Lettre du CPA(ML) Australien à la direction de l’ICOR

Chère camarade Monika,

Merci beaucoup d’avoir exprimé votre inquiétude face à la catastrophe des feux de brousse en Australie. Ces feux de brousse sont d’une ampleur et d’une intensité sans précédent. À ce jour, 28 vies ont été perdues, plus de 2500 maisons ont été complètement détruites et peut-être plus d’un milliard d’animaux, y compris le bétail et la faune, ont été tués. 10 milliards d’hectares et un certain nombre de petites villes rurales ont été brûlés.

Les incendies se sont généralement produits dans des zones rurales et n’ont pas menacé les grandes banlieues des villes où vivent la plupart de nos membres. Néanmoins, plusieurs de nos membres se sont trouvés à proximité des incendies et ont dû partir ou être évacués.

Nous continuerons à proposer des analyses de cette catastrophe climatique sur notre site web. Vous avez peut-être vu sur notre site un dépliant du Parti sur les feux de brousse que nous avons distribué lors de grands rassemblements urbains hier (vendredi).

D’une manière générale, les masses se rendent en grand nombre à ces rassemblements. Leur niveau politique et idéologique global est inégal, de sorte que notre approche et notre présentation doivent tenir compte des différents niveaux de conscience de classe. La majorité dirige sa colère contre l’arrogance et l’incompétence du Premier ministre et du gouvernement qui ignorent et nient les avertissements antérieurs des scientifiques et des experts en incendie concernant les conditions climatiques changeantes qui alimentent d’immenses feux de brousse incontrôlables. Ils sont en colère contre l’incompétence et le mépris des gouvernements qui n’ont pas fourni d’aide urgente et immédiate aux pompiers et aux communautés touchées. Certains demandent le limogeage ou la démission du Premier ministre et du gouvernement. Un nombre plus restreint d’entre eux dirigent leur colère contre les entreprises de combustibles fossiles. Ils sont de plus en plus nombreux. Un nombre encore plus restreint de personnes considèrent le capitalisme comme la cause profonde de la crise climatique que le capitalisme n’est pas capable de résoudre. Nous devons partir des préoccupations qui sont évidentes sur les pancartes et les banderoles et des conversations que nous avons avec les gens et essayer d’élever leurs préoccupations spontanées à un niveau supérieur. Les monopoles bourgeois des médias et les marionnettes des monopoles des combustibles fossiles au Parlement essaient de détourner l’attention des sociétés d’exploitation des combustibles fossiles et de canaliser la colère des masses contre les individus, par exemple, les inefficacités d’un PM inutile et de quelques politiciens qui sont sacrifiables à la classe dirigeante chaque fois qu’ils deviennent inefficaces pour poursuivre les illusions et contrôler le peuple, tant que le capitalisme et la domination impérialiste de ce pays restent intacts. La classe dirigeante blâme les pyromanes et les environnementalistes pour détourner l’attention d’elle-même.

Certains de nos membres utilisent les médias sociaux pour atteindre un public plus large et souligner que si le Premier ministre Morrison et le gouvernement doivent être condamnés avec férocité et réclamer leur limogeage, nous ne devons pas oublier qui se cache derrière eux, car ils ne sont que des marionnettes des entreprises de combustibles fossiles (principalement des multinationales) qui tirent leurs ficelles.

Le journaliste d’investigation Michael West expose la façon dont les multinationales des combustibles fossiles dictent les politiques de ce pays en matière de combustibles fossiles et d’exportation d’énergie ici

Nous appelons à la nationalisation des entreprises multinationales de combustibles fossiles, qui doivent être dirigées par des travailleurs et des ouvriers, et utiliser les bénéfices pour passer des combustibles fossiles aux énergies renouvelables, développer des industries durables et garantir des emplois, et répondre aux besoins des travailleurs. C’est notre exigence immédiate qui pose les bases révolutionnaires anti-impérialistes d’une révolution socialiste.

Vous avez peut-être vu la marine australienne déployée pour évacuer certaines villes côtières. C’est la première fois que des membres de l’armée et de la marine sont déployés de cette manière. Une partie de l’armée de réserve (des civils qui suivent une formation militaire) a également été appelée en service et mise au travail dans des zones ravagées par des feux de brousse – une première également pour notre pays.

Le Premier ministre Scott Morrison est profondément impopulaire, d’une part pour avoir passé des vacances à Hawaï au plus fort de la crise, et d’autre part pour ses dénégations sur le changement climatique. Un jour, il a apporté un morceau de charbon au Parlement pour montrer son scepticisme face au réchauffement climatique et son soutien aux combustibles fossiles. Une jeune femme a bénéficié d’une couverture médiatique nationale lorsqu’elle a refusé de lui serrer la main dans une région dévastée par des feux de brousse.

Le poème suivant capture quelque chose de ce moment :

The hand that carried the coal

She refused to

Shake the hand

That carried the coal

That obscenely fondled the coal

That brandished the coal

Taunting the nation

Embracing fossil fuel

In our blackest hole –

Parliament

She laid down conditions

For shaking the hand

Of the mirthmaker

Of the smirker

Of the loyal servant

Of the big corporations

Whose home still stands

Unlike her own charcoaled decay…

And he turned and walked away.

Nero fiddled for six days

And seven nights while

Rome burned

We’ve been burning for months

So whose crime is greater?

History’s harsh judgement

In flames he has earned.

Il est toujours dans le déni, déclarant hier à l’animatrice radio Kim Landers que “la suggestion que l’Australie … augmente ses objectifs de réduction des émissions n’aurait pas, d’une manière ou d’une autre, provoqué ces incendies est, à mon avis, une proposition absurde …Nous devons nous assurer que nos politiques sont équilibrées et sensées et ne poursuivent pas des objectifs irresponsables qui détruisent l’emploi et l’économie et qui ne réduiront pas les risques d’incendie de brousse, mais qui prendront les emplois des gens… La suggestion que d’une manière ou d’une autre les réductions d’émissions de l’Australie sont directement liées aux incendies en Australie… eh bien, ce n’est tout simplement pas vrai”.

C’est la même ligne qu’il a défendue en novembre, lorsqu’il a déclaré que “la suggestion selon laquelle l’Australie, responsable de 1,3 % des émissions mondiales, aurait un impact direct sur des incendies spécifiques, que ce soit ici ou ailleurs dans le monde, ne correspond pas non plus à des preuves scientifiques crédibles”.

Il est vrai qu’une petite réduction de nos émissions aurait un effet minime sur les émissions mondiales, mais là n’est pas la question. Le leadership consiste à donner des exemples. Une réduction volontaire, spécifiquement en réponse à notre nation en feu, servirait de défi aux autres nations pour qu’elles en fassent plus. Nous étions autrefois les seuls, au niveau international, à donner des voix et le droit de se présenter aux élections législatives, aux femmes – et le monde a suivi.

Non seulement nous avons besoin d’un leadership pour réviser à la baisse notre objectif d’émissions, mais nous devons également réduire et supprimer progressivement nos exportations de combustibles fossiles. L’Australie représente 30 % des exportations mondiales et contribue donc largement au réchauffement de la planète et aux catastrophes sans précédent que sont les feux de brousse dont nous sommes témoins.

Nous ne nous laisserons pas tromper par les larmes de crocodile du Premier ministre concernant nos emplois. Comme le dit le dernier point de notre dépliant sur les feux de brousse, nous avons besoin d’une transition juste vers une économie durable. Morrison n’a aucune idée de ce que cela signifie. Il n’est tout simplement pas intéressé. L’opposition travailliste est tout aussi mauvaise. Après avoir subi une lourde défaite lors des élections de l’année dernière, elle s’est encore plus rapprochée des politiques pro charbon du gouvernement.

Quoi qu’il en soit, c’est là où les choses en sont pour le moment. Les incendies font toujours rage et nous ne sommes même pas encore à la période la plus chaude de l’été.

Merci encore pour vos bons vœux. Ils sont très appréciés.

Nick G, pour le Comité exécutif du CC, CPA (M-L)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *