Les difficultés de la lutte contre la Loi Travail – Partie III : la faiblesse politique.

Les difficultés de la lutte contre la Loi Travail – Partie III : la faiblesse politique.

Contrairement à d’autres travaux en plusieurs parties, nous ne publions pas immédiatement la brochure correspondante. En effet, à la lecture de certains commentaires produits par nos lecteurs, nous considérons que des corrections sont à apporter sur la première partie, ainsi que des éclaircissements. Ceux-ci concernent principalement la question du PCF après la Libération, et son choix de la collaboration de classe ; mais également une explication de notre position sur l’URSS d’après le XXème congrès du PC(b)US.

Il existe, au sein du mouvement contre la Loi Travail, un facteur limitatif qui est inhérent à sa nature même. Le désespoir qui se rencontre chez celles et ceux qui luttent contre cette loi est logique. Comment croire à une victoire lorsque la situation se présente sous cette forme. La bourgeoisie ne reculera pas car cette lutte lui apparaît vitale. Elle déploie tout ce qui fait sa force, à savoir tant la brutalité et la brusquerie que le simple fait qu’elle dispose de reins d’une solidité  sous-estimée.

Même si elle était utilisée à plein rendement, l’action des syndicats ne suffirait pas. L’attaque de la part de la bourgeoisie va au-delà d’une offensive pour baisser les salaires, d’une offensive sur les conditions de travail. L’action de la bourgeoisie frappe tous les compartiments de la vie des classes populaires, depuis le travail jusqu’à l’accès à l’éducation et à la culture, en passant par les droits démocratiques.

Imaginons une grève massive et suivie : combien de temps tiendrait-elle avant que les ressources des travailleurs, avant que la démoralisation, avant que l’individualisme prenne le dessus ? Difficile à dire. Mais il n’est pas difficile de dire que la bourgeoisie, qui vient de passer 60 ans a tolérer des concessions temporaires issues du CNR, serait capable d’encaisser le choc et de tenir le temps que les choses se tassent.

Après tout, le jeu en vaut pleinement la chandelle.

De fait, l’action syndicale  touche ses limites.

L’une des raisons de la faiblesse de l’action syndicale est qu’elle n’est pas reliée à une action politique.

L’action syndicale ne suffit pas. C’est pour cela que l’action politique existe. Le syndicalisme possède des limites du fait de sa nature même. A l’exception de ceux et celles qui sont restés bloqués dans une conception du XIXe siècle, dans laquelle le syndicalisme en tant que tel pouvait apporter l’émancipation à l’humanité, la plupart des acteurs politiques anti-capitalistes sont unanimes pour reconnaître que l’action politique prime.

Le syndicalisme seul opte pour une vision de la bataille centrale entre exploiteur et exploités au travers de la grève générale. Celle-ci, comme une ultime charge, doit faire tomber les patrons et remettre entre les mains des travailleurs leurs outils de production.

D’autre part car le syndicalisme seul, tout comme l’autogestion seule, ne remettent fondamentalement pas en cause l’économie de marché et le capitalisme. Le fait d’être une usine autogérée ne prémunit nullement des questions de rentabilité, d’exploitation, de salaire et de concurrence. Non pas par égoïsme de la part des acteurs de la base, mais bien parce que l’expression de leur intérêt personnel est d’accroître leur niveau de vie, d’améliorer leur situation. Bel et bien parce que leur vue demeure « en dessous de l’horizon. »

Mais dans le domaine de l’action politique, la force politique hégémonique, cent ans après 1917, demeure issue des organisations réformistes. L’électoralisme, le respect des institutions, des cadres définis par la bourgeoisie, de son jeu, de ses règles.

Pourtant, dans leur fort intérieur, et l’immensité de l’abstention l’indique, les masses populaires sont conscientes de ce jeu de dupes. Elles sont conscientes que les politiciens et les politiciennes qui se battent pour gagner l’Elysée ou un siège à l’Assemblée sont mues par l’opportunisme le plus bas et le plus crasse. Les naïfs -il en existe toujours- ne trouvent guère de chemin vers le sommet de ces organisations pyramidales, lesquelles ne sont que le règne de la coterie, de la corruption, du copinage.

Tous les petits scandales concernant les députés dits « radicaux », tous les à-côtés, tous les petits privilèges illustrent leur caractère fondamentalement petit-bourgeois.

Et lorsque ils et elles, ces tribuns de la plèbe modernes, sont élus, ils et elles ne font rien. D’une part car le jeu est truqué. De l’autre car les balles sucrées de la bourgeoisie tuent autant que les vraies, quant il s’agit de s’intéresser aux volontés de changement.

La social-démocratie, qui ne se limite pas au Parti Socialiste, mais embrasse le PCF comme la France Insoumise, avec leurs spécificités, à quoi se réduit-elle, finalement ?

Un échec. Un échec qui, du fait de son caractère hégémonique, frappe durement, durablement le moral des masses populaires. Un échec qui explique cette démoralisation. Les jeux vicieux des forces politiques opportunistes n’y sont pas non plus étrangers. Dans un article récent, nous fustigions le jeu en solo de Mélenchon, le fait qu’il ait opté pour une ligne liquidatrice, dangereuse, dont le but était d’émerger comme le centre de la contestation, quelqu’en soit le prix. Ce type de jeu dangereux, pour occuper la place du PS et du PCF, pour occuper ses places fortes, comme une transposition des luttes féodales à l’heure actuelle, se paie par des défaites. Se paie par des divisions, par des affaiblissements, par des brèches profondes et qui courent le risque de s’infecter. Les carriéristes ne s’en inquiètent pas outre mesure, ont-ils déjà eu à faire au code du travail ?

De l’autre côté de l’échiquier, une autre déviation se développe, une déviation nourrie par le gauchisme. Sans être aussi dangereuses que la première, elle n’en fait pas moins fausse route, tandis que grandit le risque de fractures nourries par le sectarisme.

Radicalité cosmétique ou réformisme, au final, sans stratégie, amènent au même résultat. La tactique de confrontation avec la police, tout comme de menus dégâts causés aux banques et aux symboles du capitalisme, ne peut, en soi, amener à une victoire.

Supposons un débordement complet des forces de police durant une manifestation. Supposons un champ libre pour les manifestants, comme le désirent les aficionados de la manifestation sauvage. Supposons que l’ensemble des objectifs que se fixent les autoproclamés radicaux soit atteints.

Même en supposant tout cela, rien n’est gagné pour autant. Des débordements, des émeutes, des insurrections même, l’Histoire en a connu des centaines. Mais cette théorie qui stipule que toute manifestation porte en elle les germes du Grand Soir est illusoire.

D’une part du fait que, spontanément, les individus se tournent vers le réformisme. Détruire un système politique et un système d’organisation de la société implique une mobilisation forte, qui ne vise pas à remplacer simplement les têtes.

Dans ce sens, le mythe du « bon maître », ou du « gouvernement ouvrier » allant « du PS au NPA » défendu par les trotskistes, a la vie dure. Il correspond in fine, au fait de remettre au centre du jeu les organisations sociale-démocrates, à leur donner les coudées franches.

De fait, la solution politique, le cadre qui sous-tend chacune des luttes, est la question de l’accaparation du pouvoir par la bourgeoisie, par le fait de l’existence du système d’oppression et de domination issu du capitalisme, issu de l’impérialisme, au service des intérêts d’une classe : la bourgeoisie.

Cela, les anarchistes le comprennent, cela les autonomes le comprennent. Là où réside le vide, la faille, c’est dans la stratégie qui permet d’avancer.

La stratégie qui permet de répondre tant à la question de la Loi Travail, mais également aux questions relatives à tout ce qui touche à l’exploitation capitaliste et impérialiste ne peut sortir de nulle part. Elle ne peut pas naître de manière spontanée. Elle est fille d’une idéologie capable d’analyser la société, capable d’analyser le fonctionnement de l’économie et de la société. Elle ne peut pas non plus s’appliquer en tombant des airs, elle nécessite des relais, qui sont les organisations révolutionnaires communistes. Or, ces organisations capable de jouer ce rôle n’existent pas à l’heure actuelle.

Ce vide est le fruit de la pression de la bourgeoisie, certes, mais également d’erreurs de la par des organisations communistes.

Il serait aisé de jeter la pierre sans faire un acte d’autocritique sur les faillites propres à notre mouvement et -même- à notre organisation. L’amateurisme, l’impréparation, la vulnérabilité au flux et au reflux, tout autant de travers petit-bourgeois, ne nous épargnent pas. La présomption, elle même, ainsi que les jugements à l’emporte pièce, nous touchent. Comme, nous l’espérons, d’autres, nous essayons d’avancer dans le but de les résoudre. Comme d’autres, nous l’espérons, nous essayons de le faire avec bonne foi, avec des erreurs -parfois terribles, peut-être- mais dans le but de nous corriger et d’avancer.

C’est le fait que nous pensons sincèrement que cette position n’est pas que la notre, mais qu’elle est celle de la plupart des organisations communistes de l’Etat français, qui nous pousse à avancer sur le chemin de l’unité.

Car les forces révolutionnaires sont particulièrement faibles, actuellement. Elles sont non seulement faibles mais dispersées. Elles sont non seulement dispersées, mais parfois même hostiles les unes aux autres. Pourtant elles sont les seules à pouvoir apporter une solution positive à cette lutte, en la replaçant dans son cadre véritable : une des batailles de la lutte des classes. Une des batailles dans une stratégie de construction et de mise en œuvre de l’outil qui nous manque : le Parti Communiste.

In fine, la quadrature de cercle se trouve réduite à cette équation : soit la bataille pour la loi travail est vue comme une guerre en soi, dans quel cas la défaite est assurée, soit elle est vue comme une bataille dans laquelle les organisations politiques communistes doivent être capable de développer des mots d’ordres, d’intégrer les parties les plus avancées des masses populaires, de grandir en influence, en efficacité, en structuration. Dans ce cas uniquement, une défaite syndicale peut se muer en victoire politique.

Nous sommes une année symbolique. Cent ans après la révolution bolchevique, laquelle à vu s’imposer comme une force dirigeante un Parti qui n’était pourtant considéré, huit mois avant, que comme un petit groupe, voir, pour ses détracteurs, comme une secte, voir, pour ses détracteurs, comme une secte.

Nous devons nous inspirer du travail du Parti Bolchevik, en particulier quant à la question de l’unification, quant à la question de la construction de l’outil révolutionnaire.

Nous sommes dans une année symbolique, à nous d’en faire une année charnière.

A nous, communistes, de surmonter les obstacles qui nous séparent de la création de cette organisation. De surmonter les différents, de poser les questions justes, et de savoir déterminer lesquelles sont des préalables à l’organisation et lesquelles se traitent au sein d’une seule organisation.

Au final, les difficultés que nous rencontrons proviennent toutes de là.

A nous, communistes, de parler d’une voix unique, lorsque l’heure du combat vient. La solution à la lutte, aux luttes qui se mènent ne surgira pas ex-nihilo, elle doit être bâtie.

A nous de relever le drapeau de la révolution prolétarienne.

A nous de faire renaître l’espoir de 1917.

4 pensées sur “Les difficultés de la lutte contre la Loi Travail – Partie III : la faiblesse politique.

  • 31 octobre 2017 à 21 h 09 min
    Permalink

    Cet article tourne autour du pot. Nous sommes faibles parce que nous ne sommes pas forts, nous ne sommes pas forts parce que nous sommes faibles, quelle brillante analyse !

    Plus sérieusement, il y a tout à revoir dans votre analyse. Déjà, lutte contre la loi travail ou lutte contre la bourgeoisie ? Premier point à éclaircir.

    Pour comprendre la faiblesse du mouvement communiste, il faut comprendre l’impérialisme. L’impérialisme d’un pays dominant peut un certain temps, parfois long, corrompre et embourgeoiser de larges couches de la population, et pas seulement l’aristocratie ouvrière. Voilà le premier fait dont vous ne parlez pas, mais c’est pourtant ce fait qui explique tout, parce qu’il est la base matérielle de l’opportunisme. Ne pas le comprendre, c’est passer à côté de l’essentiel.

    « Acquis sociaux », salaires élevés, et autres cadeaux faits aux travailleurs n’ont rien d’une concession faite par la bourgeoisie. Dans les conditions de l’impérialisme et des surprofits de monopoles, la bourgeoisie n’a que faire des luttes économiques, elle prend les devants et accorde à ses esclaves salariés autant de cadeaux qu’ils veulent, et obtient ainsi la paix sociale.

    Ce n’est surement pas le travail des français qui finance le système social. D’où vient la richesse d’un pays impérialiste, qu’est-ce qui fait sa puissance ? Les exportations de capitaux, la rente du capital investi à l’étranger, ce parasitisme dont une partie est généreusement distribuée aux travailleurs du pays exploiteurs, ou à certaines couches de travailleurs privilégiés, parfois très nombreuses. Voilà sur quelle base le social-chauvinisme et le pourrissement du syndicalisme remplacent les aspirations révolutionnaires.

    Que ce surprofit vienne à être menacé, et s’en est terminé des cadeaux faits aux travailleurs. C’est la situation actuelle que connaît la France, qui comme les autres pays occidentaux, est depuis des décennies mise à mal par le puissant impérialisme chinois (que nous avons nous même créés en les exploitant, et donc en les développant). C’est un fait qu’aujourd’hui les exportations de capitaux de la Chine croissent de façon importante alors que ceux de la France par exemple, sombrent dans l’abime.

    Là voilà la raison qui explique la loi travail, la fin des « acquis sociaux », il n’y a plus rien pour les payer, c’est aussi simple que ça.

    Aujourd’hui, réclamer le maintien de ces cadeaux réformistes, c’est mentir au prolétariat en lui faisant miroiter quelque chose d’impossible. Seule la révolution socialiste viendra mettre fin à sa misère.

    Cette fin des « acquis sociaux » est inévitable, souhaitable, elle aggrave l’antagonisme entre le prolétariat et la bourgeoisie, et prépare donc les conditions objectives de son renversement.

    Reste à développer la conscience du prolétariat au lieu de continuer les mensonges réformistes comme quoi il y aurait eu des « acquis de haute lutte », c’est complètement faux, le réformisme, c’est l’asservissement du prolétariat. L’embourgeoisement du prolétariat, c’est la tombe de la révolution. La loi travail, c’est ce qui va la ramener.

    Comment pouvez-vous être aussi pessimiste et défaitiste, tout en affirmant ensuite que c’est le 100ème anniversaire d’Octobre, donc vive la révolution ?

    La réalité, c’est que chaque attaque contre les « acquis sociaux », c’est à dire chaque attaque contre le réformisme mourant et pourri, c’est un coup contre l’ennemi mortel du marxisme, c’est un coup de pioche de plus que la bourgeoisie creuse pour sa propre tombe. Il faut donc cesser de pleurnicher et regarder un peu l’avenir en marxiste et non en opportuniste. Voilà comment célébrer dignement Octobre.

    Répondre
    • 1 novembre 2017 à 11 h 48 min
      Permalink

      Dans une certaine mesure, nous sommes d’accord. Cet article a été le fruit d’un travail qui est resté fondamentalement trop superficiel. Du fait, notamment, que ces questions relatives à la faiblesse du mouvement communiste ont été développées dans une autre brochure, et que nous voulions éviter les redites.
      Nous ne sommes pas forcément d’accord avec le fait que la fin des acquis sociaux soit « souhaitable », cette thèse nous paraît quelque peut surfer sur un côté cataclysmique comme « choc des consciences. » De là à souhaiter l’application de la loi travail, c’est stratégiquement véridique, mais tactiquement faux et dangereux, dans la mesure où les forces réactionnaires en tireraient un bénéfice pour justifier, derrière un « intérêt national », de quoi nourrit leurs programmes.
      Dire « il ne faut pas lutter » mais espérer grandir en force et en influence nous paraît quelque peu contradictoire.
      Nous ignorons sous quelle forme vous défendez cela auprès des travailleurs, mais cela doit être un véritable tour de force.

      Du reste, nous retenons certains critiques justifiées, et nous corrigerons nos articles autour de celles-ci, notamment par rapport à l’impérialisme.
      Merci de nous lire.

  • 4 novembre 2017 à 8 h 16 min
    Permalink

    Bonjour,

    Pour ma part, je serais moins sceptique que le camarade WH- « prolétaire de fer » par rapport à cet article, qui constitue un effort de lucidité par rapport aux deux premiers de la série…
    En même temps, on se demande pourquoi faire aussi long et ne pas synthétiser l’essentiel en moins de phrases…

    Effectivement, il faudrait enfin tordre le cou au mythe du CNR…

    Ce que le PCF et ses héritiers sociaux-chauvins nous présentent comme des « avancées sociales uniques », une sorte d’« exception française » fruit de la lutte des classes, n’est qu’un rattrapage obligé, au lendemain de la guerre, sur le corporatisme bismarckien qui avait permis la consolidation de l’Allemagne nazie.
    Obligé, certes, mais obligé par les circonstances de la lutte antifasciste, tout de même, et par la nécessité de faire rendre les armes aux maquisards.
    C’est dans ce contexte de liquidation de la résistance prolétarienne que se place la stratégie du PCF pour acquérir des sinécures à l’intérieur du système, négociées en échange de cette liquidation, planifiée dès 1943, en réalité. Donc, pas de « trahison » au tableau… La responsabilité du trio Thorez-Duclos-Frachon et de leurs affidés directes est totale.

    La contrepartie évidente pour la bourgeoisie, et pourtant connue des maoïstes, en est d’avoir les mains libres pour la reconstitution de leur empire colonial en voie de délitement :

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2015/05/12/sous-legide-du-cnr-massacre-en-algerie-des-le-8-mai-1945/

    En ce sens, WH- « prolétaire de fer » est effectivement plus cohérent que l’auteur de l’article, qui semble le reconnaître, un fine.

    En ce qui concerne l’action syndicale, la situation est moins claire, parce qu’elle ne se résume pas aux supposés « grands acquis sociaux » d’envergure nationale, mais porte aussi sur les conditions de travail au quotidien où il y a mille occasions de conflits où les prolétaires rentrent directement dans des rapports de lutte de classe avec leurs employeurs et où ils en font l’apprentissage.

    C’est là le champ spécifique de l’action syndicale, qui n’est pas politique au premier degré mais participe néanmoins à l’éveil des consciences.

    Il faut le distinguer du sens politique général que l’on peut donner à des revendications globales en démontrant qu’elles ne peuvent aboutir qu’à travers la réalisation d’un programme révolutionnaire.

    Un programme qui sera celui du parti révolutionnaire et dont les revendications principales seront reprises par les organisations de masse révolutionnaires et in fine, par une partie des syndicats …quand le rapport de force évoluera !

    Luniterre

    A ce propos, une polémique entre WH et moi-même se trouve à la suite de :

    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/10/31/syndicalisme-etou-politique-une-seconde-critique-du-livre-levangile-de-la-philosophie-et-de-la-revolution/

    *************************

    Répondre
    • 4 novembre 2017 à 8 h 23 min
      Permalink

      Ce deuxième post est dû à une correction de « coquille » dans le premier, que vous voudrez bien supprimer, par conséquent…
      (en « mois » de phrases…)

      D’avance, merci bien!

      Luniterre

      PS: plusieurs coquilles assez gênantes, à revoir, dans votre article, également…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *