Résolution sur l’intensification du conflit entre la Grèce et la Turquie

Communiqué de l’ICOR

Les affrontements des navires de guerre grecs et turcs de ces dernières semaines montrent
que leurs gouvernements ne reculent pas devant la guerre dans la lutte pour le contrôle des réserves de gaz naturel en Méditerranée orientale. L’État fasciste turc, qui assume de plus en plus le rôle de fer de lance de la contre-révolution dans la région, déclare depuis longtemps ouvertement sa volonté d’explorer les réserves de gaz et toutes les autres ressources maritimes de la Méditerranée, tout comme les autres États riverains. Bien que les ressources minérales soient en jeu, ce conflit est également l’expression de l’aspiration générale à étendre leurs sphères de pouvoir et d’influence (politique, économique, géostratégique).

Depuis la découverte de gisements de pétrole et de gaz naturel dans la région, tous les pays riverains de la zone tentent d’étendre leur territoire maritime au détriment des autres. Des alliances temporaires sont forgées contre d’autres. Les pays impérialistes, qui n’ont aucune frontière maritime dans cette zone, sont fortement impliqués. Ils alimentent les conflits entre les États riverains, actuellement entre la Turquie et la Grèce. Alors qu’ils mènent essentiellement une politique belliciste, ils se font hypocritement passer pour des agents de la paix ! Même si la situation est atténuée pendant un certain temps, le conflit n’est pas résolu, mais continue de couver et peut à tout moment dégénérer à nouveau !

Le conflit constitue une réelle menace de guerre, contre laquelle les masses laborieuses doivent lutter. En raison notamment de l’implication de l’UE et de l’OTAN, un conflit militaire – et son escalade à ce jour – aurait immédiatement aussi une dimension mondiale et constituerait une menace sérieuse pour la paix mondiale.

Lénine exige : “Le prolétariat lutte contre la guerre et luttera toujours contre elle sans relâche, sans jamais oublier un seul instant que la guerre ne peut être abolie qu’avec l’abolition complète de la division de la société en classes” (Lénine “Le capital européen et l’autocratie”).

La résolution de l’ICOR du 6 août et du 1er septembre (Journée anti-guerre) lance cet appel : “Combattre l’impérialisme, et mettre fin aux provocations militaires et aux exercices de guerre dans le monde entier !

Dans cette situation, il est particulièrement important que nous, révolutionnaires et internationalistes prolétarien.nes, nous positionnions ensemble par delà les frontières nationales, contre toute agression impérialiste et formions un front uni, en Turquie comme en Grèce, contre les bellicistes et leurs partisans. L’internationalisme prolétarien signifie : pas de soutien aux politiques prédatrices du gouvernement et des dirigeants respectifs en Turquie comme en Grèce ; il n’y a pas de guerre “juste” menée pour les intérêts impérialistes. Nous le savons : Dans une guerre injuste, l’ennemi principal se trouve dans votre propre pays !

Les travailleurs et les masses en Turquie comme en Grèce tendent la main dans la lutte pour la paix, la liberté et le socialisme !

Signataires (en date du 22/1/2021, d’autres signataires sont possibles) :

  1. БКП Българска Комунистическа Партия (Parti communiste bulgare)
  2. PR-ByH Partija Rada – ByH (Parti du travail – Bosnie et Herzégovine)
  3. MLPD Marxistisch-Leninistische Partei Deutschlands (Parti marxiste-léniniste d’Allemagne)
  4. UCLyon Unité Communiste Lyon, France
  5. UPML Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste, France
  6. BP (NK-T) Bolşevik Parti (Kuzey Kürdistan-Türkiye) (Parti bolchévique (Kurdistan du Nord / Turquie))
  7. KOL Kommunistische Organisation Luxemburg (Organisation Communiste de Luxembourg)
  8. RM Rode Morgen (aube rouge), Pays-Bas
  9. UMLP União Marxista-Leninista Portuguesa (Union marxiste-léniniste portugaise)
  10. MLP Marksistsko-Leninskaja Platforma (Plate-forme marxiste-léniniste), Russie
  11. MLGS Marxistisch-Leninistische Gruppe Schweiz (Groupe marxiste-léniniste de Suisse)
  12. KSC-CSSP Komunisticka Strana Cheskoslovenska – Cheskoslovenska Strana Prace (Parti communiste de Tchécoslovaquie – Parti ouvrier tchécoslovaque), République tchèque
  13. MLKP Marksist Leninist Komünist Parti Türkiye / Kürdistan (Parti marxiste-léniniste communiste Turquie / Kurdistan)
  14. KSRD Koordinazionnyj Sowjet Rabotschewo Dvizhenija (Conseil de coordination du mouvement ouvrier), Ukraine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *