est un vécu quotidien, comment ne pas songer devenir barbare  ?

Un vrai parti révolutionnaire doit être capable de mener la lutte dans les quartiers. Pas contre celles et ceux qui y habitent, qui pour la plupart ne rêvent que d’un avenir meilleur, mais bien pour les mobiliser, les unir, les souder contre leur bourreau, contre leur exploiteur. Oui, les mafias jouent un rôle réactionnaire, mais elles ne se maintiennent que parce que l’espoir a été assassiné, et que personne n’a été capable d’en insuffler un nouveau. Croire que les quartiers ouvriers de Moscou, de Gori, de Shanghai étaient différents, que les problématiques étaient différentes à l’époque révolutionnaire, c’est acter le fait de renoncer à transformer la société. C’est se contenter de gérer la violence, par l’étau policier, et non de la détruire en sapant ses fondations sociales. C’est cette unité populaire qui anéantira les mafias et les trafics, non les razzias policières.

1A voir dessus : https://www.youtube.com/watch?v=bMZ4YVrIY_s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *