Pour le 40e anniversaire du MLPD

40 ans de la fondation du Parti Marxiste-Léniniste d’Allemagne  !

Nous saluons le 40e anniversaire de la création du MLPD. Nous adressons à nos camarades d’outre-Rhin nos félicitations pour cette célébration. En 1982, il y a 40 ans, était fondé en Allemagne le MLPD. Le célébrer est important. Il inscrit le MLPD dans une construction de longue durée d’un Parti Marxiste-Léniniste, chose presque unique en Europe Occidentale depuis la fin des années 1950.

Il est aussi l’occasion de rendre hommage au plus important fondateur du MLPD, Willi Dickhut. Il a milité dans les conditions les plus difficile, faisant face à la Gestapo et aux camps de concentration nazis. Défenseur acharné de l’idéal révolutionnaire, il n’a pas accepté le renoncement du KPD. L’Allemagne était alors séparée entre une RDA soumise à Moscou et à son abandon de la voie révolutionnaire et une RFA née des cendres du Reich. Au lieu de choisir entre deux impasses, lui et les militants à l’origine du MLPD ont préféré se construire de manière autonome. C’est ainsi, qu’après avoir été expulsé du KPD en 1966, il a participé à la fondation du KPD/ML, en 1968, puis de l’Union des Travailleurs Communistes d’Allemagne (KABD), en 1972, qui posa les bases de ce qui est devenu le MLPD, en 1982.

Le MLPD est un Parti solidement implanté dans les masses travailleuses d’Allemagne, à travers ses comités d’usine, ils mènent les luttes partout où sont attaqué les travailleurs. Il mène aussi un travail de restauration des symboles du communisme, avec la mise en place d’une statue de Lénine, la première en Allemagne occidentale, puis aujourd’hui avec celle de Karl Marx. En cela, c’est un exemple à suivre, vers la reconstitution d’un mouvement ouvrier offensif et idéologiquement régénéré.

Nous soutenons le MLPD face aux menaces faites par la Police et la Justice Allemande. Celle-ci a été construite pour lutter contre le communisme, et elle continue avec zèle de remplir cette tâche. Nous sommes également solidaires face à la menace des fascistes et autres néonazis. Derrière l’anticommunisme, c’est toujours le fascisme qui se cache  : c’est lui qui pave la voie vers la dictature terroriste de la bourgeoisie. La main qui brandit l’anticommunisme est la même qui serre celle du nazisme, l’intransigeance envers le communisme, c’est toujours la conciliation avec le fascisme.

Nous Nous avons depuis plusieurs années l’occasion de travailler avec le MLPD sur une base internationaliste au sein de la Coordination internationale des partis et organisations révolutionnaires (ICOR). Le MLPD n’a jamais ménagé ses efforts constants et sincères pour la reconstitution du mouvement communiste révolutionnaire mondial. Il n’a jamais failli dans son dévouement à la solidarité internationale entre travailleurs et communistes. Ainsi, nous avons pu travailler ensemble à plusieurs reprises, que ce soit sur la question de l’UE, lors de la commémoration de la Révolution Allemande de 1918/19, ou lors ce l’anniversaire de la Commune de Paris. Chaque fois, nous avons pu ressentir une camaraderie forte de la part du MLPD. Nous soulignons l’envergure de leur investissement dans la coordination, qui s’est montré jusqu’à aujourd’hui d’une indéfectibilité exemplaire auprès des organisations membres. Nous notons également l’existence des listes internationalistes que présente le MLPD, qui permettent aux militantes et militantes révolutionnaire d’unir leurs forces et d’utiliser les espaces démocratiques comme tribune.

Nous reprenons donc à l’occasion de son 40ᵉ anniversaire son slogan  : Gib Antikommunismus keine Chance  ! Aucune chance à l’Anticommunisme  ! Vive le MLPD et sa direction  ! Vive l’internationalisme  !

3 réflexions sur “Pour le 40e anniversaire du MLPD

  • 1 septembre 2022 à 15 h 52 min
    Permalien

    Le MLPD a une vision trotskiste de la République Démocratique Allemande en reprenant les attaques de la bourgeoisie impérialiste contre la direction du Parti Socialiste Unifié (SED) après la mort de Staline : le mur de protection antifasciste et l’activité de la Sécurité d’Etat seraient “liberticides”, Honecker serait “un bourgeois qui roule en voiture de luxe”, enfin bref une attitude de saboteurs au service de la CIA, ce qu’a été objectivement le soi-disant “KPD/ML”.
    Expliquez moi en quoi la DDR de Wilhelm Pieck aurait été une utopie anarchiste et la DDR de Ulbricht et Honecker une horrible tyrannie, c’est du délire subjectiviste sans la moindre analyse matérialiste-dialectique. il y’a bien sûr des contradictions entre la ligne de Pieck, celle de Ulbricht et celle de Honecker, il faut analyser cela scientifiquement mais ne pas s’aligner sur la vision bourgeoise en prétendant que ce serait la faute à Krouchtchev si la réalité de la DDR est comme la vision bourgeoise la décrit, alors même que ce n’est pas la réalité, et que les mesures “liberticides” sont une nécessité de la dictature du prolétariat, prises par tout Etat socialiste.
    Il est ridicule de faire croire que porter l’héritage de Staline, c’est être une organisation 68arde marquée par le libéral-libertarisme (en se vantant notamment de la présence de femmes du “Parti Féministe, du Parti de Gauche et du SPD”, trois partis bourgeois anti-communistes à leur évènement sur la “libération de la femme” : https://www.icor.info/2021-1/contribution-of-the-mlpd-on-its-work-for-international-womens-day-and-icor-day-of-struggle-on-8-march-2021), l’écologisme (notamment de dangereuses diatribes contre l’énergie nucléaire qui serait “incontrôlable”, ce qui est faux) et autres idéologies petites-bourgeoises.
    Certes, le MLPD a aujourd’hui égalé le nombre de membres du DKP (ce que je déplore et qui est un signe de la faiblesse, du déclin du DKP), ses militants de base sont souvent des syndicalistes courageux et il y’a un certain courage à faire figurer des membres du FPLP, du FDLP et de Partizan sur leur “Liste Internationaliste”, à affirmer Marx, Engels, Lénine et Staline comme classiques du marxisme, même les statues bon c’est du symbolique mais pourquoi pas (d’ailleurs le Parti Communiste de Grèce a salué cette démarche) mais l’orientation choisie souffre de beaucoup d’opportunisme.
    Aujourd’hui, l’héritage de la DDR est porté par le Parti Communiste d’Allemagne (KPD), dont le secrétaire est Thorsten Schöwitz, parti qui a été reconstitué en 1990.

    Je précise au passage qu’il y’a des processus de reconstruction communiste sur la base du marxisme-léninisme dans quasiment tous les pays d’Europe, certains ont abouti sur la construction d’organisations durables d’ampleur comparable ou supérieure à celle du MLPD comme le Parti Communiste des Peuples d’Espagne fondé en 1984, le Parti Communiste des Ouvriers de Russie fondé en 1991 ou encore au repositionnement de certains partis qui avaient été gagnés par le révisionnisme comme le Parti Communiste de Grèce (KKE) qui s’est rectifié dans les années 1990, pratiquant l’auto-critique et qui est un parti d’une ampleur incomparablement supérieure à celle du MLPD (entre 5 et 8% des voix aux élections et environ 400 000 membres contre 0,1% des voix et 3000 membres). Bien sûr ce parti n’est pas parfait mais clairement plus stalinien que le MLPD semi-trotskiste, dans sa défense du socialisme réel. D’ailleurs le MLPD ne soutient pas Cuba et la République Populaire Démocratique de Corée, les deux derniers Etats du monde à posséder encore une infra-structure socialiste, malgré le déviationnisme qui existe dans chacun des deux Etats.

    Le MLPD (mais cette critique s’applique aussi également malheureusement au KKE) que l’impérialisme occidental autour des USA n’est pas le principal danger pour les peuples-travailleurs de la planète mais dilue l’urgence en agitant le spectre des “impérialismes émergents” allant jusqu’à parler d’impérialisme argentin, ce qui est délirant.

    Répondre
    • 2 septembre 2022 à 14 h 11 min
      Permalien

      “L’URCF, quelles que soient ses appréciations sur les positions des groupes qui se réclament du
      communisme(1), a toujours considéré qu’il existait, au-delà des divergences, une mouvance communiste en France, et que sur cette base son unification en un parti communiste était une tâche incontournable même si elle était loin d’être simple. ” (note 1 : … Très clairement cela n’inclut donc pas les groupes trotskistes, maoïstes et partisans d’Enver Hodja– mais peut inclure des militants qui ont pu adhérer à ces mouvances anticommunistes particulières ou même des organisations qui auraient pu rompreavec ses idéologies clairement petite-bourgeoises)
      Voilà sur quelles bases est fondé le PRCF (page 2 de son programme), dont le camarade qui se prend pour “Staline” est apparemment, pour le moins, un membre représentatif.
      Effectivement, l’unification des communistes “est loin d’être simple”, surtout quand on commence par nier l’existence de la révolution chinoise, de l’expérience socialiste de la Chine du temps de Mao Zedong et de l’Albanie d’Enver Hodja …Pendant ce temps, le camarade “Staline” combattait sans doute au sein du P”C”F ces “courants anticommunistes” qui dénonçaient à l’époque de Marchais le révisionnisme du PCUS déguisé en “déstalinisation”…Le MLPD est un héritier de cette époque, il peut en être fier.

  • 5 octobre 2022 à 22 h 15 min
    Permalien

    erratum : au lieu de PRCF, LIRE PCRF (on peut s’y perdre) dans la réponse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.