106e anniversaire du génocide des Suryoye, Arméniens et Grecs de Pontos, commis par l’Empire ottoman en 1915.

Le ministre de l’Intérieur par intérim de l’époque a ordonné une “réinstallation massive” de tous les Suryoye, Arméniens et Grecs de Pontos vivant dans l’Empire ottoman. Les Suryoye se réfèrent à ce chapitre sombre de leur passé comme Sayfo, en araméen : épée. La Turquie continue de nier les crimes commis contre les peuples chrétiens dans l’Empire ottoman. Cependant, la reconnaissance du Sayfo de 1915 est d’une importance capitale pour les Suryoye et la mémoire collective de ce peuple.

Les réinstallations massives se sont transformées en marches de la mort, des centaines de milliers de Suryoye ont erré sans but dans le désert de Mésopotamie et y sont morts. 500 000 Suryoye, 1,5 million d’Arméniens et 300 000 Grecs du Pontos ont été victimes du génocide, soit un total de plus de 2,3 millions de personnes. Les faits historiques à ce sujet sont toujours niés en Turquie, les livres d’histoire restent falsifiés et quiconque évoque le génocide, en tant que journaliste par exemple, s’expose à de sévères représailles.

Les biens et les terres des Suryoye et des autres minorités chrétiennes ont été confisqués par le gouvernement ottoman ou turc. Les biens confisqués de la minorité non-musulmane constituent la base économique de la République turque.

Aujourd’hui, l’oppression, la persécution et le meurtre du peuple Suryoye par l’État turc fasciste se poursuivent. De 1987 à 1998, plus de 45 Suryoye ont été enlevés, torturés et assassinés dans la ville de Midyat. Les Suryoye ne sont pas reconnus en Turquie comme un peuple distinct avec une langue, une histoire et une culture. Ainsi, l’acquisition de biens, la construction ou la préservation des bâtiments de l’église sont semées d’embûches, la formation de la prochaine génération de prêtres et l’enseignement officiel de la langue araméenne sont interdits. Les Suryoye sont dénigrés dans les manuels scolaires turcs comme des traîtres à la patrie. Les champs des Suryoye sont régulièrement incendiés par l’armée turque sous prétexte de combattre la guérilla kurde. Avec l’occupation de la Turquie dans le nord de la Syrie, qui est contraire au droit international, et le soutien des milices terroristes djihadistes fascistes, l’État fasciste de Turquie commet un nouveau génocide contre le peuple Suryoye en Syrie et en Irak.

L’impérialisme allemand poursuit également sa politique d’intérêts avec et pour le gouvernement fasciste turc et criminalise et persécute les activistes révolutionnaires Suryoye en Allemagne.

Pour commémorer le 100e anniversaire du génocide des Suryoye de 1915 en Turquie, des Suryoye intellectuels de Tur Abdin se sont réunis et ont fondé le Mouvement populaire révolutionnaire Suryoye (araméen. Suryoye Qauwonye) à Midyat en 2015.

La lutte pour la reconnaissance du génocide des Suryoye fait partie de la lutte anti-impérialiste mondiale. Pour gagner, il faut construire des partis révolutionnaires et promouvoir l’union et la coordination dans l’ICOR. La construction du front uni anti-impérialiste et antifasciste est également à l’ordre du jour !

A l’occasion du 106ème jour de commémoration, le 15 juin 2021, nous, comme l’ICOR, exigeons immédiatement, sans condition et avec toutes les conséquences :

– Reconnaissance du génocide contre les Suryoye par l’Etat turc !

– La reconnaissance du Suryoye en tant que peuple autochtone en Turquie et une protection constitutionnelle de ses droits et libertés !

– L’égalité devant la loi avec les autres citoyens vivant en Turquie sans aucune discrimination selon leur religion, leur langue, leur ethnie et leur région géographique !

– Le droit à la diffusion de la langue araméenne !

– Le droit à la culture et aux traditions araméennes !

– Le droit à la pleine pratique de la religion et la restitution des biens expropriés !

– Le droit de retour !

– Droits de l’homme et justice pour le Suryoye assassiné !

Signataires (en date du 15/06 2021, d’autres signataires sont possibles) :

  1. БКП Българска Комунистическа Партия (Parti communiste bulgare)
  2. БРП(к) Българска Работническа Партия (комунисти) (Parti ouvrier de Bulgarie (Communistes))
  3. PR-ByH Partija Rada – ByH (Parti du travail – Bosnie et Herzégovine)
  4. UPML Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste, France
  5. BP (NK-T) Bolşevik Parti (Kuzey Kürdistan-Türkiye) (Parti bolchévique (Kurdistan du Nord / Turquie))
  6. KOL Kommunistische Organisation Luxemburg (Organisation Communiste de Luxembourg)
  7. MIKSZ Magyar Ifjúság Közösségi Szervezete (Organisation de la Communauté de la Jeunesse Hongroise)
  8. RM Rode Morgen (aube rouge), Pays-Bas
  9. UMLP União Marxista-Leninista Portuguesa (Union marxiste-léniniste portugaise)
  10. RMP Российская маоистская партия (Rossijskaya maoistskaya partiya) (Parti maoïste russe)
  11. MLGS Marxistisch-Leninistische Gruppe Schweiz (Groupe marxiste-léniniste de Suisse)
  12. SGB Suryoye Gawonoye d´Bethnahrin (SGB Araméens communistes de Mésopotamie), Turquie
  13. MLKP Marksist Leninist Komünist Parti Türkiye / Kürdistan (Parti marxiste-léniniste communiste Turquie / Kurdistan)
  14. KSRD Koordinazionnyj Sowjet Rabotschewo Dvizhenija (Conseil de coordination du mouvement ouvrier), Ukraine
  15. UoC Union of Cypriots (Union des Chypriotes), Chypre
  16. UC Unité Communiste, France

Signataires additionnels (Non-ICOR) :

  1. International Solidarity United Front of Suryoye (ISUF-S)
  2. National Council of the Suryoye of Mesopotamia (MUSB)
  3. Popular Front of Suryoye (Turkey)
  4. Popular Front of Suryoye in Europe
  5. People’s Council of Suryoye (Turkey)
  6. People’s Council of the Aramean Suryoye
  7. People’s Council of the Assyrian Suryoye
  8. People’s Council of the Chaldeans Suryoye
  9. People’s Council of the Suryoye in Syria
  10. People’s Council of the Suryoye in Europe (Germany, Austria, Switzerland, Sweden, Netherlands)
  11. People’s Movement Revolutionary Suryoye
  12. Suryoyutho TV

(Les Suryoye d’aujourd’hui sont d’origine sémitique et leurs racines remontent aux anciens peuples du Proche-Orient et aux civilisations avancées de Mésopotamie, les Akkadiens, les Babyloniens, les Assyriens, les Araméens et les Chaldéens. Ils sont également connus sous les noms d’Araméens, d’Assyriens, de Chaldéens, de Syriens, ainsi que sous d’autres termes régionaux ou confessionnels tels que Syriaque orthodoxe, Maronites, Melkites, Église chaldéenne et Église assyrienne. Le terme ethnique générique est “Suryoye”. La patrie des Suryoye est le Proche-Orient et se concentre dans la région mésopotamienne (Beth Nahrin), connue comme le berceau de la civilisation.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *