8 mars : appel de l’ICOR à la grande lutte des femmes !

Nous publions ici l’appel lancé par l’ICOR et signé par un grand nombre d’organisations. La situation des femmes du monde entier est étroitement liée à la situation politique et économique. Plus elle se dégrade, plus les femmes sont en situation de précarité et de vulnérabilité. En ce 8 mars, nous ne pouvons pas ne pas penser aux femmes qui subissent une émigration forcée, fuyant les bombardements (que ce soit ceux de l’OTAN et de ses inféodés, tout comme ceux de la Russie). Lancées sur les routes, ces exilées suscitent la convoitise des trafiquants de chair. Nous le voyons sous nos yeux actuellement, où les proxénètes se ruent sur l’aubaine : alimenter leurs réseaux par la détresse et la misère. En France, nous voyons se manifester chaque année des aberrations : Gérald Darmanin, un de ces charognards, profiteur, prend la parole pour parler des violences faites aux femmes ! Nous même ne pouvons certainement pas prétendre incarner la perfection. Il reste encore bien des étapes avant que la question du sexisme, même dans ses manifestations les plus évidentes et les plus grossières, soit jugulée. Elle est sans cesse alimentée par l’habitude, par les pratiques réactionnaires, mais aussi par une intense propagande que fait de la possession des corps des marqueurs de la réussite sociale et du prestige des hommes. Cette lutte est longue, et chaque pas en avant, chaque victoire rend encore plus insupportable les reliquats du passé qui ne veulent pas mourir.

8 mars 2022 – Lutte pour la libération de la femme et en avant vers la 3e Conférence mondiale des femmes de la base !

À l’échelle mondiale, la grande masse des femmes doit lutter contre les conséquences désastreuses de Corona et de la crise économique et financière mondiale et des guerres impérialistes. Violence, faim, catastrophes écologiques, guerre et oppression poussent à la fuite massive et détruisent des familles. Partout dans le monde où des luttes de masse, des insurrections ou aussi des grèves importantes qui éclatent actuellement sont essentiellement dues aux charges des crises économiques capitalistes, qui doivent être supportées par les masses et qui rendent la vie inabordable pour les masses laborieuses. La droitisation internationale des gouvernements et forces capitalistes et réactionnaires s’accompagne d‘attaques aux droits des femmes obtenus de haute lutte et l’aggravation de leur oppression. Cependant, dans la lutte contre ces maux se développe le mouvement combatif international des femmes, se positionne au sein de la société dans son l’ensemble et a animé les luttes de masse. Dans beaucoup de pays des mouvements de masse ont surgi contre la violence faite aux femmes, qu’elle soit physique, psychologique ou sexuelle, et contre les féminicides, ainsi que pour le droit à l’autodétermination de leur corps et de leur vie. Les ouvrières luttent pour des salaires plus élevés et égaux et de meilleures conditions de travail.

Le mouvement international des femmes est confronté à de grands défis historiques  !

Des communistes comme Clara Zetkin ont pris l’initiative en 1910 et ont réuni les ouvrières, les paysannes et la masse des femmes dans la lutte contre l’exploitation, l’oppression et les guerres impérialistes. Soutenus par des partis révolutionnaires, le 8 mars est devenu, à l’échelle mondiale, la journée de lutte commune d’une masse de femmes, du mouvement combatif et révolutionnaire des femmes et des ouvriers. Comme héritière fière des pionnières socialistes l’ICOR continue aujourd’hui à porter le drapeau de la libération de la femme dans la perspective du socialisme  !

C’étaient les femmes qui ont pris la tête de la lutte pour mettre fin à la Première Guerre mondiale et qui ont exigé un autre système. Elles se sont mises en grève et sont Allées d’usine en usine, jetant des bâtons, des pierres et des boules de neige contre les fenêtres des usines et se frayant un chemin vers les lieux de travail. Cette année, le 8 mars, elles défileront en exigeant la fin immédiate de la guerre impérialiste. Nous ne nous laisserons pas atteler à la charrette des guerres impérialistes.

Aujourd’hui, la lutte des femmes pour leur libération et l’égalité des droits fait de plus en plus partie intégrante de la lutte de classe et de libération contre l’exploitation, l’oppression, la domination impérialiste et les guerres. L’essor du mouvement international combatif des femmes n’est pas passé inaperçu aux yeux des forces dirigeantes. C’est pour cette raison que depuis quelques années, les gouvernements de beaucoup de pays font des concessions ou favorisent des courants féministes faussement radicaux, pour détourner l’attention du capitalisme comme cause principale de l’oppression des femmes. Le 8 mars fait l’objet d’une lutte acharnée au niveau international  : Est-il une journée de lutte internationale contre la double exploitation et l’oppression spécifique de la femme, en lien étroit avec le mouvement ouvrier et les buts socialistes  ? Ou bien le 8 mars se transforme-t-il en une fête cosmétique-féministe ou en une journée de shopping pour les femmes, refusant ainsi de dénoncer et de combattre l’exploitation et l’oppression des femmes qui travaillent  ?

La vision communiste de liberté et de libération de l’humanité comprend aussi la lutte pour la libération des femmes et la promotion d’un mouvement des femmes indépendant, fort et combatif et et l’engagement pour son nouvel essor.

Les partis de l’ICOR soutiennent la 3e Conférence mondiale des femmes de la base du 3 au 10 septembre 2022 à Tunis /Tunisie  ! Sur la base «  De la religion à la révolution  » elle réunit des femmes de tout le spectre social, politique et idéologique et ceci sur la base de non-affiliation à des partis. Ici se réunit le mouvement révolutionnaire et combatif des femmes dans la lutte contre l’exploitation et l’oppression des femmes et pour leur libération dans une société libérée.

La 4e Conférence mondiale de l’ICOR a souligné l’importance des luttes émergentes des masses de femmes, dont les forces motrices sont les ouvrières et les jeunes femmes, et a renforcé la détermination à développer à un niveau supérieur la politique révolutionnaire des femmes et la promotion des femmes.

L’ICOR appelle  :

  • Faisons du 8 mars une véritable journée de lutte mondiale pour la libération des femmes – dans les quartiers résidentiels, aux places de travail, dans les mouvements sociaux  ! Faisons un travail de conscientisation contre toute forme d’oppression, de discrimination ou de mépris pour les femmes et les filles  !
  • Ouvrons les partis révolutionnaires davantage aux femmes et aux jeunes filles. Encourageons-les et créons des conditions pour qu’elles puissent assumer des responsabilités et des positions dirigeantes  ! Propageons la 3e Conférence mondiale des femmes de la base et en assumons la responsabilité  !
  • Renforçons le mouvement combatif des femmes du monde  !
  • Luttons pour la libération de la femme dans le socialisme et le communisme  !

À la journée internationale, le 8 mars 2022  :

Luttons au niveau transnational et en commun, les hommes et les femmes, pour la libération de la femme, pour la liberté, la démocratie et le socialisme  !

Signataires (en date du 04/03/2022, d’autres signataires sont possibles) :

  1. PCPCI Parti Communiste Proletarien de Côte d’Ivoire
  2. UPC-Manidem Union des Populations du Cameroun – Manifeste National pour l’Instauration de la Démocratie
  3. MMLPL Moroccan Marxist-Leninist Proletarian Line (Ligne prolétarienne marxiste-léniniste marocaine)
  4. CPSA (ML) Communist Party of South Africa (Marxist-Leninist) (Parti communiste d’Afrique du Sud (marxistes-léninistes))
  5. PCT Parti Comuniste du Togo
  6. PPDS Parti Patriotique Démocratique Socialiste, Tunisie
  7. MLOA Marxist-Leninist Organization of Afghanistan (Organisation marxiste-léniniste d’Afghanistan)
  8. CPB Communist Party of Bangladesh (Parti communiste du Bangladesh)
  9. SPB Socialist Party of Bangladesh (Parti socialiste du Bangladesh)
  10. CPI (ML) Red Star Communist Party of India (Marxist-Leninist) Red Star (Parti communiste d’Inde (marxiste-léniniste) Etoile Rouge)
  11. PPRF Patriotic Peoples Republican Front of Nepal (Front républicain du peuple patriotique du Népal)
  12. CPA/ML Communist Party of Australia (Marxist-Leninist) (Parti communiste d’Australie (marxiste-léniniste))
  13. БКП Българска Комунистическа Партия (Parti communiste bulgare)
  14. PR-ByH Partija Rada – ByH (Parti du travail – Bosnie et Herzégovine)
  15. MLPD Marxistisch-Leninistische Partei Deutschlands (Parti marxiste-léniniste d’Allemagne)
  16. UC Unité Communiste, France
  17. UPML Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste, France
  18. BP (NK-T) Bolşevik Parti (Kuzey Kürdistan-Türkiye) (Parti bolchévique (Kurdistan du Nord / Turquie))
  19. KOL Kommunistische Organisation Luxemburg (Organisation Communiste de Luxembourg)
  20. RM Rode Morgen (aube rouge), Pays-Bas
  21. UMLP União Marxista-Leninista Portuguesa (Union marxiste-léniniste portugaise)
  22. MLP Marksistsko-Leninskaja Platforma (Plate-forme marxiste-léniniste), Russie
  23. MLGS Marxistisch-Leninistische Gruppe Schweiz (Groupe marxiste-léniniste de Suisse)
  24. TKP-ML Türkiye Komünist Partisi – Marksist-Leninist (Parti communiste de Turquie – marxiste-léniniste)
  25. MLKP Marksist Leninist Komünist Parti Türkiye / Kürdistan (Parti marxiste-léniniste communiste Turquie / Kurdistan)
  26. KSRD Koordinazionnyj Sowjet Rabotschewo Dvizhenija (Conseil de coordination du mouvement ouvrier), Ukraine
  27. UoC Union of Cypriots (Union des Chypriotes), Chypre
  28. PCC-M Partido Comunista de Colombia – Maoista (Parti communiste de Colombie – maoïste)
  29. NPCH (ML) Nouveau Parti Communiste Haϊtien (Marxiste-Léniniste)
  30. PCP (independiente) Partido Comunista Paraguayo (independiente) (Parti communiste Paraguayen (indépendant))
  31. PC (ML) Partido Comunista (Marxista Leninista) (Parti communiste (marxiste-léniniste)), République Dominicaine
  32. PCR-U Partido Comunista Revolucionario del Uruguay (Parti révolutionnaire communiste d’Uruguay)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.