Deux camps ?

M. Lallement, Préfet de police de Paris, nous a offert un savoureux échange avec un gilet jaune au lendemain de l’anniversaire du mouvement. Un échange savoureux et révélateur, tant de l’attitude de la bourgeoisie à l’égard des masses que de celle des politiciens.

Didier Lallement s’est forgé une réputation de « fou furieux » de la répression en Gironde. Il est une personne redoutée de ses pairs comme de ses subordonnés. La Police elle-même a exprimé à plusieurs reprises des craintes quant à sa nomination tant ses pratiques répressives la mettait sous tension. C’est ce personnage, issu des franges chevenementistes du PS, qui est aujourd’hui aux commandes de la répression parisienne. La gauche sociale-démocrate a fourni Valls et Castaner, pourquoi pas non plus un des préfets les plus agressifs de ce début de siècle ?

Lors de l’anniversaire des Gilets jaunes, le Préfet a manœuvré pour que la répression puisse être employée à son paroxysme. En autorisant d’abord le rassemblement des Gilets Jaunes, puis en déclarant unilatéralement son interdiction et sa qualification – administrativement décidée – en attroupement violent. Cette requalification lui permettait de lâcher la bride à ses troupes. Cette requalification ne pouvait être portée à la connaissance de qui que ce soit.

Le site vu du droit, rédigé par l’ancien avocat proche du PCF Régis de Castelnau, a fourni une explication sur les aspects légaux des opérations menées par la police à ce moment-là. Or, le mode opératoire était conçu précisément pour que les choses débordent. Le rédacteur du site note que M. Lallement s’est rendu coupable de plusieurs délits.

« La mise en danger délibérée de la vie d’autrui (article 223-1 du Code pénal) » ; « Complicité de dégradations volontaires de biens publics (articles 322-1 du Code pénal) » ; « Violences volontaires par autorités publiques (articles 222-9 à 222-13 du Code pénal) » ; « Atteinte à la liberté par séquestration arbitraire effectuée par autorité publique (article 432-4 du Code pénal) »…

L’auteur ajoute également une nuance plus exotique :


« Délit de concussion (article 432-10 du Code pénal) » enfin, une petite gâterie pour compléter le palmarès. Que dit le texte : « Le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, de recevoir, exiger ou ordonner de percevoir à titre de droits ou contributions, impôts ou taxes publics, une somme qu’elle sait ne pas être due, ou excéder ce qui est dû, est puni de cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de 500 000 €, dont le montant peut être porté au double du produit tiré de l’infraction. »
Résumons : la manifestation était autorisée et les gens qui s’y sont rendus et se sont installés sur la place d’Italie le savaient. La décision d’annulation brutale ne pouvait dans ces circonstances être connue ou prévue des participants. À aucun moment les gens verbalisés dans le périmètre et autour de la place d’Italie ne peuvent avoir su qu’ils participaient à une manifestation interdite. Condition indispensable pour qu’ils aient commis l’infraction. Mais il y a plus, on ne sait rien des formes prises pour cette interdiction ce qui est encore plus grave car pèse ainsi sur elle la suspicion d’un « acte inexistant » privant de base légale tous les procès-verbaux. Didier Lallement devait le savoir parfaitement, mais tout à sa frénésie de répression et son zèle pour plaire au parti de l’ordre, il a probablement passé outre. Et fait percevoir des sommes qu’il savait ne pas être dues. C’est ça la concussion.

Le lendemain, donc, notre homme s’est pavané en grand uniforme. Interpellé par une dame Gilet Jaune, apprenant sa participation au mouvement, il lui a rétorqué : « Nous ne sommes pas dans le même camp. » puis que « [s]on oncle est tombé à Monte Cassino ». Prenant prétexte du fait que le monument dédié au Maréchal Juin ait été endommagé. Le Préfet s’est permis une divagation sur la présence de son oncle durant cette bataille, où le corps combattant français était dirigé par le Maréchal.

L’argument est quelque peu douteux, entre le sophisme d’autorité et le reducto ad hitlerum implicite. On voit que le jeune socialisme, parti en 1984 soutenir les sandinistes du Nicaragua, a pris un chemin d’une nature bien différente.

Pour l’anecdote, cette stèle n’a, en réalité, par véritablement de raison d’être. Alphonse Juin ayant été déchu de son titre de Maréchal par de Gaulle, lors de son éviction du Conseil supérieur de la Défense nationale. Mais il s’agit d’un détail. L’essentiel est dans cette affaire de camp.

La phrase a déclenché un tollé général. Tollé qui s’est répercuté à l’assemblée nationale. Le député LFI Ugo Bernalicis a ainsi déclaré : « C’est donc à dessein que vous l’avez nommé car il y a une adéquation entre votre doctrine de maintien de l’ordre et la réputation de ce préfet, entre ‘l’éborgneur’ et le fou furieux”, indiquant que “Lallement (avait) quitté le camp de la République” et demandant à ce qu’il soit ”(démis) de ses fonctions ». Édouard Philippe a qualifié cette accusation d’antidémocratique, bottant en touche sur le fond de l’affaire. Nous en déduisons donc que, dans la démocratie idéale vantée par le Premier ministre, l’impunité complète est une norme.

Mais en réalité, pouvons-nous blâmer le préfet ? Après tout, il ne fait qu’énoncer une vérité manifeste. Il existe deux camps opposés en France. Un camp qui incarne les intérêts des diverses fractions de la bourgeoisie, avec des approches plus ou moins libérales ou protectionnistes. Ce camp soutien unanimement l’impérialisme français, derrière des motifs plus ou moins naïfs, allant de l’humanitaire jusqu’à la place de la France dans le monde. Un camp qui exploite les travailleurs et les travailleuses tout comme la nature. Un camp qui se prétend démocratique, mais qui, en réalité, est prêt à aller jusqu’à la plus grande brutalité pour protéger ses intérêts.

En face de lui se trouve le camp de ceux qui produisent tout, mais n’ont rien. De ceux et de celles sur qui on marche, qu’on éborgne, qu’on grenade.

Dans l’affaire, c’est le député LFI qui se trompe, en dépit de sa bonne volonté manifeste. Le camp de la République est précisément celui que sert le Préfet. Avec dévotion et efficacité. Ce camp est celui de la République bourgeoise, de ses institutions et de son État.

C’est un fait incontestable, au vu de la lutte continuelle menée depuis plus d’un an par les Gilets Jaunes et par les autres secteurs en lutte. La manière dont le régime a répondu par le silence, l’intimidation puis la répression l’illustre dans toute sa splendeur.

Si, dans les esprits, cela est acté, il faut désormais que cela se traduise dans la pratique. Il faut en tirer jusqu’au bout les conclusions politiques qui s’imposent. La bourgeoisie, l’autre camp, nous propose un jeu électoral pipé comme unique porte de sortie. Soit celle-ci est une nouvelle fois prise, soit une autre est trouvée.

Nous avons éprouvé les limites du parlementarisme. Les limites des députés, qui préfèrent s’augmenter que s’intéresser au sort des masses. En fait de jeu démocratique, la bourgeoisie possède les pleins pouvoirs. Elle légifère pour son compte, fait exécuter ses lois et les fait appliquer par sa justice, sa police, son armée. Et lorsque celles-ci ne suffisent pas, lorsqu’elles sont trop étroites pour satisfaire sa rapacité, ou, au contraire, trop laxiste pour écraser les exploités, elle triche. Elle les outrepasse. En déclarant ces propos, M. Lallement a t-il eu l’exemplarité qu’on exige des fonctionnaires ? La neutralité ? Le devoir de réserve ? Non et il n’encourt aucune sanction, car, politiquement parlant, il est à sa place.

Ce n’est pas une dérive du pouvoir, ça en est l’expression.

Construisons alors le nôtre.

Un pouvoir basé sur une opposition extra-parlementaire unique. Un front unique de lutte, dont le centre de gravité ne sera pas les salons bourgeois de Paris, mais les Assemblées Populaires, qui sont les lieux d’unification, de synthèse des luttes. En dernière instance, lors du prochain rendez-vous, le 5 décembre, qu’importe le nombre de personnes dans la rue. Ce qui importe ce sont les suites.

Pour que ces suites soient à la hauteur des enjeux, elles doivent être populaires et démocratiques, massives et reliées les unes aux autres. Pour construire le camp opposé à celui du Préfet de Paris : construisons la démocratie populaire !

Une pensée sur “Deux camps ?

  • 23 novembre 2019 à 11 h 20 min
    Permalink

    Bonne analyse, bonne réplique au camp bourgeois, mais j’aurai quelque réserve sur la conclusion: face au camp bourgeois, ne devons nous pas construire le camp du prolétariat ? C’est plus clair et exempt de confusion sur la question des étapes, de transition dans un pays impérialiste.
    Sans compter que l’étape concrète ou à l’ordre du jour c’est plus la question du Parti et donc la question des tactiques à mettre en place y arriver..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *