Liberté pour Turgut Kaya !

 

LIBERTÉ POUR UN RÉVOLUTIONNAIRE, UN HOMME DE LUTTE :TURGUT KAYA

UPOTUDAK:  Liberté pour Turgut Kaya! – communiqué du comité de soutien aux prisonniers politiques internationaux.

Turgut  Kaya, qui  a été arrêté  par l’Etat grec  en avril 2018, est  toujours détenu à la suite d’un mandat d’arrêt lancé par  d’Interpol. L’audience concernant sa possible extradition vers la Turquie, qui devait avoir lieu le 15 mai, a été repoussée au 30 de ce mois-ci.

Nous exigeons sa libération immédiate !

Kaya a été arrêté pour la première fois en 1992 par l’Etat Turc suite aux manifestations pour les droits académiques et démocratiques des étudiants. Après avoir été détenu pendant deux mois à la prison de Bayrampasa, Kaya a été libéré et arrêté à nouveau en 1994 pour son appartenance un « parti illégal ». Lors de cette garde à vue, la police a nié l’arrestation de Kaya. Elle est restée silencieuse une semaine entière. Il est évident que la police a tenté de le faire disparaitre. Pendant cette période, Turgut a été soumis à plusieurs formes de torture comme la « Pendaison Palestinienne », les « Chocs Electriques » parmi d’autres traitements inhumains. A la suite de cette semaine de torture, il a été incarcéré en attente d’un jugement, jugement qui a débouché sur un acquittement.

En 1997, il est une nouvelle fois arrêté pour son appartenance à un parti illégal et subit de nouvelles tortures durant son interrogatoire. Il a été envoyé dans une prison dont la majorité des détenus sont des « repentis », ayant marchandé avec l’Etat turc. Par la suite, il a été transféré à la prison de Bergama (Pergame) en raison des menaces de mort qu’il a subit de la part des collabos. Il a été libéré en 2000, après trois ans de détention.

Alors qu’il travaillait, par la suite, en tant que rédacteur en chef pour le journal Özgur Gelecek, il a été de nouveau arrêté. En 2006 il subit six ans d’incarcération dans une prison de type F – haute sécurité – dans des conditions d’isolement et de torture blanche. Aucune visite n’a été autorisée pendant la première année de sa détention. Fouilles à nu, mauvais traitements, sanctions disciplinaires se sont succédés jusqu’à sa libération en 2012.

Après sa libération, il part en Grèce, où il est de nouveau arrêté en 2015, à la suite d’une opération de police orchestrée par cinq Etats, dont l’Etat turc. Après 40 jours, Turgut Kaya est libéré.

Aujourd’hui, trois ans après, il est de nouveau dans le collimateur de la Justice de Turquie et est de nouveau arrêté en Grèce au motif d’être recherché par Interpol. Nous exigeons sa libération inconditionnelle !

Liberté pour Turgut Kaya.  

Turgut Kaya, détenu depuis avril 2018, n’a aucune raison d’être arrêté. Le fait que l’Etat turc ait mis sa tête à prix, qu’il apparaisse sur la liste rouge de l’Etat fasciste, laisse penser que le gouvernement Grec viole les accords internationaux, qu’il a pourtant signé.

Si il est extradé en Turquie, ce sera le gouvernement grec qui portera la responsabilité des tortures qu’il subira. Turgut Kaya et les révolutionnaires réfugiés en Grèce sont confrontés en permanence au danger d’être utilisés comme une monnaie d’échange. En l’occurrence, deux soldats grecs ont été arrêtés pour avoir violé la frontière. C’est là une occasion que l’Etat turc pourrait saisir.

Nous invitons l’ensemble de l’opinion publique révolutionnaire et progressiste à agir, à soutenir et à participer aux évènements et aux manifestations pour la libération de Turgut Kaya

Comité de soutien pour les prisonniers politiques internationaux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *