Le chemin de croix de l’écologie.

Sans qu’il n’y ait réellement de vague verte, les hauts scores obtenus par les listes écologistes leur ont valu une grande couverture médiatique. La victoire à Lyon, par exemple, a été ressentie de manière très variée dans les différentes couches de l’opinion publique.

L’abstention a atteint globalement 59  %. Il s’agit d’un record, pour des élections qui sont pourtant relativement suivies. Elle est tant à la fois conjoncturelle, du fait de la pandémie, que structurelle. Les élections sont, dans l’ensemble, de moins en moins suivies. Le «  désenchantement démocratique  » joue ici en plein. Les scandales à répétition (Fillon, Balkany…etc) et l’impunité totale des politiciens et politiciennes tend à détacher toujours plus la grande masse des électeurs de leurs élus.

En dépit de cela, il faut reconnaître aux listes vertes un certain succès. Il est indéniable que les mouvements écologistes ont le vent en poupe. Il n’existe plus personne pour contester le fait que la situation se dégrade sensiblement d’année en année. La pandémie et les questions sous-jacentes à celle-ci ont également joué en plein. Il existe d’ailleurs une tendance à ce que les questions centrales glissent insensiblement du social, de la défense des intérêts des travailleurs, à la défense des possibilités de survie.

Des verts« à demi vide ».

Nous, militants et militantes révolutionnaires, quelques soient d’ailleurs nos sensibilités et nos conceptions de ces questions, nous regardons avec méfiance EELV et ses satellites. À ce titre, le site d’information libertaire Rebellyon a fait un travail particulièrement poussé quant à la nouvelle équipe lyonnaise.1 Nous ne pouvons pas oublier qu’EELV, à l’époque de François Hollande, a exercé conjointement le pouvoir. De même, il a été possible pour nos camarades Grenoblois de Solidaire d’expérimenter la répression écologiste.2 Cette gauche verte possède, dans le fond, tous les traits de la «  deuxième gauche  » née dans les années 1970. Une gauche soumises aux injonctions morales imposée par les capitalistes, pour échapper à l’épithète du totalitarisme. Une gauche qui joue principalement sur les attitudes individuelles, laissant de côté les questions centrales du mode de production des richesses et de l’exploitation. En somme, une gauche «  éthique et morale  » dans un monde en guerre, sans foi ni loi. C’est honorable, mais l’honneur seul est le privilège des vaincus de l’histoire. Or, les enjeux sont bien trop élevés.

Le corollaire de cette vision du monde est la recherche du «  moindre mal  ». Ce moindre mal conduit, à la fin, à capituler progressivement pour ne pas rentrer en confrontation directe avec les intérêts du grand patronat ou la fameuse «  place de la France dans le monde  », place qui est celle de sa bourgeoisie.

Cela, nous le savons. Mais pourtant, les réactions face au «  totalitarisme vert  » ont été d’autant plus brutales qu’inexplicables. Ainsi, qu’est ce qui se passe dans l’esprit de Zemmour pour qu’il aille jusqu’à dire «   Le vert des Verts correspond, comme par hasard,3 au vert de l’islam.  »  ? Plus élaboré, qu’est ce qui amène Olivier Babeau, dans le Figaro, à dire  : «  L’écologie s’est historiquement construite sur un mouvement de résistance à la modernité des Lumières et au capitalisme. Par essence réactionnaire, conservatrice et antilibérale, elle avait connu un certain épanouissement avec le national-socialisme, auprès de qui les thèmes de l’anti-cosmopolitisme, du retour à la terre, des valeurs simples et des solidarités ancestrales résonnaient parfaitement.  »

Cela mérite un peu d’explication.

L’histoire de la mentalité des élites en France est souvent traitée avec légèreté au sein de l’hexagone. Elle est pourtant très fortement polarisée par la conversion progressive des élites intellectuelles à la réaction, au nom de l’anti-totalitarisme.

Tout un arsenal rhétorique a été conçu dans les années 70 pour faire barrage à la gauche. Pourtant, nous savons que cette gauche n’a pas été révolutionnaire. Elle a très bien joué sa partition, qui consistait, au nom, une nouvelle fois, du «  moindre mal  », à protéger le capitalisme de la crise économique, à le nourrir, le choyer, puis à la lui rendre sa liberté. En fait de dictature totalitaire, on ne peut mettre au crédit de cette gauche qu’une certaine décentralisation et démocratisation de l’appareil d’État.

Et pourtant. Cette bien maigre «  révolution par les urnes  » était perçue comme une intolérable menace contre la démocratie bourgeoise et l’ordre établi. Suffisamment pour que les intellectuels se rallient à des thèses qui assimilent Lumières, Révolution Française, gauche, et totalitarisme. Il y avait la crainte d’un débordement, d’une trop grande remise en cause des institutions par la population elle-même, dépassant le gouvernement, et que celle-ci finisse par menacer l’ordre. La marche de beurs, par exemple, entre le 15 octobre 1983 et le 3 décembre, a été une illustration de ces dépassements. Le PS est cependant arrivé à la canaliser, l’engouffrant dans l’impasse de SOS Racisme.

Dans la perception actuelle de l’écologie se trouve la même crainte. La crainte que, au-delà du contenu politique et de la piètre pratique des écologistes-libéraux, l’appropriation de la question de l’écologie par les masses populaires ne débouche sur une angoissante fusion. Que le débat et la nécessité vitale de protéger la Terre ne fusionne aux revendications sociales et politiques.

Olivier Beabeau se trahit, dans le fond, en rattachant dans le même article, le mouvement écologiste aux mouvements de gauche. «  En France, le mouvement écologiste a prospéré sur les ruines des idéologies communistes d’abord, et socialistes ensuite.  » Plus que d’analyser quoique ce soit, l’auteur n’a pas d’autre but que de pouvoir placer les mots honnis dans son pamphlet. Dans le fond, ce qui lui serre la gorge, c’est bel et bien une jonction Vert-Jaune-Rouge.

Ce qu’oublie, ou ce que feint d’oublier Olivier Babeau, est qu’il existe différentes origines et différentes expressions de l’écologie. Il existe une, réactionnaire, contemplative, qui est celle qui se rattache au mouvement Steiner, dont l’avatar actuel est Pierre Rahbi. Elle est également celle de Christine Boutin, laquelle partageait le tweet suivant  : «  Le problème n’est pas tant que triomphent les écologistes, mais que les écologistes ne sont pas écologistes. Car par définition l’écologisme ne peut être que conservateur – de l’ordre naturel, immuable de la terre & du vivant. Aussi devrait-il même être aujourd’hui réactionnaire.  » C’est paradoxalement celle qui pose le moins de problème aux capitalistes.

Mais il existe une autre conception, marxiste, révolutionnaire, de l’écologie. Celle qui s’est d’ailleurs concrétisée dans les travaux de l’influent intellectuel soviétique Vladimir Vernadsky. Il est le créateur du concept de biosphère. Dans cette conception, les activités humaines ne peuvent être séparées de la nature. L’avenir que dessinait ce penseur était résumé ainsi  :

«  Nous avons pourtant un projet de société à dessiner. Une société de démocratie populaire. Une société dans laquelle l’économie change profondément de nature. Dans laquelle les rapports marchands finissent par disparaître, et où elle finit par être intégrée à l’écologie, dans une optique de gestion des ressources terrestres. Cette administration des ressources est mise au service des besoins sans cesse croissants, culturels et matériels, de la population. Des besoins immenses, mais qui, pourtant, ne représentent qu’une fraction du gâchis épouvantable de ressources qu’est le capitalisme.  »4

C’est précisément cette synthèse que redoutent les capitalistes, et qu’ils nomment «  totalitaire  » car elle inclut l’intégralité de l’humanité et des activités humaines dans un seul ensemble. Elle est celle que nous devons défendre.

Les initiatives individuelles sont bien souvent moquées par les mouvements politiques révolutionnaires. Pourtant, elles font partie de la solution plus que du problème. Elles sont une première étape dans l’intégration des pratiques écologistes dans une solution politique intégrale. Elles méritent d’être soutenues. Mais il en est de même pour les luttes sociales, qui présentent une importance considérable pour la vie matérielle. C’est la synthèse entre ces éléments, une synthèse politique, qui peut permettre de progresser réellement sur le chemin de la solution.

Fessenheim, un cas d’école.

La fermeture de la centrale de Fessenheim a suscité des réactions mitigées. Elle est illustrative des contradictions au sein du mouvement ouvrier, du mouvement politique progressiste et écologiste. La fermeture de Fessenheim a été considérée par la CGT, ainsi, comme le préalable à un écocide. Le manque de mégawatts serait, en effet, compensé par l’importation d’une électricité Allemande produite par la combustion du charbon. C’est factuellement vrai.

Cependant, Fessenheim, la plus vieille centrale nucléaire de France, a dépassé depuis longtemps les limites de sécurité liée à l’âge. Elle est devenue structurellement dangereuse, avec une durée de vie poussée administrativement, tandis que l’externalisation de l’entretien amoindrit encore ces sécurités. Quelles que soient les considérations liées au nucléaire, le minimum est un consensus sur ce point précis. D’ailleurs la rhétorique sur le fait que l’État se coucherait devant les lobbys écologistes ne tient pas debout. Le nucléaire et l’ensemble de cette filière sont bien trop précieuses pour être sacrifiées. Elle est, avec Total, un des grands piliers de l’impérialisme français.

La réalité est là  : la contestation économiste seule ne suffit pas. L’équation posée par la CGT est ainsi insoluble. Dans la balance, d’un côté la perte d’emploi, la hausse du CO2, le besoin d’importation. De l’autre le coût d’une nouvelle centrale, la question de l’occupation militaire des zones d’extraction, la pollution de longue durée.

Que faire  ? Couper la poire en deux  ? Accepter une partie de l’équation  ? Choisir entre la pollution au Niger ou ici  ? Choisir entre l’impérialisme et l’importation  ? Le cas de Fessenheim montre que la solution est impossible sous le capitalisme.

Ou alors, considérer qu’il faut accepter le fait que techniquement cette centrale soit hors d’âge. Considérer qu’il faut lutter pour que les emplois soient protégés. Mais, à côté de cela, mettre tout en œuvre pour organiser politiquement ceux et celles qui sont partie prenante dans ce débat, et leur offrir comme perspective la possibilité d’une gestion démocratique de la production d’énergie, dans le cadre d’un autre régime.

Un régime qui puisse transformer la manière dont nous produisons et dont nous consommons l’énergie. Qui puisse proposer une quadrature de cercle, en développant des énergies propres, saines, dans lesquelles la question de la rentabilité est évacuée par la fin du parasitisme bourgeois. C’est à cela que nous voulons travailler. C’est cela la véritable vague verte.

1https://rebellyon.info/Des-Verts-a-moitie-vides-Portraits-des-22376

2https://solidairesetudiantsgrenoble.wordpress.com/2016/06/22/notre-petite-visite-au-conseil-municipal-de-mr-piolle/

3Il ne faut pas oublier d’insister sur le «  comme par hasard  », puisqu’il s’agit de l’argument central. Sans la virgule de dislocation, cela sonne moins bien, il faut le dire.

4https://unitecommuniste.fr/analyses/le-besoin-vital-dune-utopie/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *