Hommage à Võ Nguyên Giáp

Ce communiqué a été écrit lors du décès de Võ Nguyên Giáp (1891-2013), en octobre 2013.
Giáp, qui a vécu 102, a été un héros de la lutte contre l’impérialisme français puis américain. Au sein d’un Vietnam incorporé malgré lui, à partir de 1975, dans la sphère de domination d’une URSS ayant de plus en plus viré à droite (nous parlons de” révisionnisme” pour l’URSS ayant abandonné les principes du marxisme) , Giáp a représenté la ligne de défense de l’anticolonialisme et de la révolution.

Ce communiqué date d’avant la création de l’Unité Communiste de Lyon. Il a été rédigé au sein de l’organisation OC-FR, dans laquelle plusieurs membres de l’Unité Communiste de Lyon ont milité par le passé. Il n’est donc pas notre propriété. Cependant, nous considérons qu’il n’en est pas moins toujours valable aujourd’hui dans une très large mesure.

Nous saluons, en ce jour anniversaire de la bataille de Dien Bien Phu, la victoire du peuple vietnamien contre l’oppression coloniale. Cette victoire est un symbole fort, montrant, comme l’écrivait Ho Chi Minh (1890-1969) :
« L’esprit de l’homme est plus fort que ses propres machines… Ce sera une guerre entre un tigre et un éléphant. Si jamais le tigre s’arrête, l’éléphant le transpercera de ses puissantes défenses. Seulement le tigre ne s’arrêtera pas. Il se tapit dans la jungle pendant le jour pour ne sortir que la nuit. Il s’élancera sur l’éléphant et lui arrachera le dos par grands lambeaux puis il disparaîtra à nouveau dans la jungle obscure. Et lentement l’éléphant mourra d’épuisement et d’hémorragie. Voilà ce que sera la guerre d’Indochine. » (1946)

Nous aurons également l’occasion de reparler du combat d’Ho Chi Minh, dont le 50ème anniversaire du décès sera commémoré le 19 mai.

Hommage à Vo Nguyen Giap

Le général Vo Nguyen Giap est décédé vendredi à l’âge de 102 ans. Il a été un des artisans de la victoire du peuple vietnamien contre les impérialismes français et US. Comme anti-impérialistes, nous ne pouvons que saluer la mémoire de ce grand patriote qui a infligé des défaite cuisantes aux plus puissantes armées bourgeoises du monde, et notamment à celle de notre propre bourgeoisie (victoire de Dien Bien Phu, 1952) en s’appuyant sur la créativité et la combativité des masses populaires.

Nous considérons que Mao Zedong est le théoricien marxiste classique de la guerre populaire, toutefois l’ouvrage du général Giap Guerre du peuple, armée du peuple est également une importante contribution à l’analyse des problèmes militaire d’un point de vue révolutionnaire, que nous devons étudier avec profit. Vo Nguyen Giap a appliqué de façon créatrice et victorieuse à la réalité vietnamienne les écrits de Marx, Engels, Lénine et Staline sur la guerre de partisans et il était logique que ses intuitions rejoignent en grande partie ce que Mao Zedong a décrit de façon systématique dans son ouvrage sur La guerre populaire prolongée.

Avec le président Ho Chi Minh, 1946

Proche compagnon d’arme du président Hô Chi Minh et responsable communiste de premier plan, il n’a pas su saisir toutes les implications de la rupture sino-soviétique au début des années 1960 ni l’importance de la révolution culturelle. Principalement soucieux de ne couper son peuple ni de l’aide militaire soviétique, ni de l’aide militaire chinoise, il a tenté de maintenir une ligne “centriste” dans la lutte de ligne qui traversaient le Parti Communiste du Nord-Vietnam entre partisans d’un alignement sur l’URSS (Le Duan, Pham Van Dong) et partisans d’un rapprochement avec la Chine maoïste (Hoang Van Hoan). Après la mort du président Hô Chi Minh (1969), face à l’exacerbation de la lutte de ligne dans le Parti, cette position est devenue de plus en plus intenable et Vo Nguyen Giap s’est retrouvé isolé. En 1975-76, les tenant-e-s du modèle soviétique de développement l’emportent, les dirigeant-e-s « pro-chinois-e-s » sont brutalement purgé-e-s, le Vietnam devient un “sous-traitant” de l’URSS au sein du COMECON, le marché commun des pays satellites et s’aligne totalement sur la politique internationale de l’URSS (alors même que la droite du Parti Communiste Chinois organise un coup d’Etat après la mort de Mao, engage le pays sur la voie du capitalisme et se tourne résolument vers une alliance avec l’impérialisme US). En 1980, les ex-alliés se font même la guerre…

Le symbole de la fierté retrouvée d’un peuple

C’est à cette époque que Vo Nguyen Giap, encombrant fantôme d’une période révolutionnaire révolue, est déchu de son poste de ministre de la défense. On suppose qu’il s’était opposé à l’occupation du Cambodge. Mais on en est réduit à des supputations, car Giap, communiste discipliné formé à l’école de la IIIème internationale de Lénine-Staline, n’a pas intégré les apports du maoïsme : Il ne conçoit pas que le parti puisse changer de couleur et préfère mener la lutte à l’intérieur plutôt que d’en appeler au masses populaires (comme Mao a su le faire en 1966 contre les dirigeant-e-s engagés sur la Voie Capitaliste qui cherchaient à le marginaliser et à l’enterrer sous des fleurs). Il continue à conserver quelques responsabilités en matière de sciences, de technologie et de planning familial. Il joue son rôle d’icône de la résistance lors des célébrations officielles. Il continue à assumer la ligne du Parti devant ses rares interlocuteur/trice-s etranger-e-s. En 1991, après une ultime lutte de ligne à l’occasion de l’effondrement du bloc soviétique, il est exclu du Comité Central et réduit au silence.

Face aux révisionnistes

Face aux révisionnistes vietnamiens qui rétablissent le capitalisme sur toute la ligne, il reste un symbole pour les masses populaires vietnamiennes qui font les frais de cette politique. Et son nom comme celui d’Hô Chi Minh sont évoqués avec nostalgie. Dans les dernières années de sa vie, il parvient enfin à sortir du silence et à exprimer publiquement ses désaccords, mais c’est trop tard. Si elles renforcent encore sa popularité, ses récentes prises de position contre la corruption des bureaucrates du parti, ainsi que son combat au nom de la défense de l’environnement, des paysan-ne-s et de l’indépendance nationale contre les grands travaux inutiles et nuisibles impulsés par le social-impérialisme chinois au Vietnam ne sont pas suffisantes pour inverser le cours des choses.

Nous présentons nos condoléances à son épouse, la camarade Dang Bich Ha, à ses enfants. Nous présentons notre salut militant à son glorieux peuple combattant, dont nous souhaitons qu’il s’empare résolument de l’arme du maoïsme pour balayer la clique révisionniste qui a usurpé le pouvoir après la victoire sur l’impérialisme US .

HONNEUR AU GENERAL GIAP !

VIVE LA LUTTE DES PEUPLES DU MONDE CONTRE L’IMPERIALISME !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *