Halte aux menaces de guerre ! Communiqué de l’ICOR

Ce communiqué commun de l’ICOR, réalisé principalement par les camarades d’Ukraine et de Russie, décrit une réalité mouvante et changeante. Depuis hier, les troupes de la Fédération de Russie ont partiellement commencé à regagner leurs casernes. Cela n’a cependant pas empêché une cyberattaque massive d’avoir lieu, bien que Moscou nie toute implication.
Aujourd’hui, alors que le gouvernement Ukrainien célèbre une “journée de l’unité”, l’orage semble se dissiper. Mais rien n’est sûr. Le spectre d’une guerre d’ampleur en Europe hante toujours le vieux continent.
Nourris par des décennies de propagande sur la “fin de l’histoire” et sur le fait que ces guerres soient des monstres du passé, nous, occidentaux, avons du mal à comprendre l’ampleur du danger que ces conflits représentent. Nous avons oublié le prix de la rivalité impérialiste, qui est devenue abstraite depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Pourtant, inlassablement, nous nous dirigeons vers un conflit. Il est rendu inévitable par le développement inégal des puissances impérialistes : la Russie et la Chine se sentent aujourd’hui lésés par la part du monde qui leur est attribuée. Elle ne correspond plus à leur puissance (réelle ou fantasmée). Quant à l’occident, endetté, divisé, fatigué, il s’agrippe à son vieux statu de dominant sans partage.
Quelle que soit l’issue de la lutte pour l’Ukraine (ou celle, occultée, pour Taiwan), l’ordre mondial proclamé par George Bush senior, le 11 septembre 1990, semble bel et bien révolu. Bienvenue à nouveau dans une histoire de rivalités et de conflits, qui s’écrira en lettres de sang, à moins que nous ne parvenions à y mettre fin définitivement
par un changement révolutionnaire de société.

Résistance active contre la guerre psychologique, les préparatifs de guerre impérialistes et les menaces dans le conflit Ukraine-Russie !

Au cours des dernières décennies, l’OTAN, avec les États-Unis comme principal fauteur de guerre, n’a cessé d’avancer de manière provocante dans son expansion vers l’Est et a de plus en plus armé le régime réactionnaire ukrainien en lui fournissant des armes et des munitions. Depuis des mois déjà, la Russie impérialiste a concentré une armée de 100 000 hommes équipés de matériel lourd et d’armes offensives à la frontière ukrainienne. L’armée est également renforcée en Crimée et dans la partie du Donbass contrôlée par les républiques favorables à la Russie. Dans le même temps, on a appris que les États baltes se préparent à fournir à l’Ukraine des systèmes de défense aérienne et antichars.

Associé à la conduite provocatrice et à l’annonce de manœuvres par les deux parties, le danger d’une confrontation belligérante impérialiste s’intensifie considérablement. La Russie a menacé de déployer des forces militaires à Cuba et au Venezuela si les États-Unis et l’OTAN maintiennent leurs revendications. Cela exige la résistance active des forces révolutionnaires internationales, de la classe ouvrière et des larges masses contre toute agression impérialiste !

Deux puissances fortement armées, la Russie et l’OTAN, se font directement face. Les médias occidentaux, baltes et polonais présentent la Russie comme l’unique agresseur et détournent l’attention de l’alliance militaire occidentale dirigée par le principal belliciste, les États-Unis.

Une année 2020 réussie pour l'Initiative des Trois Mers
Les Etats partenaires du cordon sanitaire anti-russe.

Mais les États-Unis, l’OTAN et l’UE ont depuis longtemps rompu la promesse faite lors des pourparlers “Deux plus quatre” selon laquelle les pays d’Europe centrale et orientale, notamment la Pologne, la Lituanie, l’Estonie, la Lettonie et la Roumanie, ne deviendraient pas des zones de déploiement de l’OTAN aux frontières de la Russie. Il y a des unités de combat de l’OTAN en Pologne et dans les pays baltes. Une agitation anti-russe presque hystérique est mise en scène dans les pays baltes et en Pologne ; l’Ukraine est armée de force ; la Russie est encerclée sur trois côtés (l’exception étant l’Arctique au nord) par près de 1 000 bases militaires américaines ; le nouveau départ du projet anti-russe des “trois mers” a été lancé1. Il ne faut jamais oublier que le peuple russe a porté le principal fardeau de la Seconde Guerre mondiale !

Cependant, l’impérialisme de l’UE, avec l’Allemagne et la France en tête, vient d’affirmer son droit à avoir son mot à dire dans la lutte pour l’Ukraine sous le slogan d’une “politique étrangère européenne plus puissante” et d’options militaires de plus en plus indépendantes. Cela exprime également les contradictions croissantes au sein de l’OTAN.

L’Ukraine elle-même, notamment en raison de la perte du marché russe depuis 2014, s’est classée parmi les pays les plus pauvres d’Europe tout en s’armant. Elle dispose d’une armée de 250 000 hommes sous les armes, auxquels s’ajoutent 400 000 réservistes et membres d’unités de combat protofascistes comme le régiment Azov. La Turquie, membre de l’OTAN, vend des drones armés à l’Ukraine. La Turquie, en tant que membre de l’OTAN, tente de manœuvrer contre la Russie comme dans l’affaire de la Crimée, mais se propose toujours comme médiateur pour étendre son influence dans la région.

Que représente ce Bataillon Azov qui tient un rôle important aux côtés de  l'armée Ukrainienne ? - Front de Gauche Loire-Touraine
Les armoiries du bataillon “Azov”, directement inspirés par une iconographie nazie.

L’Ukraine est importante pour le régime de Poutine, non seulement sur le plan économique mais aussi sur le plan politique : le retour de l’Ukraine dans sa sphère d’influence est une pierre angulaire de l’expansion de la Russie et de ses aspirations de grande puissance. Pour l’Occident, en revanche, l’Ukraine est une tête de pont d’une importance fondamentale pour exercer une influence à la fois sur la Russie et sur l’ensemble de la région d’Europe de l’Est, et pour obtenir des avantages dans la lutte contre la Chine. Quiconque contrôle l’Ukraine aura également un accès économique plus facile à l’Europe et à l’Asie. En outre, les ressources minérales, le gaz et l’accès à la mer Noire jouent un rôle. Il ne s’agit pas du tout du droit à l’autodétermination du peuple ukrainien, comme on le prétend hypocritement.

L’instabilité du système mondial impérialiste s’accroît. Toutes les grandes puissances impérialistes, et dans leur sillage toutes les forces impérialistes et réactionnaires, se préparent à la guerre, en développant leur potentiel militaire. À la frontière entre l’Ukraine et la Russie, deux camps impérialistes se font face, hautement armés. L’OTAN et l’UE veulent incorporer plus étroitement des pays comme la Moldavie et la Géorgie dans leur sphère d’influence et leur marché. La Russie, de son côté, exige de maintenir son influence sur ces États. Dans le même temps, elle a signé un pacte de coopération militaire avec la Biélorussie et mène également des manœuvres depuis le nord, à la frontière avec l’Ukraine.

Le régime de Poutine fait preuve de la même politique de puissance au Kazakhstan. Avec son intervention militaire au Kazakhstan, il a apporté son soutien au régime de ce pays lorsqu’il a brutalement réprimé le soulèvement justifié de la classe ouvrière et des masses populaires kazakhes. Parce que le Kazakhstan “possède des ressources considérables en charbon, en métaux non ferreux, en terres rares et en uranium 2, l’expansion de sa propre sphère de pouvoir impérialiste ne peut se faire qu’au détriment de celle de l’autre. Le développement très inégal, le déplacement de l’équilibre des forces, la formation de nouveaux blocs parmi les États impérialistes sont la source de l’aggravation des contradictions inter-impérialistes.

L’impérialisme signifie la guerre à l’extérieur et la réaction à l’intérieur. Seul le socialisme peut y mettre un terme. Pour cela, c’est surtout la classe ouvrière internationale qui doit s’unir. Aujourd’hui, un mouvement pacifiste mondial militant peut s’opposer aux préparatifs de guerre et retarder ou empêcher le déclenchement d’une guerre concrète.

Les forces qui présentent la politique étrangère de la Russie comme “anti-impérialiste” et qui appellent à sa protection par un mouvement pacifiste sont de dangereuses sources de confusion. C’est une trahison de la lutte pour la paix et cela affaiblit la nécessaire lutte internationale pour la paix. La situation, notamment en Ukraine, montre les conséquences d’une telle division : lors des manifestations de masse pour les questions sociales, il n’y a pratiquement aucune demande de paix. “Beaucoup, notamment une partie de la jeunesse, voient la cause de toutes les difficultés uniquement dans l’agression de Poutine et non dans l’impérialisme occidental ou dans la nature du capitalisme. Il n’y a que très peu de manifestations anti-guerre – en grande partie liées aux activités des forces pro-russes”, ce qui affaiblit “la résistance à l’agression de Poutine3.

La coopération militaire et économique de la Russie, de la Chine et d’autres pays au sein de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) leur fait également courir le risque d’une intervention en tant qu’organisation d’alliance en cas de guerre. Face à ces contradictions inter-impérialistes croissantes, les forces révolutionnaires du monde entier doivent se lever pour la lutte contre les guerres impérialistes et leur racine et pour la conquête des masses pour le dépassement révolutionnaire du système impérialiste mondial.

La décision de la 4e Conférence mondiale de l’ICOR d'”approfondir le travail éducatif sur l’impérialisme et la perspective du socialisme” est d’autant plus nécessaire et révolutionnaire.
S’il devait y avoir une confrontation guerrière entre la Russie et l’Ukraine, l’ICOR appelle à des actions de protestation dans tous les pays à 18 heures le jour suivant.
Renforcez la construction du Front uni anti-impérialiste et antifascistes !
Renforcez les organisations d’ICOR !

Arrêtez la guerre psychologique et les manœuvres de guerre aux frontières entre l’Ukraine et ses voisins ! Pas de manœuvres navales dans la mer Noire, la Méditerranée et la mer Baltique !

Pour le droit à l’autodétermination des peuples !

Travailleurs de tous les pays, unissez-vous !

Travailleurs de tous les pays et peuples opprimés, unissez-vous !

Luttez pour la paix, l’amitié entre les peuples, le socialisme !


Signataires (au 14 février 2022, d’autres signataires possibles) :
1. PCPCI Parti Communiste Prolétarien de Côte d’Ivoire (Proletarian Communist Party of Ivory Coast)
2. UPC-Manidem Union des Populations du Cameroun – Manifeste National pour l’Instauration de la Démocratie (Union of Populations of Cameroon – National Manifesto for the Establishment of Democracy)
3. MMLPL Ligne prolétarienne marxiste-léniniste marocaine
4. CPSA (ML) Parti communiste d’Afrique du Sud (marxiste-léniniste)
5. PCT Parti Comuniste du Togo (Communist Party of Togo)
6. PPDS Parti Patriotique Démocratique Socialiste, Tunisie. 7.
7. CPB Parti communiste du Bangladesh
8. SPB Parti socialiste du Bangladesh
9. CPI (ML) Red Star Parti communiste indien (marxiste-léniniste) Red Star
10. NCP (Mashal) Parti communiste népalais (Mashal)
11. PPRF Front républicain patriotique des peuples du Népal.
12. CPA/ML Parti communiste d’Australie (marxiste-léniniste)
13. PR-ByH Partija Rada – ByH (Parti du travail – Bosnie-Herzégovine)
14. MLPD Marxistisch-Leninistische Partei Deutschlands (Parti marxiste-léniniste d’Allemagne)
15. UC Unité Communiste (Communist United ), France
16. UPML Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste, France 17.
17. BP (NK-T) Bolşevik Parti (Kuzey Kürdistan-Türkiye) (Parti bolchevique (Nord-Kurdistan-Turquie)).
18. KOL Kommunistische Organisation Luxemburg (Organisation communiste du Luxembourg)
19. RM Rode Morgen (Aube rouge), Pays-Bas
20. UMLP União Marxista-Leninista Portuguesa (Union marxiste-léniniste portugaise)
21. MLP Marksistsko-Leninskaja Platforma (Plate-forme marxiste-léniniste), Russie
22. MLGS Marxistisch-Leninistische Gruppe Schweiz (Groupe marxiste-léniniste de Suisse)
23. TKP-ML Türkiye Komünist Partisi – Marksist-Leninist (Parti communiste de Turquie – Marxiste-Léniniste)
24. MLKP Marksist Leninist Komünist Parti Türkiye / Kürdistan (Parti communiste marxiste-léniniste de Turquie / Kurdistan)
25. KSRD Koordinazionnyj Sowjet Rabotschewo Dvizhenija (Conseil de coordination du mouvement de la classe ouvrière), Ukraine
26. UoC Union of Cypriots, Chypre
27. PCC-M Partido Comunista de Colombia – Maoista (Parti communiste de Colombie – Maoïste)
28. PCP (independiente) Partido Comunista Paraguayo (independiente) (Parti communiste paraguayen (indépendant))
29. BDP Bloque Democratico Popular (Bloc démocratique populaire), Pérou
30. PML del Perú Partido Marxista Leninista del Perú (Parti marxiste-léniniste du Pérou)
31. PC (ML) Partido Comunista (Marxista Leninista) (Parti communiste (marxiste-léniniste)), République dominicaine.
32. PCR-U Partido Comunista Revolucionario del Uruguay (Parti communiste révolutionnaire d’Uruguay)

1L’Initiative des trois mers (ITM), aussi connu comme l’Initiative des mers Baltique, Adriatique et de la mer Noire (IMBAMN), est un forum de pays d’Europe centrale et orientale, tous membres de l’Union européenne. Il compte douze États, pour la plupart des pays de l’ancien « bloc de l’Est », et vise à créer un dialogue nord-sud sur différents enjeux régionaux. Ils se sont réunis pour leur premier sommet à Dubrovnik en 2016. (source Wikipédia)

2Tiré du rapport sur la situation internationale du Parti Maoïste de Russie (janvier 2022).

3Tiré du rapport sur la situation internationale du KSRD-Ukraine (décembre 2021).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.