L’ère du post-réel et la guérilla informationnelle. Partie 1: Internet contre la vérité.

Grand débat d’actualité à la suite de l’élection de Donald Trump, la question de la véracité des informations partagées par les médias sociaux dévient de plus en plus brûlante.

Bref retour en arrière : L’élection du sulfureux milliardaire a été la conclusion d'une campagne qui, aussi étonnant que cela puisse paraître, a été menée du faible contre le fort. Pourtant, grande majorité des médias traditionnels se montraient plutôt hostiles au candidat républicain. Elle a été un modèle de probité, alors qu'en général, les campagnes électorales américaines favorisent la dépense de sommes colossales.En somme, elle a été le rêve de l'investisseur: un rendement élevé pour des dépenses minimes.

Que s’est-il passé ? Les analystes qui prédisaient la victoire — logique — de Clinton ont fait un travail de sous-estimation constant des moyens de communication et des méthodes de communication de celui-ci.

Les petites chaînes d’information par le web, comme Infowars, dirigé par Alex Jones ont joué un rôle. De même, la sous-culture internet, l'utilisation et la maîtrise particulièrement aiguë de la mémétique ont permis une diffusion très large, et un discours calibré pour les public-cibles. Comptant sur le volontarisme des supporteurs, sur des méthodes qui sortent des sentiers battus, ces moyens ont assuré un audimat fort.

La raison ? Les fausses informations, les déformations, l’aspect satyrique ou parodique de la politique, en bref, le caractère fondamentalement peu sérieux de la méthode employée.

Pour autant, la bourgeoisie a, dans ce cas de figure, beau se défausser sur les fascistes, elle possède une responsabilité énorme dans cette abolition de la réalité comme paradigme.
Que les États et les médias mentent, parfois, cela va sans dire, cela arrive. C’est une politique de diplomatie, de communication, une manière de faire passer les pilules amères et de se sortir d’un mauvais pas. Mais pour autant jusqu’à présent, une certaine confiance pouvait être accordée à un certain niveau d’expertise ou de compétence. Dans le domaine scientifique, par exemple, la norme restait d’attribuer un indice élevé de confiance dans les recherches et publications.

Pourtant, de nombreux scandales montrant l’imbrication de la science avec les intérêts bassement économiques ont contribué à saper toute confiance. Que cela fusse le fait que le Canada — grand pays exportateur d’amiante — en plein scandale, produise des études montrant l’innocuité de cette matière ; les études sur l’obésité ôtant toute responsabilité à l’alimentation, financées par la société Mars; le scandale récent d’une campagne de fond du « lobby du sucre » pour imputer les problèmes de santé aux graisses saturées et s’exempter de tout rôle, les exemples ne manquent décidément pas. L’intrusion de l’intérêt privé dans la recherche, la subordination de celle-ci aux intérêts patronaux, tout ceci révèle bien le caractère fondamentalement pourrissant du capitalisme. Son caractère de chape de plomb sur le développement des forces productives et sur l’entrave qu’il présente dans la recherche.

De même, les émissions de télévision abrutissantes et mensongères, avançant des thèses sur les « crânes de cristal », les soirées de l’étrange, etc., tout comme les reportages sur de prétendus inventeurs miracle ayant réussi à contourner les lois de la thermodynamique, non décidément, la bourgeoisie a bel et bien enterré à son tour la vérité, tout comme l’obscurantisme religieux avant elle.

Une diffusion puissance mille

La forme que prend la diffusion de l’information, à l’heure actuelle, rend très aisément les plus larges masses vulnérables aux canulars, aux hoaxs, à la désinformation, au mensonge et aux théories du complot.

Les légendes urbaines répandues par les fascistes, les agitateurs d’extrême-droite ou d’agents réactionnaires, ont quelque part toujours existés, entre les progroms des cent-noirs, le procès des sorcières de Salem, ou les juifs empoisonneurs de puits pendant la peste,les racontars d’ampleur ne datent pas d'hier. Pour autant, contrairement à cette époque, nous disposons maintenant de la possibilité, dans une grande partie des cas, de pouvoir vérifier, croiser les sources, trier les informations et faire éclater la vérité. Pour autant possibilité ne signifie pas que cela se fasse systématiquement.

Internet et le ratio bruit/signal 

Le développement d’Internet a donné un coup de fouet titanesque à la production de données et d’informations, et à la possibilité de pouvoir les diffuser. Cela s’est accéléré d’autant plus avec l’arrivée du Web 2.0, du web collaboratif, des réseaux sociaux. L’idéologie bourgeoise est dominante sur Internet, ainsi que l’anticommunisme, ceci n’est nullement une panacée qui révolutionne le Monde, contrairement à ce que certains naïfs peuvent croire. Le Monde du partage du savoir n’entraîne pas celui des richesses et des moyens de production.

Mais Internet a été, pour nous communistes, le moyen de redécouvrir également notre histoire, de faire renaître, grâce à ceux qui ont numérisé tous les classiques, notre idéologie. Nous en avons bénéficié, il est vrai.

Pourtant, les grands gagnants sont pour autant les fascistes et l’extrême-droite. Ils sont ceux qui ont qui ont intégré cet outil avec la plus grande efficacité et ont pris un poids prépondérant sur la toile. N’étant nullement à la recherche de cohérence idéologique, les fascistes instillent leur idéologie partout où la parole leur est donnée. Or, Internet a transformé les pratiques culturelles ainsi que le rapport à l’information et aux médias.

Sans faire un fétichisme du livre, avant les années 2000 et la démocratisation d'internet, le papier formait le support principal d'expression de l'idéologie.

Les tubes, Dailymotion, Youtube, ou d’autres plus spécifiques, ont créé un nouveau format : le clip politique. Cette manière de communiquer a eu deux effets concomitants :

Le premier est que les séries de vidéos pouvaient désormais suffire, pour leurs partisans, à former un fond idéologique cohérent et complet. Beaucoup plus aisément que par les fastidieuses lectures, beaucoup plus que par un travail intellectuel. Un amateur comme Alain Soral pouvait ainsi mettre en place une véritable nébuleuse hypnotisante et devenir le gourou de sa petite secte.
La valeur de ces entretients, sans sources, sans fond scientifique et historique est maintenant mis sur le même plan que les travaux des véritables chercheurs. La vidéo d’Alain Soral sur les chambres à gaz a entraîné une réponse du site PHND — Pratiques de l’Histoire et Dévoiements Négationistes —, réponse détaillée et argumentée, mais dont la portée en terme de lectorat, son audimat, est incomparablement plus faible.

C’est le deuxième aspect, l’immédiateté de l’accès à l’information entraîne une boulimie incontrôlée de celle-ci. Si nous avons des reproches à faire à Guy Debord, il est difficile de nier que la société du spectacle met le doigt sur des aspects justes. La politique-spectacle, faite de punchlines, de couleurs, facile d’accès et facile à digérer a entraîné, par effet mécanique, des effets sur la recherche de l'information. Aux livres se substituent les articles de blog, à ceux-ci les vidéos Youtube. De plus en plus, le titre même de la vidéo finit par devenir un argument en soi. La présomption du contenu dépasse maintenant le contenu.

C’est un raz-de-marée titanesque, à tel point que Ici Radio Canada déclare, appuyé par Buzzfeed et d’autres médias, que les fausses nouvelles ont désormais dépassé les vraies en terme de partage.

(Source de l'image: Buzzfeed)

Plusieurs journaux, dont le site parodique Nordpresse ont tenté des expérimentations, démontrant que ceux qui partageaient les liens n’allaient pas plus loin que la première ligne. Celle-ci servait de caution à leurs arguments, sans considération aucune pour le contenu réel, souvent en contradiction avec la headline. Dans le même ordre d’idée, il existe des milliers de vidéos Youtube d’extrême-droite sous des titres aguicheurs tels que « F. Philippot détruit un musulman », mais dont le contenu, pourtant, est plus que décevant et sans commune mesure avec le titre. Des vidéos comme celle-ci, des milliers existent.

(source de l'image: Youtube)

Or, cette vidéo est — à la limite— une interprétation des faits; désormais certains documents se basent même sur de l’invention complète. Nous n’allons pas aborder ici les reportages anti-communistes donnant des sources qui n’existent pas, qui sont romancés, marqués idéologiquement, ou tronqués, nous resterons sur l’actualité.

Si les faux existent depuis longtemps, entre l’accusation de Philippe le Bel contre les Templiers, lesquels seraient au service de Baphomet, le protocole des sages de Sion et les « Mosquées souterraines de Orly », leur diffusion est devenue logarithmique.

Entre les théories du complot et les fausses rumeurs, le but est de créer un sentiment d’encerclement et d’État de siège, dans lequel la direction de L’État est déjà aux mains de l’ennemi, et où toute personne est suspecte de participer à cette manœuvre. Cela atomise les individus, leur empêche de comprendre leur situation, rabaisse leur niveau d’appréhension de la réalité à la subjectivité la plus totale et la plus paranoïaque, en un mot, les brisent.

Chaque nouvelle non vérifiée ou non vérifiable augmente tendanciellement l’influence de ces groupes et de ces organisations sur la société. C’est un devoir militant de les dénoncer et de les chasser. Dans notre activité de militants progressistes et révolutionnaires, il est essentiel d’avancer prudemment des conceptions et de ne jamais se laisser guider par l’appât de la fausse nouvelle.

Ironie de la chose, parfois les lignes se brouillent tellement qu’un retour de flamme s’opère: l’État Islamique compte beaucoup sur cette propagande, sur le complot des croisés contre le monde musulman. Or, en rendant poreux l’esprit de ses cibles, cet acteur a également rendu ceux-ci réceptifs à la conception selon laquelle l’ÉI serait une création américano-israelienne, et donc un ennemi des peuples du Moyen-Orient. 

Source: http://www.debunkersdehoax.org/syrie-15-5-intoxs-de-l-extreme-droite-sur-les-refugies-breizh-infos-valeurs-actuelles-et-autres [Que nous vous invitons vivement à soutenir politiquement et financièrement, ils-elles font un travail fantastique.]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *