Solidarité antifasciste !

Hier, des militantes et des militants liés à la mouvance autonome et antifasciste ont été la cible d’arrestations. Pour le moment, nous ne connaissons pas les chefs d’inculpation qui sont retenus. Mais ceux-ci sont secondaires : ce qui est important, c’est qu’une opération de masse s’est dirigée contre le camp de la lutte.

Ce n’est pas la première fois que ces militants et ces militants sont dans le collimateur de la police et de la justice. Ce n’est pas la première fois non plus que cela se mue en un acharnement policier. Mais un nouveau cycle commence.

Récemment déjà, il y avait eu des pressions est de la part de la Région contre le Lyon Antifa Fest. Ces pressions répondaient à des exigences formulées par la Police, laquelle s’était sentie outragée par une des chansons de l’édition de 2015.

Aujourd’hui, cette nouvelle vague de répression vise à balayer les forces antifascistes, les forces combatives, les forces populaires. Elles pourraient, dans l’instabilité actuelle, gêner le bon déroulement des élections, gêner la bonne marche des réformes qui ont vocation à «  remettre la France en route  »  : en détruisant encore davantage toutes les conquêtes sociales.

Il y a t’il vraiment lieu de pointer encore du doigt l’inégalité de traitement entre les militantes d’extrême-gauche et ceux d’extrême-droite  ?

Elle n’a rien d’étonnante. Tandis que les premiers veulent bouleverser l’ordre établi, mettre à terre le vieux monde, les fascistes en sont un des remparts. L’État et son appareil de répression procèdent deux avec un deux-poids, deux-mesures. De même toutes les facilités leurs sont accordées.

D’ailleurs, la bourgeoisie ne s’y trompe pas  : Des milliardaires comme Bolloré préparent l’élection de Zemmour ou d’une coalition ultra-réactionnaire. Même Macron lui a demandé des conseils quant à l’immigration.

Certes, une répression touche aussi les militants radicaux d’extrême-droite. Ainsi, un apprenti artificier, qui voulait fabriquer une bombe «  sale  » s’est fait arrêter. Des moines qui incendiaient des tours 5G également. Mais cette répression n’occupe pas la même place. Elle sert juste à contenir les fascistes, à éviter qu’ils n’aillent plus vite que la musique. Derrière, aucune campagne médiatique, aucune indignation compassée de la part de nos grands intellectuels… Non, soit le silence soit les applaudissement les accompagnent.

Nous affirmons notre solidarité avec les militantes et les militants arrêtés et inculpés. Chaque arrestation est une attaque contre nous tous et nous toutes. Quelque soient les divergences, quelque soient les perceptions et les stratégies, nous concourrons toutes et tous à un seul grand front de résistance et de solidarité. Ne le laissons pas se fragmenter  !

Pour plus d’information  : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=418731496336152&id=109220607287244

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *