Déclaration du parti maoïste russe : “Pour une Biélorussie sans Loukachenko et sans capitalistes !”

Nous reproduisons ici la déclaration du Parti Maoïste Russe, membre de l’ICOR, sur la question de la Biélorussie et des manifestations qui ont eu lieu à la suite de la réélection d’Alexandre Loukachenko. Nous publierons prochainement notre propre positionnement quant à cette question d’actualité brûlante.

Le régime d’Alexandre Loukachenko n’est ni “rouge” ni progressiste. Objectivement, il exprime les intérêts du capital monopolistique d’État, lié à l’impérialisme russe et essayant de manœuvrer entre lui et l’Occident. Les espoirs qui avaient été placés dans Loukachenko au milieu des années 1990 en tant qu'”homme du peuple” ne se sont pas réalisés. Aujourd’hui, c’est un régime du type de celui de Poutine ou de Nazarbaïev (ex-président du Kazakhstan). Il est tout aussi libéral en économie (il procède à des privatisations, restreint les droits des travailleurs, relève l’âge de la retraite) que répressif et antidémocratique en politique (il a purgé le champ politique des libéraux et des nationalistes, et des gauchistes et des communistes réels – non contrôlés par son administration). Loukachenko fait des clins d’œil au passé soviétique, mais dans la Biélorussie moderne, ce qu’il en reste est au mieux une coquille extérieure à contenu bourgeois. Et soutenir quelqu’un par nostalgie de l’URSS est une grave erreur.

L’opposition au régime de Loukachenko, pour l’instant unie par la figure de Svetlana Tsikhanovskaya (bien sûr, elle n’est qu’une figure symbolique), représente les intérêts d’une partie de la bourgeoisie mécontente du régime en place. Tant Tsikhanovskaïa que l’opposition biélorusse bénéficient du soutien de l’Union européenne et des États-Unis, et s’orientent vers eux. Ils ont également des liens commerciaux avec la Russie, avec, par exemple, l’un des candidats à la présidence du Belarus, Viktor Babariko, de 2000 à 2020 à la tête d’une banque filiale de Gazprom – Belgazprombank 1. Selon les communistes locaux, la majorité des manifestants dans les rues étaient initialement des étudiants, des écoliers et des membres de la petite et moyenne bourgeoisie. Selon les médias, des rassemblements de travailleurs ont également commencé dans les entreprises industrielles 2. Le programme “candidat unique à la présidence” 3 est un programme de réformes néolibérales qui exige directement une privatisation à grande échelle, la déréglementation de l’économie, l’attraction des capitaux des STN, “l’optimisation du nombre d’anciens emplois” (en d’autres termes, des licenciements massifs), etc. Le programme du “candidat unique” et le programme de Tsikhanovskaya contiennent également des demandes progressistes de démocratisation (pour limiter les pouvoirs du président et la durée du mandat à ce poste, etc. Toutes choses étant égales par ailleurs, des élections compétitives et ouvertes sont meilleures, mais il ne faut pas oublier que la “liberté” et l'”honnêteté” sous le capitalisme sont des conventions qui ont un sens dans la mesure où elles peuvent servir le mouvement socialiste en éliminant l’exploitation et l’oppression. D’autre part, parmi l’opposition, il y a aussi des forces d’extrême droite qui prônent la décommunisation, etc. Avec les forces disponibles et en quelques jours, cette situation ne peut être inversée – c’est clair en théorie et on peut l’observer dans la pratique.

Le prolétariat et les couches semi-prolétariennes ne sont presque pas représentés dans la politique biélorusse, comme ailleurs dans les anciennes républiques soviétiques. Le mouvement dit de gauche, divisé en de nombreuses petites organisations, tente de défendre leurs intérêts. La création de conseils d’ouvriers et la victoire de la démocratie populaire, comme alternative au “Loukachisme” et à l’opposition libérale-nationaliste, ne sont possibles que s’il existe un parti communiste d’avant-garde puissant qui s’appuie sur les masses ouvrières prolétariennes et semi-prolétariennes des villes et des campagnes. Une telle structure n’existe pas encore en Biélorussie, notamment en raison de la longue domination du révisionnisme de type Khrouchtchev-Brezhnev, et aussi en raison du régime capitaliste d’État, qui a détruit les institutions de la démocratie bourgeoise et la possibilité de créer des structures politiques incontrôlables, bien qu’il serait naïf d’espérer que la démocratie libérale en elle-même ouvre automatiquement les voies du développement pour les communistes. Le moment actuel peut devenir une chance pour les communistes biélorusses de sortir de cet État fragmenté s’ils peuvent utiliser la poussée sociale pour se mobiliser, renforcer les liens avec les travailleurs et se maintenir dans le domaine juridique. Lorsque le prolétariat redeviendra une entité politique, alors et seulement alors, les forces bourgeoises-libérales ne pourront plus utiliser les travailleurs dans leurs jeux politiques comme chair à canon.

La tâche de définir la stratégie et la tactique du prolétariat dans la Biélorussie moderne appartient aux communistes biélorusses. Nous saluons leur travail prometteur dans ce sens, notamment leur participation à l’organisation de rassemblements et de grèves avec des revendications qui expriment les intérêts de la classe ouvrière et des masses laborieuses. Pour notre part, nous condamnons la violence des autorités bélarussiennes actuelles et soutenons la démocratisation du système politique – sans toutefois soutenir Tsikhanovskaya et l’opposition libérale bélarussienne – nous sommes favorables à la nationalisation au lieu de la privatisation, et contre l’ingérence des impérialistes, qu’ils soient russes ou occidentaux, dans les affaires du pays. Nous devons également développer la solidarité prolétarienne internationale et la coopération communiste dans notre cause commune de propagande, de construction organisationnelle et de préparation du socialisme.

Longue vie au peuple Biélorusse


Vive le Belarus indépendant, démocratique et socialiste !

P.S. Pendant que nous travaillions sur ce texte, la situation a continué à évoluer, et des informations sont apparues sur l’intervention possible de la Russie dans la crise d’État au Belarus. Le 15 août, Loukachenko, après des négociations avec Vladimir Poutine, a déclaré que “à notre première demande, une assistance complète sera fournie pour assurer la sécurité du Belarus”. Le Kremlin ne l’exclut pas non plus, laissant entendre qu’il est “prêt à fournir l’assistance nécessaire pour résoudre les problèmes qui sont apparus sur la base des principes du traité sur la création de l’État de l’Union”. 4. La formulation est assez vague, car la Russie joue un jeu prudent, en soutenant Loukachenko, tout en laissant ouverte la possibilité d’un accord avec l’opposition si elle arrive au pouvoir. Dans une conversation avec la chancelière allemande Angela Merkel le 18 août, Poutine a déclaré que la Russie est contre “toute tentative d’ingérence de l’extérieur dans les affaires intérieures de la république, conduisant à une nouvelle escalade de la crise”. Cela peut être interprété à la fois comme un avertissement à l’Union européenne (qui s’est toujours limitée à la menace de sanctions), et comme une promesse de ne pas s’ingérer elle-même. Bien sûr, les impérialistes mentent toujours, ils vont s’ingérer et s’ingèrent effectivement dans les affaires des pays relativement faibles, en leur dictant leur volonté. Dans le cas du Belarus, cela est particulièrement vrai de l’impérialisme russe, qui domine la république. Il est naïf d’espérer, comme certains le font, que lorsque “la Russie viendra” ou “nous serons dans l’Union européenne”, la vie s’améliorera spontanément. Les travailleurs, non sans raison, craignent qu’une rupture avec la Russie ne conduise à l’effondrement de l’industrie et au chômage, mais un autre scénario n’est pas moins probable : dans le cas de concessions à la Russie, il exigera un prix élevé – la privatisation des entreprises d’État biélorusses, à laquelle viendront les “gestionnaires efficaces” russes, qui mettront en fait à exécution la menace de Loukachenko, qui a franchement parlé du “nombre excessif” de travailleurs dans les usines. Il est nécessaire de faire appel non pas à la Russie ou à l’Union européenne, mais aux masses. Elles seules peuvent faire preuve d’une réelle solidarité et faire pression sur leurs gouvernements pour qu’ils respectent l’indépendance des autres pays.

Notes :

  1. Gazprom est le plus grand monopole russe contrôlé par l’État.
  2. Le 16 août, un rassemblement des partisans d’Alexandre Loukachenko et des opposants à l’opposition libérale a eu lieu à Minsk, et le 17 août, Loukachenko est arrivé à l’usine de tracteurs à roues de Minsk (MZKT) pour parler aux travailleurs.
  3. C’est-à-dire le programme réunissant Svetlana Tsikhanovskaya, Valery Tsepkalo et Victor Babariko.
  4. La Russie et la Biélorussie forment ensemble officiellement “l’État de l’Union”.

Une réflexion sur “Déclaration du parti maoïste russe : “Pour une Biélorussie sans Loukachenko et sans capitalistes !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *