Liberté pour Salah Hamouri !

Liberté pour Salah Hamouri !

Communiqué de l’Unité Communiste de Lyon, le 27 août 2017.

Une nouvelle fois, Salah Hamouri connaît les geôles de l’Etat israélien. Une nouvelle fois, le militant franco-palestinien subit la répression de la part des occupants de la Palestine.

Salah Hamouri, ce nom évoque une lutte longue, difficile, pour la liberté d’un individu, pour la liberté d’un peuple, mais également pour la solidarité internationale.

Le 23 aout, Salah Hamouri est arrêté par les forces de l’ordre israéliennes chez lui, à Jérusalem-Est. Dans le but de l’interroger sur ses activités politiques, le parquet Israélien le maintient en détention jusqu’au 27 aout. Par la suite, son sort sera connu, la relaxe ou la mise en examen.

Pour Salah, hélas, cela ne constitue pas une nouveauté.

En mars 2005,  il était arrêté à un checkpoint sur la route de Ramallah, aussitôt, il est emprisonné. Sa détention durera deux ans avant que le tribunal militaire ne statue sur les charges retenues contre lui.

Accusé d’être membre du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) et d’avoir ourdi une tentative d’assassinat d’un des rabbins les plus réactionnaires d’Israël, son procès, émaillé de chantages et de marchandages, s’est clôturé en 2008. Salah Hamouri, menacé de 14 ans de prison, malgré un dossier vide, en fut réduit à se rabattre sur une plaidoirie de marchandage, laquelle le pousse à plaider coupable.

Il est condamné à 7 années de réclusion.

Bien que soutenu très fortement par un grand nombre de militants, d’organisations, de personnalités, Salah Hamouri ne bénéficia d’une libération que par le truchement d’une amnistie massive de 1027 prisonniers palestiniens, en échange de Gilad Shalit, soldat israélien prisonnier du Hamas.

Le 18 décembre 2011, après 6 ans dans les prisons de l’Etat israélien, Salah retrouvait la liberté.

Aujourd’hui, cette lutte recommence, pour obtenir que le jeune avocat ne connaisse pas de nouveau l’enfer de la privation de liberté, au cœur d’un des derniers pays d’Apartheid.

Tout comme Georges Abdallah, détenu à Lannemezan, Salah Hamouri subit les foudres de la justice, du fait de son opposition à l’ordre colonial d’Israël. L’un et l’autre sont des détenus politiques, condamnés pour leur engagement du côté de la liberté, du côté de l’égalité, du côté de la dignité.

Aujourd’hui, le président de la République, Emmanuel Macron, indique une ligne qui va à l’encontre total de ces luttes : il indique que la lutte contre l’impérialisme israélien sera assimilé à de l’antisémitisme.

Il est vrai que des apprentis-sorciers du fascisme et de l’obscurantisme jouent sur l’antisionisme pour vomir leur antisémitisme camouflé. Il est essentiel de les dénoncer et de les pourchasser. Mais il est véridique aussi que cette ambigüité sert étroitement les intérêts d’Israël et de ses agents pour frapper les mouvements de libération nationale.

Les états impérialistes ont toujours instrumentalisé des concepts pour légitimer leur œuvre de domination. Que ce soit le Lebensraum, la sphère de coprospérité pan-asiatique, la destinée manifeste, le devoir de civilisation, tous ces termes n’ont signifié autre chose que « invasion. » Pour les camoufler, les agresseurs les ont paré d’une mystique, ont maquillé leur œuvre de destruction et d’asservissement par ces beautés.

Derrière ces chants de sirène, il n’y avait que des soifs d’exploitation, de surexploitation, de colonialisme et de pillage.

L’Etat israélien ne déroge pas à la règle, instrumentalisant les concepts religieux, les concepts de race et de peuple pour servir sa politique coloniale et impérialiste. L’Etat israélien joue la carte du sionisme pour légitimer son oppression.

L’Etat israélien est un bastion de l’impérialisme, un bastion de la réaction et du racisme.

L’Unité Communiste de Lyon apporte son soutien à Salah Hamouri et aux prisonniers politiques de la lutte anti-impérialiste, détenus en Israël, dans l’Etat français et partout dans le monde.

L’Unité Communiste de Lyon apporte son soutien à la résistance palestinienne, et plus particulièrement à la résistance populaire et progressiste.

Liberté pour Salah Hamouri ! Liberté pour les prisonniers politiques de l’Anti-impérialisme ! A bas les impérialismes, vive le communisme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *