La contre-offensive fasciste vers les Gilets Jaunes.

La contre-offensive fasciste vers les Gilets Jaunes.

L’extrême-droite est toujours dans l’embarras quand il s’agit des mouvements sociaux. Elle n’est pas à l’aise dans ce type de cadre, qui ne correspond pas à ses méthodes de communication habituelles.

L’an dernier, l’extrême droite a tenté de s’infiltrer dans le mouvement des Gilets Jaunes et d’en prendre la direction. Ses slogans et ses banderoles ont été omniprésentes au début de la mobilisation, notamment du fait du retard au démarrage de la plupart des groupes de gauche (à l’exception peut-être de LFI). Cependant, dès le départ, l’extrême-droite s’est montré en décalage par rapport aux positionnements spontanés du mouvement social. Ainsi, s’ils ont bien voulu évoquer la question des taxes, en bons libéraux qu’ils sont fondamentalement, ils n’ont pas voulu creuser la question de l’exploitation. Lorsque des questions ont commencé à émerger sur le capitalisme, ils ont freiné des quatre fers et ont tenté de réorienter le mouvement. Ainsi, ils ont eu leurs lubies, sur le « pacte de Marrakech », supposé ouvrir les vannes d’une immigration totale, sur l’UE et le Frexit, sur les élites mondialisées… etc.

Sur Lyon, ils ont provoqué des incidents qui les ont peu à peu marginalisés, tandis qu’ils ont toujours redouté de prendre publiquement la parole lors des Assemblées Générales. Peut à peu, ils ont disparu, et ce pour un grand nombre de raisons.

La confrontation entre les Gilets Jaunes et la Police. Les mouvements d’extrême-droite sont bien implantés dans les forces de l’ordre, en particulier dans les branches les plus agressives de celles-ci, qui s’occupent principalement du maintien de l’ordre (BAC, CRS…). S’en prendre directement à la Police est une activité qui n’est pas dans leurs habitudes, et qui, de plus, les met en porte-à-faux avec leur base sociale. Idéologiquement, même, ces fanatiques de l’Ordre sont gênés par le caractère tumultueux propre aux mouvements sociaux explosifs.

Mettant en avant un hypothétique intérêt national transcendantal, qui, en dernière instance, est constitué par la soumission la plus crasse à la bourgeoisie la plus chauvine, ils ne peuvent réellement se couper de leurs maîtres. Historiquement l’extrême-droite s’est toujours trouvée prise au piège. Soutenir les grèves, cela revient à se fracasser contre le veto de leurs financeurs. Pour détourner les exploités et les exploitées de la lutte contre leurs bourreaux, il leur faut donc inventer un ennemi. Impérialisme étranger, mondialisme, diktat de l’UE… qui seraient autant de carcans qui empêchent le « bon patronat français patriote » de réaliser sa mission sociale et d’apporter la richesse et la prospérité.

L’ennui avec les accusations mensongères, c’est qu’elles ne tiennent qu’un temps. L’exemple typique étant sur le fait d’accuser les migrants et migrantes ainsi que les Français et Françaises issues de l’émigration. La dynamique propre aux mouvements sociaux populaires, qui brassent des individus partageant les mêmes intérêts de classe, sans distinction d’origine ou de religion, a été un autre écueil.

La rhétorique fasciste ou d’extrême-droite s’adresse à l’individu atomisé, isolé, derrière son écran d’ordinateur ou de téléphone. Elle joue sur la fragmentation des classes sociales en fonction de critères définis arbitrairement selon le goût du jour. Face à la réalité de la mobilisation, elle a pu faire illusion encore un temps. Cependant, avec l’impulsion des Assemblées Générales, avec la fréquentation mutuelle sur les ronds-points, avec la lutte commune contre la répression, les barrières artificielles ont sauté. Même des individus possédant une sympathie pour l’extrême-droite ont travaillé conjointement avec des forces et des groupes sociaux qu’ils conspuaient. Cela a illustré la faiblesse criante de l’embrigadement fasciste.

Pour allumer un contre-feu, des réactionnaires d’un autre type, avec Finkielkraut en tête, ont peint les Gilets Jaunes en fascistes. Ils ont tenté de semer la fragmentation en jouant sur le sentiment antifasciste sincère, tout en jetant les plus vulnérables dans les bras des racistes. Cette manœuvre n’a pas fonctionné comme prévu.

Voir article en dessous :

Le courant progressiste et révolutionnaire a marqué des victoires l’année passée. Des victoires sur la question de la nature de l’État, comme moyen répressif contre la lutte des classes, du gouvernement comme conseil d’administration des couches dominantes de la bourgeoisie, de la prétendue démocratie comme expression de la dictature du patronat. Ces victoires sont essentielles, fondamentales !

Mais il serait une erreur terrible de considérer qu’elles sont gravées dans le marbre et qu’elles forment des bastions. Elles sont des avancées, mais des avancées au milieu d’un océan. Elles ne deviennent des victoires que si elles contribuent à renforcer les organisations politiques, syndicales, ou même sous d’autres formes.

Le gouvernement, la bourgeoisie et ses auxiliaires, dont les fascistes, se sont empressés de lancer une contre-offensive idéologique. Cette contre-offensive prend plusieurs formes, mais essaie de s’emparer de l’énergie colossale libérée par le mouvement social pour le retourner contre ses intérêts. Soit en le tournant dans des voies stériles, telle qu’une lutte donquichotesque contre un prétendu mondialisme menaçant, soit en le tournant dans des attitudes pogromiste, comme tente de le faire Damien Lefèvre, alias Damien Rieu.

D. Rieu, en allusion à l’écrivain fasciste Drieu la Rochelle, et ses sbires essaient ainsi de détourner un mouvement qui cible le capitalisme pour en faire un mouvement anti-migration, sans jamais poser la question de la raison du départ des migrants. Et pour cause, les fascistes soutiennent l’impérialisme français, dont ils ont toujours été les laquais serviles. Ils l’ont démontré, d’ailleurs, en négociant pour le groupe Lafarge, des contrats avec l’État islamique. Ils le montrent également en acceptant l’argent des cartels, tel le site F.Desouche, par ailleurs enregistré en Inde. Enfin ils l’ont aussi démontré en vendant des armes aux terroristes qui ont attaqué le journal Charlie Hebdo, vente réalisée, d’ailleurs, par un indicateur de police.

Aujourd’hui, alors que le mouvement est dans une phase de reconstruction et de réorganisation, pourquoi les fascistes sont à l’offensive :

La majorité des Assemblées Générales ont décru fortement. En leur sein, cependant, les positions fascistes ont été constamment et systématiquement balayées. L’autre grand pan qui demeure est la constitution de groupes d’échange sur Facebook. Or, ces groupes sont le cheval de Troie des conceptions fascistes. L’extrême-droite possède indéniablement une bien meilleure utilisation d’Internet que l’extrême-gauche. Elle possède un avantage immense sur celle-ci : elle ne fonctionne pas par l’explication scientifique et par la démonstration, mais par l’instillation. Les fascistes n’ont jamais rechigné à mentir (Hitler faisait d’ailleurs la promotion du mensonge en politique dans Mein Kampf), à inventer des rumeurs, à répandre des Fake news… Ils n’ont pas besoin même de désigner une cible précise ou d’expliquer un mécanisme économique, il suffit d’un « on sait très bien ce que ça veut dire », ou d’un « tu sais très bien de qui je veux parler ». Ils utilisent d’ailleurs des procédés associatifs, permettant de relier deux événements séparés (L’écologie masquant l’offensive migratoire, un scandale masquant la signature d’un « pacte »…).

Battus sur le terrain et dans la réalité concrète, les fascistes font donc leur rentrée par la diffusion massive, constante, de nouvelles plus ou moins réelles, de faits plus ou moins vraisemblables. Ils accompagnent cela d’un travail immense d’utilisation des faux-comptes, des prêtes-noms, permettant de créer des biais de confirmation et de donner du poids aux stupidités proférées. Ils surfent donc sur la vague d’un mouvement dans lequel ils ont agi en parasites, profitant de la recherche de réponses — que la gauche institutionnelle ne peut donner, et de l’atomisation des mobilisés et mobilisées. Or, les fascistes et leur propagande constante marque des points, intoxique et impacte durablement les esprits, car allant dans le sens de la plus faible résistance : celui de l’amalgame et de l’instillation.

Il est de notre devoir de prendre gare à ce risque : celui d’un retournement de situation complet, fruit de notre faiblesse (en tant que courant comme en tant qu’organisations). Rien ne prémunit contre le fait que les fascistes puissent parvenir, eux, à se renforcer.

Certes des mouvements sociaux vont naître, à l’automne, en réponse aux offensives débridées sur les retraites. Mais ces mouvements reprennent des bases traditionnelles (syndicats, organisations politiques…) qui sont des formules dans lesquelles ceux et celles qui se sont engagées dans les Gilets Jaunes ne se retrouvaient pas avant. Rien ne permet d’indiquer qu’ils s’y retrouveront désormais. Les hésitations de la CGT n’ont pas permis aux forces syndicales d’apparaître comme un point de repère dans la lutte de l’an passé. Malgré l’exceptionnelle volonté d’une grande partie de la base syndicale, les syndicats ne sont pas sortis grandis de l’épreuve, voir peut-être l’inverse. Il en est par ailleurs de même pour les organisations politiques.

C’est là où la vigilance s’impose. Mobilisés et mobilisées sont ciblés par la propagande réactionnaire. Savoir qui l’emportera — et la forme de ce que signifie l’emporter — est une énigme. Pour la première fois, en dépit de leur échec, les fascistes ont pu intervenir dans un mouvement de masse. Faut-il s’habituer à les voir opérer ainsi ? Dans le cas d’un renouveau du mouvement des Gilets Jaunes, ou d’une nouvelle édition, il est tout à fait envisageable qu’ils puissent reprendre une offensive sur le terrain et adapter leur attitude. Nous ignorons à quelle conclusion ils sont parvenus, mais il est certain qu’ils en ont tiré. Reste à déterminer lesquelles.

Pour le moment, nous incitons à répondre le plus possible aux manœuvres des fascistes au travers des réseaux sociaux, à dénoncer leur attitude, à rappeler leur véritable nature. Il est important que cette question ne soit pas sous-estimée. L’année 2019-2020 sera une année d’offensive. Se battre avec d’un côté l’appareil d’État, sa propagande et sa force immense et de l’autre le coup de poignard des fascistes est un risque trop important pour être négligé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *