Solidarité Internationale pour Sean Carlin, militant communiste Irlandais condamné à 3 ans de prison le 14 décembre par la justice Britannique.

Le 14 décembre dernier, la justice Britannique à tranché sur le sort d’un camarade d’Irlande, porter un drapeau qui commémore la lutte de libération nationale Irlandaise vaut trois ans de prison, dont une année ferme.

Sean Carlin, militant du Parti Républicain Socialiste d’Irlande (IRSP), un parti Marxiste-Léniniste influencé par les révolutionnaires Irlandais comme James Connolly, a été arrêté par une escouade suréquipée de policiers Britanniques à Belfast le 2 novembre. Via les lois anti-terroristes britanniques, assez proches de la méthodologie et des objectifs de notre état d’urgence français, le fait que Carlin ait porté un drapeau qui rend hommage aux combattants Belfastois de l’INLA (Irish National Liberation Army), au cours d’une manifestation de commémoration au soulèvement de Pâques de 1916, le fait très automatiquement membre d’une organisation considérée comme terroriste. Il est actuellement emprisonné pour trois ans dont une année ferme et écroué.

Cette folie judiciaire de l’état bourgeois Britannique s’explique par l’histoire et par ses objectifs répressifs actuels. L’IRSP a eu une activité importante pendant la période des Troubles (1968-1998), notamment via sa branche paramilitaire INLA (Irish National Liberation Army), comme étant une des principales forces républicaines face aux milices fascistes Loyalistes et face aux gouvernements bourgeois d’Irlande du nord et des pro-traité de la république. Si les luttes intestines entre les différentes branches paramilitaires républicaines étaient extrêmement courantes, allant jusqu’au meurtre du co-fondateur de l’IRSP/INLA Seamus Costello par un membre de l’OIRA en 1977, l’organisation exprimait une ligne politique importante, la nécessité de combattre autant dans le front de classe que dans le front de la libération nationale. Position nécessaire face aux deux autres organisations majeures, l’éphémère OIRA (Official IRA), désarmée en 1972, qui se concentrait sur le front de classe en ayant une courte vue sur la question nationale, et la très puissante PIRA (Provisional IRA) qui se concentrait sur la question de la libération nationale avec une relative lecture de classe de la situation Irlandaise. Ces trois organisations paramilitaires sont aujourd’hui dissoutes, certaines ont rendues les armes pour se refondre dans des organisations politiques parlementaristes comme le PIRA ou l’OIRA  (l’un dissous par le Sinn Fein en 2005, l’autre abandonnant les armes en 1972 pour une action uniquement parlementariste et révisionniste dans le Workers Party of Ireland), d’autres factions du PIRA se sont dispersées dans de nombreux groupes ultra-clandestins encore actifs aujourd’hui. L’IRSP reste un parti populaire aux fondations révolutionnaires, contre l’impérialisme et contre la bourgeoisie nationale. Le réformisme parlementaire n’est pas une voie acceptable pour la libération de la classe ouvrière d’Irlande. L’IRSP se positionne pour un état révolutionnaire prolétarien, qui chasse l’envahisseur Britannique par la force et unifie les classes ouvrières du nord et du sud.

L’IRSP se pose par son caractère révolutionnaire comme une cible politique pour les états bourgeois de l’île, en tant qu’épine politique dans le fonctionnement de son hégémonie, tout les coups sont permis. Sean Carlin, tout comme de nombreux républicains Irlandais emprisonnés depuis des dizaines d’années, est un prisonnier politique, écrasé par le rouleau compresseur judiciaire qui use de lois extensibles pour réprimer toute forme de menace. L’état Britannique est effrayée par un drapeau, il veut effacer à la fois tout forme de combat, mais aussi la mémoire de ce combat et de ceux qui sont morts pour la révolution prolétarienne. Mais historiquement, quand la couronne Britannique ne s’occupait pas elle même de massacres comme lors du tragiquement célèbre Bloody Sunday de 1972, elle ne s’est jamais dérangée pour offrir du matériel militaire et des bombes aux chiens de garde fascistes de la couronne, qui agressent et tuent des civils Catholiques dans les rues de Belfast et de Derry, encore très actifs aujourd’hui. En plus de l’incarcération du camarade Carlin, l’IRSP a été victime de nombreux raids policiers dans différents locaux et cible d’accusations par les médias impérialistes d’être une organisation criminelle.

Sean Carlin avait notamment exprimé dans une rencontre en Bretagne la solidarité des camarades Irlandais pour Georges Ibrahim Abdallah, plus ancien prisonnier politique d’Europe encore incarcéré en France, il est tragique de le voir souffrir en fin d’année 2018 d’un traitement similaire.

L’Unité Communiste de Lyon exprime sa solidarité indéfectible au camarade Sean Carlin et à l’IRSP, ainsi qu’à tout les prisonniers politiques emprisonnés pour leur combat contre la bête fasciste et la machine impérialiste.

 

Tiocfaidh ár lá !
Vive la libération nationale des peuples opprimés, vive le prolétariat international et vive le communisme !

 

Unité Communiste de Lyon, membre en France de l’ICOR (Coordination Internationales des Partis et Organisations Revolutionnaires)

 


 

On December the 14th of 2018, the British judicial system has decided the demise of an Irish comrade, carrying a flag that commemorates the Irish struggle for national liberation is punishable by three years of prison.

Sean Carlin, an activist for the Irish Republican Socialist Party (IRSP), a Marxist Leninist party mainly influenced by historical Irish revolutionaries like James Connolly, has been arrested by a heavily armed police squad in Belfast on November 2nd. Because of British anti terrorist laws, methodologically and strategically similar to the state of emergency that has been applied in France, the fact that comrade Carlin has been carrying a flag that pays tribute to Belfast freedom fighters of the INLA (Irish National Liberation Army), during a demonstration commemorating the Easter Rise of 1916, automatically makes him a member of a so-called terrorist organisation. He is currently imprisonned for three years with two years of probation.

 This judicial insanity enacted by the British bourgeois state is reminescent of the historical Irish struggle and the state’s current repressive goals. The IRSP has had an important activity during the Troubles (1968-1998), notably through its paramilitary organisation INLA, as one of the most efficient republican force against the fascist loyalist militias and the bourgeois states of Ulster and the pro-treaty Republic. If the internal conflicts between the republican paramilitary organisations have been frequent, culminating in the murder of founding member of IRSP/INLA Seamus Costello by a member of the OIRA, the IRSP have pointed out a major development in the political line of the Irish revolutionary war, the synthesis of the class struggle in Ireland and the question of national liberation. It was a necessary step while other major organisations like the ephemerous OIRA (Official IRA) deemed to concentrate on the question of class struggle while having a short view of the national question, while the more influential PIRA (Provisional IRA) was highly implicated in the national liberation movement while having a very relative class analysis of the Irish struggle. All of those paramilitary organisations have been disarmed ever since, some have been integrated into the parliementary political front with a reformist agenda (the PIRA being disbanded by the Sinn Fein in 2005 and the OIRA abandoning the revolutionary process in 1972 for parliementary revisionist action throught the Workers Party of Ireland), other members of PIRA have been completely dispersed in many small highly clandestine groups, the IRSP is still maintaining their revolutionary core, against imperialists and the national bourgeoisie. Reformism and parliamentary politics is not an acceptable path for the liberation of the Irish working class. The IRSP is fighting for a revolutionary proletarian state, chasing out the British invader by force and unifying all workers of Ireland, north and south.

With this revolutionary character, the IRSP is a splinter in the hegemony of the imperial machinery and is automatically a target for the two bourgeois states of Ireland, all shots are allowed. Sean Carlin, with many other republican socialists, is a political prisoner, crushed by a judicial bulldozer that applies extensible laws to repress any form of threat to its hegemony. The British state is horrified by a simple flag, not only they repress any form of struggle, they want to erase the memory of those who have fallen to pursue this struggle. But historically, when the British state didn’t commit mass murder themselves like on the infamous Bloody Sunday, they never hesitated to give military equipments and bombs to protestant fascist militias loyal to the crown, fascist groups that are still to this day assaulting and murdering Catholic civillians in the streets from Belfast to Derry. In addition to the brutal incarceration of Comrade Carlin, the police have been harassing the IRSP for the past years on multiple occasions, and the imperialist media were akin to accuse the party of criminal activities.

During a visit in Brittany a while ago, Carlin expressed the solidarity of Irish comrades to Georges Ibrahim Abdallah, the oldest political prisoner of europe, still incarcerated in France to this day, it is a tragedy to see Sean Carlin suffering a similar demise on the latter days of 2018.

We, as the Unité Communiste de Lyon (Communist Unity of Lyon) express our indefectible solidarity to Comrade Sean Carlin and to the IRSP, alongside all political prisoners arrested for their struggle against the fascist beast and the Imperial forces of the world.

 

Tiocfaidh ár lá !
Long live the liberation of the oppressed nations, long live the workers of the world, and long live Communism!

 

Unité Communiste de Lyon, member in France of ICOR (Internation Coordination of Revolutionary Parties and Organisations)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *