Communiqué de presse de l’Assemblée Générale de l’Université Lumière Lyon 2 – 12 décembre 2018

Communiqué de presse faisant suite à l’Assemblée Générale des étudiant.e.s de l’Université Lumière Lyon 2 du 12 décembre 2018

Entre temps, l’administration de l’Université Lyon 2 Lumière a annoncé une fermeture administrative. Certaines dispositions prises en assemblée générale sont donc de facto inapplicables. L’Unité Communiste de Lyon considère que les fermetures administratives sont des méthodes de démobilisation utilisés par les directions des universités pour casser les mouvements. Elles sont une politique de la terre brûlée dirigée à l’encontre des mouvements étudiants. 

 

L’Assemblée des étudiant.e.s de l’Université Lumière Lyon 2 s’est tenue le 12 décembre 2018 sur le campus de Bron, après le succès de l’AG des étudiant.e.s et des personnels de la semaine précédente. Appelée simultanément par le Mouvement des Étudiant.e.s Étranger.e.s, Solidaires Étudiant.e.s, le Collectif des Doctorant.e.s et Non-Titulaires, le comité jeunes du Nouveau Parti Anticapitaliste 69 et l’Unité Communiste Lyon, celle-ci a réuni plus de 600 personnes (soit plus du double de l’AG du 6 décembre).

Organisée dans la continuité de l’AG du 6 décembre 2018, celle-ci maintient l’ensemble des revendications qui y ont été défendues, à savoir :

– L’opposition à toute augmentation des frais d’inscription à l’Université, et plus largement pour la gratuité de l’enseignement supérieur.

– Le retrait de Parcoursup et de la loi relative à « l’Orientation et la Réussite des Étudiants », et plus généralement l’opposition à toute forme de sélection à l’Université.

– Le retrait du « plan licence ».

– L’augmentation des moyens alloués à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, ainsi qu’une meilleure gestion budgétaire de l’Université (fin des dépenses inutiles, affectation prioritaire des moyens à destination des étudiant.e.s les plus défavorisé.e.s).

– L’augmentation des bourses en nombre et en montant.

– La facilitation des procédures d’inscription des étudiant.e.s étranger.e.s (Campus France), ainsi que la gratuité de ces dernières.

– L’augmentation du nombre de logements publics à destination des étudiant.e.s et pour la réduction de leur coût.

– L’adaptation du service public d’enseignement supérieur aux personnes les plus discriminées ou en difficulté (personnes LGBTI+, en situation de handicap, sans-papier.e.s…).

– L’opposition à la répression policière des étudiant.e.s, lycéen.ne.s et personnels mobilisé.e.s, à toute intervention policière au sein et autour des campus universitaires et des lycées, et l’amnistie des personnes inculpées lors des mobilisations sociales.

– La convergence des luttes en cours (mobilisation lycéenne, gilets jaunes, etc.).

– La restauration de l’ISF.

– La démission d’Emmanuel Macron.

– Une meilleure inclusion des minorités, des personnes marginalisées et de leurs revendications.

– La régularisation de tou.te.s les sans-papier.e.s.

De manière à ce que le mouvement étudiant puisse perdurer dans les semaines à venir, l’Assemblée Générale des étudiant.e.s de l’Université Lumière Lyon 2 appelle à présent à la mise en place d’un comité de mobilisation.

Considérant par ailleurs que l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant.e.s étranger.e.s extra-communautaires et la sélection à l’Université participent d’un même processus de casse du service public d’enseignement supérieur, l’AG appelle l’ensemble des personnels à rejoindre le mouvement étudiant ; en ce sens, celle-ci appelle les organisations syndicales professionnelles présentes à l’Université Lumière Lyon 2 à soutenir les étudiant.e.s en lutte et à organiser la mobilisation du personnel. Plusieurs interventions au cours de l’Assemblée Générale appellent cependant les organisations syndicales et politiques à ne pas s’approprier le mouvement.

Parce que la lutte pour un enseignement supérieur démocratique est internationale, l’Assemblée Générale des Étudiant.e.s de l’Université Lumière Lyon 2 est solidaire avec la grève des étudiant.e.s colombien.ne.s mobilisé.e.s pour l’Université publique, gratuite et de qualité, contre le report du budget de l’enseignement supérieur vers celui de l’armée et contre la privatisation de l’ESR.

Comme la semaine précédente, l’Assemblée Générale appelle l’ensemble des membres de la communauté universitaire à rejoindre les mobilisations sociales suivantes :

– La manifestation lycéenne et étudiante organisée le jeudi 13 décembre 2018 au départ de la place Jean Macé à 9h30. L’Assemblée Générale rappelle par ailleurs qu’à l’occasion de cette manifestation s’organisera un Pink Bloc en non-mixité sans hommes cisgenres hétéros.

– L’Assemblée Générale lycéenne et étudiante organisée le même jour à 11h30 à la Bourse du Travail à l’issue de la manifestation précédemment citée.

– Le rassemblement organisé le 14 décembre 2018 à 10h dans la cour centrale du campus Berges du Rhône en protestation à l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant.e.s étranger.e.s extra-communautaires.

– La manifestation interprofessionnelle et intersyndicale organisée le 14 décembre 2018 au départ de la place Jean Macé à11h30 pour l’augmentation du SMIC et des minima sociaux, le rétablissement de l’ISF et la convergence des luttes.

– La manifestation organisée le 18 décembre 2018 au départ de la place de la République à 18h à l’occasion de la Journée Internationale des Migrant.e.s.

Un blocage des deux campus (PDA et BDR) de l’Université Lumière Lyon 2 est appelé par l’AG le jeudi 13 décembre 2018 de manière à permettre aux étudiant.e.s comme aux membres du personnel de participer à la manifestation lycéenne et étudiante. L’AG appelle également la présidence de l’Université à banaliser les cours lors des jours de mobilisations sociales, afin de ne pas entraver l’engagement des étudiant.e.s et des personnels.

L’Assemblée Générale des étudiant.e.s de l’Université Lumière Lyon 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *