Une nouvelle fois, Lyon est l’épicentre d’une autre pandémie : celle des fascistes.

Nous avions prévu de présenter ce texte au cours de la manifestation du 3 avril 2021 à Lyon. La manifestation ayant été interdite, puis reportée par la préfecture, nous avons décidé de poster un nouveau communiqué. Nous condamnons la systématique réunion entre les autorités étatique et les organisations fascistes. L’état faignant de les combattre, possède en réalité le même contenu. Dans le même ordre d’idée, l’extrême-droite turque s’est attaquée aux locaux de l’Association Culturelle Mésopotamie. Ce raid, construit exactement de la même manière que ceux des fascistes contre la Plume-Noire, s’inscrit dans une série de menaces et d’agressions de la part des “Loup Gris” à l’encontre des militant-e-s Kurdes et antifascistes Turcs. Nous exprimons toute notre solidarité envers nos camarades et nous leur assurons notre soutien. Nous pensons qu’il n’est pas inintéressant de voir ici une illustration des parallèles entre les extrêmes-droites, où qu’elles soient : Loups Gris, Daesh, Identitaires, Néo-nazis… Partagent le même projet de société, la même perception de ce qu’elle doit être, et les mêmes méthodes .

Une nouvelle fois, Lyon est l’épicentre d’une autre pandémie : celle des fascistes.

Depuis plus de dix ans, la ville de Lyon héberge un véritable jardin zoologique des groupes fascistes et extrémistes de droite. Jeunes Nationalistes, Jeunesse Identitaire, Civitas, Action Française, Bastion Social…Il existe plusieurs raisons à cela :

  • Le tissu social de la ville, avec une bourgeoisie catholique importante, et un milieu royaliste imposant. Un de ces ci-devant, Olivier Marin-Lafleche, avait ainsi été condamné pour avoir poignardé un mineur en 2014.
  • La présence d’une banlieue-ouest riche, les Monts du Lyonnais, dans laquelle s’épanouissent ces groupes, en tablant sur la xénophobie. Loin des familles prolétaires, cette jeunesse des pierres dorées s’amuse en jouant au dissident, avec l’appui des réseaux de notables et l’aide des avocats de la famille en cas de pépin.
  • L’omniprésence de Fourvière. Il est indéniable que l’Église catholique, dont Lyon est la capitale en France, joue un rôle. La présence de congrégations radicales offre aussi un point d’appui.
  • La très grande tolérance municipale. Sous le règne du PS-LREM Gérard Collomb, la priorité absolue a été donnée à faire la chasse à l’extrême-gauche. A de nombreuses reprises, le maire de Lyon a refusé de prendre en compte la présence des apprentis miliciens.

Ces groupes se sont dotés, grâce à un système de financement opaque, de nombreux relais, de locaux, de moyens de propagande et d’action (allant jusque, pour empêcher des réfugiés d’obtenir l’asile en France, à louer un hélicoptère à leur couleurs.). Ils n’existent d’ailleurs que par cette débauche de moyens. Leur travail est toujours souterrain, honteux, caché. S’ils ont fait du Vieux-Lyon, quartier touristique, leur antre, ils n’ont pas pour autant d’assise dans la population.

Ils sont un gang, dont la principale activité consiste à agir comme un lobby auprès des institutions, à mener des agressions racistes, LBGTIphobes, et des expéditions pseudo-militaires envers les militantes et militants progressistes ou révolutionnaires.

La dissolution de certains de leurs groupes n’est pas pour autant une victoire stratégique. Au delà du symbole, la réalité est que le gouvernement a absorbé une partie du programme de l’extrême-droite, notamment la rhétorique autour de l’islamo-gauchisme, forme ressuscitée du judéo-maçonnisme et du judéo-bolchevisme.

Car, dans le fond, ils ne se démarquent pas des exploiteurs. Ils en sont une version différente, plus dure, maquillée en «  effort commun  » et en «  intérêt de la nation  ». Mais ils sont simplement un variant. Leur arrivée au pouvoir est aussi une carte à jouer, en cas de crise. Non pour changer les choses, mais bien pour maintenir de force un ordre pourri et injuste.

Demain, selon leur plans, doit ressembler à avant-hier. Une société d’ordre, de soumission, de discipline autoritaire. Non pas pour un destin commun, supérieur, mais bien de soumission du faible au fort, de la femme à l’homme, du travailleur et de la travailleuse au patron. Un ordre de l’argent-roi. Ils prétendent se battre contre l’islamisme le plus obscur et le plus radical, mais ils en partagent le programme.

Pourquoi ils séduisent  ?

Nous ne pouvons pas nous contenter de dire «  le racisme c’est mal  », «  le fascisme ça n’est pas bien  », et «  c’est mal d’être méchant  ». Nous devons regarder aussi la réalité en face et nous demander pourquoi leurs idées gagnent du terrain.

Il ne faut pas faire d’angélisme  : la société est violente, brutale. Il existe des tensions, il existe des agressions, il existe du ressentiment. La politique est corrompue, les élections ne changement rien. Jour après jour, nous avons l’impression que notre avenir est taillé en pièce, soldé, vendu. La génération qui naît connaîtra statistiquement un niveau de vie plus faible que celle de ses parents, et ses parents que celles de ses propres parents.

A ces angoisses, les fascistes et les réactionnaires proposent des réponses simples – mais fausse. Elles font de la misère une responsabilité des autres, de groupes secrets, de complots, des étrangers, des Juifs, des Arabes, des Chinois, des Anglais ou d’autres groupes plus exotiques – et plus fictifs. Ces réponses permettent de tout expliquer, de rassurer, de recréer un enchantement de conte de fée  : «  les méchants ce sont les autres, nous mêmes sommes les gentilles victimes.  »

Autour de ceux qui y croient, il y a ceux qui misent sur eux. Ils s’en servent comme d’une manière de fragmenter ceux et celles qui partagent la même vie, au nom de la couleur, de la race, de la religion.

Votre ennemi n’est pas celui qui, comme vous, essaie de survivre. Il n’est pas celui, ou celle, qui travaille à vos côtés. Il n’est pas celui qui fuit les guerres.

Quel est le programme des fascistes ?

  • Chasser les étrangers et s’exploiter entre nous  ?
  • Obtenir le calme et la soumission de ceux et ce celles qu’on exploite par la force  ?
  • Faire taire par la brutalité ceux qui veulent un monde différent  ?
  • Revenir vers une société traditionnelle, sans égalité entre les hommes et les femmes, sans égalité entre les individus en fonction de leur naissance  ?
  • Forger un nouvel empire colonial  ?

Chacune de ces «  solutions  », ramène à la même misère, à la guerre, au malheur.

En fait de héros, ce sont des boutiquiers, des vendeurs de remèdes de pacotille. Ce sont la plupart des grands richards qui se sont trouvés un créneau pour exister et pour perpétuer une manière de vivre et de soutirer de l’argent  : par la vente d’un produit politique.

Si vous êtes en colère à cause :

  • De la corruption de la politique.
  • Du mépris de la part des grands bourgeois.
  • Des mensonges et la propagande des médias.
  • Des scandales financiers, des malversations.
  • De la violence dans la société.
  • De l’absence d’avenir, par la médiocrité de la société.
  • Du sentiment d’être étranglés constamment.

Rejoignez ceux qui veulent mettre fin à ces problèmes  : les révolutionnaires, les communistes.

Ensemble, nous pouvons bâtir un monde juste, libéré de l’exploitation, de l’obscurantisme. Nous pouvons remplacer la haine et la défiance par l’émulation collective, par la participation à un projet unique : la grande marche en avant de l’humanité !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *