Communiqué du TKP-ML à l’issue de son premier congrès.

AVEC LE PARTI, AVANÇONS VERS LA RÉVOLUTION,

GLOIRE À NOTRE 1ER CONGRÈS !

Aux Turcs, Kurdes et autres nationalités de notre peuple.

AVRIL 2019.

Établi sous la direction du camarade Ibrahim Kaypakkaya le 24 avril 1972, notre parti a accompli aujourd’hui son 1er Congrès. Ibrahim Kaypakkaya en demeure, dans l’esprit, l’organisateur, mais il n’a pu le diriger organisé à cause de son emprisonnement et de son assassinat.

Le prolétariat international et les partis communistes, qui incarnent sa lutte, ont toujours, malgré les victoires et défaites historiques, marché en avant. En n’abandonnant pas le drapeau rouge depuis le premier jour de sa fondation, notre parti TKP-ML est resté un poids important dans les luttes.

Notre parti TKP-ML a accompli son premier congrès avec succès. Ce congrès est vu par le parti comme un creuset, une plateforme, dans laquelle les faiblesses et les limites de notre expérience sont discutées. Nous y avons également formulé les manières de dépasser ces faiblesses et limites. Au cours de ce congrès, l’expérience et la connaissance sont consolidés dans le but de construire sur nos propres forces pour faciliter la marche en avant de notre Parti.

Notre 1er Congrès a une importance historique spéciale pour le prolétariat international, le prolétariat de notre pays et notre peuple. Notre congrès embrassant fermement ses principes, a salué les victoires des fondateurs de notre parti et rejeté fermement toute forme d’attaque liquidatrice. Ce cap est maintenu, malgré les offensives contre-révolutionnaires contre notre parti, en avril 2015 par l’impérialisme allemand en collaboration avec l’État turc. Malgré, après ceci, l’attaque opportuniste, scissionniste et liquidatrice dirigée par un groupe minoritaire au sein du Parti. Attaque « de gauche » dans les mots, mais de droite dans la pratique. C’est cela qui a été rejeté par le congrès.

Dans le climat actuel, où la lutte révolutionnaire fait face à des conditions extrêmement désavantageuses, le mouvement populaire [En Turquie] est en reflux, à la suite d’attaques sévères de la part de la dictature fasciste, contre les forces révolutionnaires et patriotes-révolutionnaires. Notre parti TKP-ML a montré sa détermination en organisant avec succès son 1er congrès. En ce sens, notre congrès fur une réponse idéologique et politique aux attaques de la dictature fasciste. Personne ne peut douter qu’ils recevront aussi une réponse en bonne et due forme, sur le champ de bataille, de notre part.

Nos masses exploitées… Ouvriers, paysans, femmes, jeunes gens…

La dictature fasciste a gagné des positions par la violence. Ses porte-paroles continuent de lancer des menaces et à vociférer des attaques vicieuses contre le peuple. Ils ont rendu difficile les conditions le lutte du mouvement populaire. Mais cela ne doit jamais être interprété comme un fait négatif ou être compris dans le mauvais sens. Si tout allait dans leur sens, ils n’auraient pas besoin de brailler autant. Non !, le fait est que rien ne se déroule selon leurs plans, et ils sont incapables de régner comme ils le souhaiteraient. La crise économique, qui s’aggrave tous les jours de plus en plus, a atteint un point où ils ne peuvent plus la gérer en continuant de charger le fardeau sur le dos des masses travailleuses.

C’est pour cela que les exploiteurs hurlent autant.

Même s‘ils essayent de discipliner la classe laborieuse en lui imposant la pauvreté et la faim, nous voyons des exemples concrets de la manière dont la classe prolétarienne unifiée s’organise et défait ses agresseurs.

C’est pour cela qu’ils menacent autant.

Les exploiteurs souhaitent désespérément une bonne nuit de sommeil, à la suite du cauchemar interminable causé par la résistance du peuple Kurde. Peuple qu’ils ont tant essayé d’effacer en détruisant ses maisons et en les égorgeant dans leurs caves. Après un réveil brutal face à la résistance du peuple et la guerre au Rojava, défaisant leurs hallucinations, comme ce fantasme d’une « occupation de Damas en trois jours », ils sont en train d’essayer de trouver une cachette en sécurité, lovés sous les ailes de plusieurs puissances impérialistes.

C’est pour cela qu’ils voient des « terroristes » partout ou ils posent les yeux.

Malgré toutes les attaques, ils voient des milliers de femmes et de personnes LGBTI+ s’unir et occuper les rues.

C’est pour cela qu’ils continueront leurs attaques sexistes.

En résumé, les motivations de toutes ces attaques ouvertes, ces menaces, ces massacres, tortures, condamnations, etc. sont leur horreur d’avoir à considérer leur inévitable futur, sombre et sans espoir pour eux.

C’est pour cela qu’ils sont terrifiés ! En raison de cette peur, ils beuglent. Plus ils vocifèrent et braillent, plus ils sont effrayés, et plus violents encore ils seront ! Ils se comportent comme un monstre blessé qui voit sa mort approcher ! Mais la peur ne peut pas les sauver ! Et, sans le moindre doute notre offensive sera à la hauteur de nos souffrances, de notre exploitation, de ns oppressions et des massacres que nous subissons.

Pour nous, cet aspect de la question que nous observons est essentielle. C’est la lutte organisée du peuple qui va les ensevellir dans les ténèbres. C’est notre fureur consciencieuse et notre hostilité de classe qui écrasera les réactionnaires !

C’est précisément dans conscience de la réalité que notre parti, TKP-ML, a tenu son 1er Congrès. Il l’a tenu pour signifier que la résistance est toujours en cours, que la lutte continue, et qu’il existe de l’espoir et une volonté déterminée pour la victoire. Le 1er Congrès est une torche éclairant les ténèbres qu’imposent les classes dirigeantes, pour guider le chemin des masses exploitées et les Turcs et Kurdes oppressés. Nous appelons toutes les masses laborieuses à nous rejoindre pour porter, ensemble, cette torche et pour prendre part à la guerre pour la liberté et l’émancipation !

La plus grande peur des classes dominantes est le pouvoir organisé des masses. Les masses organisées et intégrées au Parti communiste seront les initiatrices de la fin obscure de leur règne. Notre parti, le TKP-ML, avec son congrès et son programme communiste révolutionnaire, a mis en exergue la tâche et la volonté d’intégrer les masses de notre peuple, des autres nations et nationalités. Également, il met en avant la nécessité de remplir notre devoir de manière efficace, et de préparer les rangs pour cette guerre. Notre marche révolutionnaire ira en avant quand, avec détermination, nous aurons réalisé ces tâches, et qu’elles seront portées par le pouvoir de création illimité des masses.

Dépasser nos limites est notre devoir !

Le congrès, qui a pour but de se préparer la conquête du pouvoir, déclare que notre tâche immédiate à accomplir est de cibler les faiblesses et les déficiences que nous pouvons identifier comme étant des obstacles à la réalisation de la révolution, pour ainsi avancer vers l’avenir. Cela sera réalisé en restant lié à la lutte des classes et en ciblant les points les plus cruciaux des contradictions. Cela sera achevé sous le contrôle des masses. Avec un plan de travail à court et long terme dans les champs politiques, idéologiques et organisationnels, les objectifs du TKP-ML sont :

  • le développement de la Guerre Populaire,
  • l’organisation des masses laborieuses dans les villes,
  • une intégration plus profonde de la nation Kurde,
  • l’intégration de toutes les dynamiques des masses oppressées, incluant les femmes, la jeunesse populaire et les sans-emploi.

Notre congrès fut organisé dans un environnement où la démocratie totale existe. Les points importants de notre ordre du jour ont été discutés, et les décisions ont été prises. La teneur du congrès a synthétisé les discussions sur le programme de notre parti et l’a validé. Au même moment, le parti a intégré différents amendements et ajouts dans les statuts, basés sur les suggestions formulées au cours du congrès.

Notre 1er Congrès a aussi pris des décisions historiques sur la lutte de libération des femmes, en décidant l’établissement de l’Union des Femmes Communistes (Komünist Kadınlar Birliği / KKB) comme une organisation autonome dirigée par le parti.

Notre 1er congrès a dirigé l’orientation du parti vers un approfondissement idéologique, vers l’accroissement des compétences politiques, vers le renforcement de la solidité organisationnelle, et pour plus de détermination militaire face aux offensives contre notre camp, particulièrement en contre les attaques impérialistes et fascistes.

Notre parti a pris ces décisions concrètes et importantes, parmi d’autres, au cours du 1er congrès pour que les problématiques soulevées ne le restent pas uniquement en théorie. Avec ces nouvelles organisations et les nouveaux ajustements, notre parti sera capable d’atteindre la dynamique désirée. Cette dynamique sera réalisée par l’analyse de manière plus large les décisions intégrées dans le programme, de la stratégie aux politiques que le parti mène. Notre mission n’est pas d’écrire la révolution sur le papier, mais de la réaliser en pratique.

En ce sens, notre congrès appelle à tout le peuple, les millions d’oppressés et exploités, tous les travailleurs, Kurdes, femmes et jeunes gens à prendre part à la Révolution Populaire Démocratique, pour établir le pouvoir du peuple, pour l’émancipation et la liberté contre la dictature fasciste. Sans la Révolution Populaire Démocratique, nous ne pouvons pas démolir leurs palais, avancer vers notre futur et réaliser le progrès. Il est évident, au regard de l’histoire, que la dictature fasciste actuelle ne peut être démolie que par la Guerre Populaire.

Notre parti, le TKP-ML, a souligné la crise de régime des classes dirigeantes turques dans son premier congrès. Dans le même temps, il a aussi mis à l’ordre du jour le combat contre la fragmentation des forces révolutionnaires et démocratiques et le besoin d’unir nos forces. Des décisions claires ont été prises sur cette question, pour continuer à défendre la ligne de lutte idéologique, pour créer des principes communs contre l’agression par les classes dirigeantes, en accord avec nos objectifs directs. Les masses travailleuses oppressées l’exigent de nous, et le TKP-ML accomplira tous les efforts possibles pour remplir ses objectifs.

Sans le moindre doute, la crise politique et économique mentionnée plus tôt ne s’applique pas qu’a la bourgeoisie turque. Pendant que le système impérialiste-capitaliste continue de pourrir, il continue aussi d’accentuer la contradiction entre les peuples opprimés du monde envers l’impérialisme et la réaction. Il n’est pas possible de parler d’un endroit du monde où, malgré la fragmentation du pouvoir populaire, les masses opprimées ne sortent pas dans les rues en nombre. D’un autre côté, il est un fait que la direction juste de la révolution, constituée par les mouvements communistes, qui en sont la force subjective, n’arrivent pas à suffisamment organiser et transformer la colère générale en révolution. La réflexion sur ce problème permet de tirer la conclusion que la raison première de ceci est la grande faiblesse actuelle des relations internationales révolutionnaires, et l’absence d’une organisation générale et inclusive des organisations.

Avec les décisions prises dans le 1er congrès, notre parti TKP-ML est prêt à franchir les étapes pour résoudre les faiblesses dans le camp internationaliste, avec la formule « développer la révolution de notre pays pour servir la révolution mondiale ». Pendant que le TKP-ML fera tous les efforts pour accomplir les tâches de la révolution dans notre pays, il fera tout pour étendre la solidarité avec toute initiative révolutionnaire dans la lutte des classes des autres pays. Il travaillera également à la mise en place et au renforcement de la direction idéologique et politique de la révolution prolétarienne mondiale, qui sera le trait d’union de toutes ces luttes.

Notre 1er congrès a honoré notre martyr et membre du parti Nubar Ozanyan, voyant en lui un exemple de l’implication de notre parti au Rojava. La ligne de notre parti, d’Ibrahim Kaypakkaya à Mehmet Demirdag, et Nubar Ozanyan, souligne le caractère communiste et la qualité des cadres, en qui nous voyons un exemple pour tous et toutes. Il fut souligné que nous pouvons vaincre les difficultés présentes en prenant exemple sur le camarade Ozanyan.

Notre leader communiste, Ibrahim Kaypakkayya, nos secrétaires généraux martyrs Süleyman Cihan, Kazim Celik et Mehmet Demirdag, immortalisés pendant la guerre, et notre camarade Nubar Ozanyan, auquel ce congrès fut dédié, furent des commandants des forces militaires de notre parti dans des moments difficiles. Ils continueront de nous guider au sein du parti, avec leur direction politique et idéologique, et nous démontreront encore le vrai sens de ce qu’est une révolution dans la réalité.

GLOIRE À NOTRE 1ER CONGRÈS !

VIVE NOTRE PARTI TKP-ML, L’ARMÉE POPULAIRE TIKKO, L’ORGANISATIONDE JEUNESSE TMLGB, ET L’ORGANISATION DES FEMMES KKB !

VIVE LA GUERRE POPULAIRE !

VIVE LE MARXISME-LÉNINISME-MAOÏSME !

VIVE L’INTERNATIONALISME PROLÉTARIEN !

COMITÉ CENTRAL DU TKP-ML – BUREAU POLITIQUE

AVRIL 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *