Retour sur les journées de Saint-Pétersbourg – ICOR

Évaluation des journées à Saint-Pétersbourg en novembre 2017

ICOR, Coordination centrale, 29 mars 2018

La 2eConférence mondiale de l’ICOR prit la décision, en 2014, de fêter le Centenaire de la révolution d’Octobre et de réaliser une campagne à ce propos avec différents composants. Un point culminant particulier des activités de l’ICOR étaient les activités couronnées de succès à Saint-Pétersbourg avec comme apogée la manifestation le jour de l’anniversaire de la révolution d’Octobre (7 novembre) avec 8 000 à 10 000 participants. Et de plus un programme chargé e.a. le grand banquet de l’ICOR le 8 novembre.

Les jours à Saint-Pétersbourg se déroulaient dans un vent contraire violent : La route de la manifestation sur la Perspective Nevski, rue principale animée par les masses, fut interdite. Selon l’idée de Poutine, les activités devraient se passer à Moscou. Le PCFR y avait aussi invité. Saint-Pétersbourg ne doit en aucun cas prendre le devant de la scène ! Smolny – le centre de l’état-major de planification de la révolution et siège du bureau de Lénine – fut fermé « tout à coup » pour nos groupes de visiteurs, quoique nous les ayons annoncés des mois auparavant. La salle, promise pour le grand gala, est annulée. Le 5 novembre plus de 200 personnes sont arrêtées à Saint-Pétersbourg, ce que nous apprenons seulement par les camarades russes. Aucun journal en a informé.

La préparation: Les activités à Saint-Pétersbourg avaient été préparées en collaboration la plus étroite étroite avec les camarades du MLP pendant longtemps. Mais aussi des contacts, remontant dans le passé, comme ceux du MLPD et en particulier de Stefan Engel avec le Parti communiste ouvrier russe (PCOR) – qui avait publié le livre de Willi Dickhut « Restauration du capitalisme en Union soviétique » en Russie, bien qu’il ne partage pas l’analyse du développement vers le social-impérialisme.), étaient des facteurs importants de la réussite. La coordinatrice principale est allée voir de nouveau Saint-Pétersbourg et le MLP début 2017. Le projet dans son ensemble, à partir des logements, des différentes activités et manifestations jusqu’au travail d’alliances commun fut délibéré et uniformisé. Une conversation longue et intensive avec Victor Tjulkin l’a convaincu du projet de l’ICOR, de sorte que la construction ciblée d’une alliance Octobre 100 ait pu être entamée et que le parti, important aussi au niveau international, soit devenu une force fondamentale de la manifestation.

Étapes importantes : La brigade internationale des jeunes (du Népal, de l’Allemagne et des Pays-Bas) accomplit un travail excellent dans son ensemble au préalable et pendant les journées pour soutenir les près de 200 délégués de l’ICOR. Ceci a déjà commencé avec l’accueil chaleureux à l’aéroport où la brigade des jeunesétait le lieu d’accueil pour les révolutionnaires du monde entier pendant plus de 72 heures ; elle prit soin que tous trouvaient leur logement etc. Vadim du MLP : « Au début, j’avais craint que ces journées ne se passent pas tellement bien. Mais l’arrivée des camarades de la brigade des jeunes m’a réchauffé le cœur, car beaucoup de choses devenaient alors plus faciles. À partir de ce moment-là, je savais : tout ira bien » La brigade des jeunes avait élaboré des directives qui étaient une orientation importante.

Le programme de visites : Les deux autobus pour la visite guidée de la ville étaient pleins à craquer et une grande partie des camarades ont exploré à pied les lieux de la révolution. Avec Ludmilla et Sergej nous disposions de guides compétents. Nous avons réalisé une manifestation commémorative au Champ-de-Mars où sont enterrés les morts de la révolution de Février. Et pendant un arrêt sur le pont Neva nous avons entendu l’histoire, comment, en 1917, les révolutionnaires ont retiré la clé à un vieux garde du pont responsable, avec laquelle on arrive à démarrer le mécanisme qui lève les ponts. Saint-Pétersbourg est une ville merveilleuse !

Le concert du 6 novembre avec 700 visiteurs avait été organisé par le PCOR. Il y avait des contributions excellentes et qualitativement très avancées par des artistes de Saint-Pétersbourg et de Russie. La présentation du groupe musical Gehörwäsche d’Allemagne incarnait dans un certain sens la perspective révolutionnaire et jeune de ces festivités. Un point culminant fut le discours de Sanjay Singhvi pour l’ICOR. Et de nouveaux contacts de grande valeur en résultaient avec un parti de la Corée du Sud, des communistes plus âgés, des « mineurs mérités » de Saint-Pétersbourg et des contacts avec d’autres visiteurs internationaux comme de Grèce et de Turquie, avec des paysans …

Point culminant des activités à Saint-Pétersbourg/Léningrad était sans aucun doute la manifestation le soir du 7 novembre qui, avec environ 8 000 participants, prend son point de départ à la gare de Finlande et trouve sa conclusion avec 10 000 participant(e)s devant le croiseur Aurore. La mobilisation était difficile. Les camarades russes avaient décidé que ne seraient ni faits des dépliants, ni accrochés des affiches. Aucun journal, aucun blogue sur Internet ne devait en informer. La mobilisation ne se faisait donc que de bouche en bouche. Un fort bloc de l’ICOR avec des délégations de onze pays, une vague de drapeaux de l’ICOR et une culture combative de la manifestation devient le pôle d’attraction, quoique ses 200 à 300 participants soient une nette minorité. La manifestation était préparée méticuleusement et suivait une régie mûrement réfléchie. Toute l’apparence, la discipline, les paroles, les chants ouvriers et en particulier l’« Internationale » et le rayonnement optimiste et en toute conscience exerce une grande attraction. Les gens se mettaient à chanter en masse, disaient merci, achetaient de la littérature, quelques-uns rejoignaient la file.

Malheureusement, ce n’était pas l’ICOR mais le MLPD qui pouvait parler (Justification Tjulkin : « Nous n’avons pas encore la confiance face à l’ICOR, mais elle a bien pu se consolider face au MLPD pendant beaucoup d’années »). La raison en était que la participation décidée à court terme du PCFR révisionniste donnait à celui-ci le droit – selon ce que disait le PCOR et que confirmait le MLP – de marcher ensemble avec la deuxième plus grande organisation, le PCOR, à la tête de la manifestation et de décider de la liste des orateurs. Il n’y avait que très peu de temps pour en délibérer et tous les camarades de l’ICOR qui participaient – y inclus ceux du MLP – étaient d’accord que le MLPD comme organisation de l’ICOR parle et présente l’idée de l’ICOR. C’est ce qu’il a fait. Un feu d’artifice termine le tout et les représentants de l’ICOR et ses amis se placent encore ensemble devant l’Aurore.

Le grand gala avec 300 participants de 20 pays était une conclusion adéquate des jours à Saint-Pétersbourg et une fraternisation émouvante. La soirée a commencé avec l’entrée des matelots avec les drapeaux de l’ICOR ! C’était une chorale de véritables matelots qui, pour commencer la soirée, chantaient avec tout le monde l’Internationale et puis les partisans de l’Amour. Monika, la coordinatrice principale de l’ICOR, a modéré la soirée avec de nombreux brefs discours, des toasts et des contributions culturelles. Ce qui était très surprenant c’est que le président du PCOR remettait des décorations.

Au niveau financier, les événements de Saint-Pétersbourg étaient aussi un succès. Les dépenses avaient été assumées et même les frais du MLP et de la brigade des jeunes ont pu être remboursées en partie.

Quelques voix au sujet des jours à Saint-Pétersbourg :

Kazi/PC Bangladesh : « La manifestation avec ses couleurs somptueuses était très bien. Elle a lancé un signal historique, car après l’effondrement du socialisme les communistes étaient très faibles et surtout fragmentés et abattus. Au début des années 1990, j’étais souvent en Russie et l’ambiance était catastrophique parmi les communistes. La manifestation d’aujourd’hui montre que les mouches ont changé d’âne. » Il nous montre des photos des festivités du Centenaire de la révolution d’Octobre à Dhaka, Bangladesh, le même jour. Les organisations révolutionnaires ont organisé une marche en étoile. Le cortège des manifestants de son organisation comprenait 22 000 personnes !

Tuta/PPP Pérou : « La défaite de la classe ouvrière et des révolutionnaires est remplacé par le début d’une nouvelle passion révolutionnaire dans le monde entier. Je suis heureux de pouvoir y assister en tant que représentant de l’ICOR. Nous avons encore beaucoup de travail devant nous. »

Adismar /Plataforma Golpe de Timon/Venezuela : « Je félicite les camarades de cette manif grandiose ! Je constate la grande volonté de tout avoir accompli par des actions grandement volontaires. Cent ans après la révolution d’Octobre le communisme est plus important que jamais avant…. Aujourd’hui, nous avons passé une journée merveilleuse qui restera inoubliable pour tous les participant(e)s. »

Les visages des camarades russes du MLP rayonnaient aussi de fierté et de joie. Ils avaient lutté âprement contre des milliers de résistances pour réaliser la manifestation. Le MLP en tant que petite organisation a accompli de grandes choses. Une responsabilité énorme reposait sur lui – de la part des dirigeants, des révisionnistes et partiellement aussi par son propre découragement. Son bilan : « Mais nous avons fait notre chemin et, avec la clarté de l’ICOR derrière nous, nous avons pu réussir de mener à bien beaucoup de choses, même comme petite organisation. Il n’est pas exagéré de dire que sans l’ICOR les activités n’auraient pas pu être réalisées dans cette dimension. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *