Afghanistan, la fin.

Le 15 Août, les milices Talibans ont pris la ville de Kaboul, capitale de l’Afghanistan. Après 20 ans de guerre entre coalition occidentale et groupes armés islamistes, ces derniers ont remporté une victoire écrasante. Les images qui proviennent du pays sont apocalyptiques. Débandade de l’armée afghane, fuyant devant les combattants, évacuation de l’ambassade US, véritable réédition de la fuite de Saïgon, cohue pour essayer de trouver une place dans un transport militaire… La défaite est consommée pour la coalition occidentale. Un matériel immense est laissé sur place, avec plusieurs milliers de véhicules blindés, de transports de troupes, d’appareils de combat. Les USA vivent leur évacuation de Dunkerque, tandis que les lambeaux de l’État Afghan se délitent.

Une vague de terreur s’étend sur le pays.

Parallèle édifiant entre l’évacuation des ambassades de Saigon et l’évacuation des ambassades de Kaboul

Une victoire prévisible.

La prise de Kaboul est apparue comme un coup de tonnerre dans un ciel sans nuages pour une grande partie de l’opinion publique. Cependant, elle était prévisible  : l’occident étant acculé à la défensive. Depuis plusieurs années, les contingents se sont progressivement réduits. Les USA et l’OTAN avaient de plus en plus de mal à justifier les coûts d’une guerre impopulaire. Oussama Ben Laden était mort et les Talibans étaient relégués au second plan par rapport à Daesh.

De plus il s’agissait d’une opération ressemblant à un tonneau percé. Jean-Pierre Steinhofer décrivait ainsi que la stratégie de l’OTAN ne pouvait mener qu’à un échec. Il en parle comme «  une addition de forces militaires à la poursuite de succès tactiques plus ou moins durables, sans stratégie claire.  » En effet, l’OTAN n’est pas capable de désigner un ennemi  : « L’ennemi est le terrorisme. Cette désignation est inepte. Car le terrorisme n’est pas un ennemi : c’est une méthode de combat. » Il n’a pas non plus d’objectif stratégique  : «  l’OTAN hésite entre l’objectif « colonial » [développement] et l’objectif sécuritaire [faire la guerre en Afghanistan pour ne pas la faire en Europe ou aux États-Unis]  ».

Joe Biden, devant la défaite, l’a déclarée inéluctable  : « une année ou cinq années de plus de présence militaire américaine n’aurait fait aucune différence, quand l’armée afghane ne peut ou ne veut pas défendre son propre pays. […] Je suis le quatrième président à mener une présence militaire américaine en Afghanistan, a-t-il conclu. Je ne léguerai pas cette guerre à un cinquième. »

En préparation de ce retrait, les Américains avaient d’ailleurs signé un traité avec les Talibans le 29 février 2020. Le Agreement for Bringing Peace to Afghanistan between the Islamic Emirate of Afghanistan which is not recognized by the United States as a state and is known as the Taliban and the United States of America.1 Même si ce titre a rallonge indique que les USA ne reconnaissaient pas les Talibans comme une entité légale, la négociation (qui se poursuit encore aujourd’hui) les présentaient néanmoins comme un pouvoir légitime.

Les USA ont ainsi adoubés les Talibans en échange de promesses  : celle de ne plus attaquer les troupes US, mais aussi de ne plus héberger d’organisations hostiles aux États-Unis. Pour les Talibans, ce traité était la garantie de pouvoir exercer leur contrôle à terme.

Mais, au-delà de ces questions, l’échec des tentatives US réside aussi dans la nature même de l’Afghanistan.

Qu’est ce que l’Afghanistan  ?

L’existence de l’Afghanistan même explique aussi cette catastrophe annoncée. Historiquement voie de passage entre Occident et Orient, l’Afghanistan géographique a été à plusieurs reprise le noyau d’empires. Il acquiert son indépendance avec l’effondrement de la Perse Afcharide en 1747. C’est donc une vieille entité. Très rapidement, il devient un enjeu de grande géopolitique. Les Anglais y mènent plusieurs guerres entre 1813 et 1919. L’Afghanistan est alors au centre du «  Grand Jeu  », terme popularisé par Rudyard Kipling dans son roman Kim. L’auteur du Livre de la Jungle, officier colonial, y observe les manœuvres des anglais pour empêcher l’expansion Russe vers le sud et les mers libres. L’Afghanistan devient alors une zone tampon, dont la politique intérieure est d’une importance primordiale. A ce titre, il s’agit d’une construction artificielle, sans unité ethnique ou culturelle. Sa composition en mosaïque permet de maintenir une instabilité constante. Entre 1919 et 2001, le pays passe par près d’une dizaine de régimes différents. Chaque fois, le pouvoir en place s’appuie sur des liens tribaux ou clanique, ce qui lui assure des fidélités, mais ce qui place aussi les autres réseaux dans l’opposition.

Deux modèles sortent leur épingle du jeu  :

  • un modèle d’inspiration socialiste, entre 1978 et 1979, lequel va placer au dessus des divisions ethniques l’idée de classe et d’émancipation. Cependant, il est d’une part tiraillé entre allégeance aux soviétiques (Autour de Nour Mohammad Taraki) ou aux Chinois (Hafizullah Amin). La lutte entre les deux conceptions est brutale et entraîne l’intervention de l’URSS. Elle se heurte aussi aux traditions réactionnaires des fondamentalistes religieux, en particulier quant à l’éducation des femmes et au partage de la terre. Les USA vont très intelligemment les utiliser pour avancer leurs propres pions et pour saigner à blanc l’URSS. La radicalisation de l’intervention soviétique, avec notamment des victimes civiles et des brutalités nombreuses, va sonner le glas de la sympathie pour le régime et pour l’URSS, tant au niveau afghan que mondial. Si l’intervention soviétique, dans son fond et dans sa forme, n’est pas défendable, la période de direction du Parti Démocratique Populaire d’Afghanistan (jusque 1989 environ) est nettement plus progressiste que les régimes suivants.
  • Le modèle islamiste, qui place au dessus des divisions ethniques la primauté du fondamentalisme. Ce miroir inverse du premier modèle est une des raisons clés du succès des Talibans.

Lorsque les Américains et la coalition ont renversé ce régime, ils ont remis en place un système clientéliste, corrompu, faisant de l’Afghanistan un pays producteur de drogue, livrés aux mafias. Le système Karzai ressemblait ainsi quelque part au modèle du Shah d’Iran entre 1953 et 1979. Un système qui a tenté d’occidentaliser et de moderniser le pays tout en étant client des USA. Et tout comme la révolution islamique d’Iran, les mécontents se sont coalisés autour d’une faction populiste et réactionnaire. Face à la corruption et au chaos de la période de la coalition, les Talibans ont pu obtenir un certain consensus et revenir en force.

Manchette du LA Times de 1989 : “Afghanistan : Les Soviétiques ont quitté l’Afghanistan, qui promet au régime fantoche de Kaboul assiégé une chute inévitable”, triste ironie.

Il ne faut pas non plus oublier que, en dépit de leur allure peu martiale, certains combattent depuis 40. Ce sont des combattants expérimentés, bien équipés, qui ont tous les traits des techno-guérillas, capable de pouvoir mettre en échec des troupes modernes, mais moins combatives. L’impossibilité de vaincre militairement un ennemi insaisissable et l’impossibilité de pouvoir trouver une issue positive aux crises de régime ne pouvait que condamner à la défaite les coalisés. La violence et la brutalité des soldats coalisés (notamment des Australiens2) ont fait le reste. Il ne faut pas oublier les dizaines de milliers de morts, soir directes, soit indirectes.

Une guerre internationale.

De plus, les Talibans ont eu l’intelligence de nouer des liens et de trouver des soutiens. Les Talibans une tradition de l’alliance tactique. Durant l’invasion soviétique, à une époque où ils étaient une faction mineure, les Talibans ont ainsi bénéficié de l’appui US. Aujourd’hui, ils ont trouvé d’autres liens.

L’Afghanistan est toujours au cœur du Grand Jeu. Mais les rapports de force ont changé. Aujourd’hui, la Chine et la Russie sont des acteurs qui peuvent s’adresser à ce gouvernement ultra-réactionnaire, et lui faire miroiter des perspectives. Le pays est sur le tracé de la Nouvelle Route de la Soie, qui est un axe stratégique pour le développement de la stratégie continentale de la Chine. C’est aussi une manière de couper de ses bases arrières le mouvement séparatiste Ouighour. Il est toujours sur le chemin de l’accès aux mers chaudes pour la Russie. En dépit de la rivalité avec l’Iran, un modus vivendi, un moyen terme, est possible.

L’ambassade de Chine a ainsi déclaré qu’elle « continue de fonctionner normalement » et qu’elle désire des « relations amicales » avec le gouvernement Taliban. D’après la porte parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying, « Les talibans ont indiqué à plusieurs reprises leur espoir de développer de bonnes relations avec la Chine ». Moscou a également maintenu en place ses diplomates.

La “Nouvelle Route de la Soie”.

Un triste destin.

En dépit des injonctions américains a maintenir le droit des femmes et les écoles, il est difficile de croire que la victoire des Talibans ouvre une ère positive pour les populations locales et en particulier les femmes. Malgré l’apparence nationale populaire du mouvement Taliban, celui-ci n’a pas d’autre destin que de devenir un laquais d’autres puissances et de faire de l’Afghanistan une prison des peuples.

Le fait qu’elle incarne une défaite des USA et une victoire du «  multilatéralisme  » doit être pris pour ce qu’il est  : un simple constat. Le temps des troubles est devant nous, tout comme le temps des repartages. Cette victoire de l’entropie sur la domination USA des années 1991-2001 est certes un pas vers de grand changement, mais ce pas se traduit aussi par des souffrances inouïes pour de nombreux peuples, en particulier pour les femmes. Il existe quelques poussières d’extrême-droite ou d’extrême-gauche qui se sont réjouis de cette victoire ou avaient soutenu les islamistes3. Les uns ont montré leur fond commun avec le fondamentalisme islamiste, dont ils ne sont qu’une version occidentale. Les autres ont montré toute leur bêtise et leur incapacité à comprendre la réalité.

Comme quoi nos fascistes français savent parfois assumer leurs proximités idéologiques avec les fondamentalistes musulmans.

Notre première solidarité va vers nos camarades qui sont présents et présentes là bas, telle que l’organisation Marxiste Léniniste d’Afghanistan, membre de l’ICOR, ou l’association des femmes révolutionnaires d’Afghanistan (RAWA). C’est entre les mains de ces organisations, capable de libérer de la domination impérialiste, capable de fournir un destin positif et émancipateur, que réside la solution. Ni dans un courant islamiste, ni dans la présence d’une puissance étrangère.

1 https://www.state.gov/wp-content/uploads/2020/02/Agreement-For-Bringing-Peace-to-Afghanistan-02.29.20.pdf

2 https://unitecommuniste.fr/icor/sur-les-crimes-de-guerre-australiens-en-afghanistan/

3 https://www.eglise-realiste.org/pdf/Oussama_on_vaincra_ed.pdfhttp://www.pmli.it/articoli/2015/20151011_comunicatoPmliappoggiaIS.htmlhttps://www.icl-fi.org/english/wv/1073/isis-ltr.html

https://www.icl-fi.org/english/wv/1055/isis.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.