Questions et perspectives sur le second tour.

L’issue du premier tour, si elle n’a pas été une surprise, n’en demeure pas moins un choc : l’extrême droite s’impose donc pour la première fois deux élections de suite au second tour, tandis que se confirme l’effondrement des partis traditionnels de la Vᵉ République. Une nouvelle fois, le choix laissé au second tour est un Charybde ou un Scylla, deux bourreaux.

Dès l’annonce des résultats, des lignes se sont formées. Le camp de l’extrême-droite s’est doté d’une rhétorique populiste dont le but est de se faire passer, à nouveau, pour l’antisystème. Les libéraux se sont parés des vertus de la démocratie et de sa défense. Les premiers omettent qu’ils sont des parasites qui vivent de subsides publics et de détournements de fond, qu’ils sont des boutiquiers avant tout. Les second essaient de nous faire oublier qu’ils ont cloué au pilori une partie de la gauche, accusée d’être les agents d’un hypothétique «  islamo-gauchisme  » et qu’ils ne se sont pas privés de dépasser parfois l’extrême-droite par sa propre droite.

Il en résulte une pression importante sur l’ensemble de la société, avec des injonctions morales à faire barrage ou à ne pas laisser se mettre en place un nouveau quinquennat de Macron. Nous ne sommes pas des îles, et nous aussi nous sommes perméables à ces questionnements. Plutôt que donner des consignes qui n’ont pas de sens, nous préférons prendre le temps de les analyser et d’essayer de déterminer des perspectives au-delà de cette date dont l’importance même est à nuancer.

Nous le disons d’emblée  : il n’y a pas de «  bonne réponse  » électorale à ce type de question. Mais il existe en revanche des pistes d’action et des perspectives possibles pour avancer réellement.

De quoi décide une élection  ?

Si nous reprenons la formulation de l’économiste Samir Amin, les élections dans le système capitaliste servent à une unique chose  : elles définissent la péréquation du profit. C’est à dire qu’elles définissent comment sont répartis les richesses extraites de l’exploitation capitaliste et de la surexploitation impérialiste. Ainsi elles définissent, dans la mesure des rapports de force, la répartition entre les salaires, les droits sociaux, les budgets de l’État… mais elles ne remettent pas en cause les fondements même de la source de ces profits. Au delà de ces fonctions économico-politiques, une élection détermine aussi un sens d’évolution des pratiques sociales et des rapports entre individus  : égalité entre les genres, tolérance ou xénophobie, etc.

Mais l’un des points cardinaux des gouvernements élus est aussi et surtout d’assurer la stabilité et la croissance des revenus issus de l’exploitation. La stabilité des marchés est ce qui détermine si la grande bourgeoisie et les grands cartels économiques vont soutenir le gouvernement ou vont le torpiller. En 1924, elle avait choisi de le torpiller pour éviter de payer des impôts sur le revenu (impôts qui ont été mis en place par la force des choses par la suite, mais que les plus grands bourgeois évitent de payer.) En 1936, elle avait l’intention de le faire, mais ce n’est que par une mobilisation immense de grèves pour soutenir l’action du Front Populaire que des compromis ont dû être pris (et par l’action d’un contexte géopolitique de montée en tensions). D’ailleurs les exemples de victoires sociales montrent qu’il n’existe pas de muraille de Chine entre gouvernement et contre-pouvoirs extra-parlementaires. Mai 1968, en dépit de toutes les critiques, avait été plus efficace que le mandat de Hollande pour gagner des avancées sociales.

Cette sacro-sainte stabilité des marchés et du système d’exploitation est un pivot central. Elle est le canevas, le grand consensus, dans lequel se construit la politique. Ceux qui s’en écartent sont politiquement marginalisés ou traités en ennemis. De toute manière, en dehors de la politique proprement dite, il existe toute une technostructure de l’État qui possède elle aussi ses propres intérêts. Cette technostructure dont les ramifications vont jusqu’à la Françafrique est un poids considérable et un ancrage fort dans une certaine stabilité politique. Le terme d’État profond ayant été phagocyté par les conspirationnistes, nous lui préférons la métaphore de «  fonctions neurovégétatives d’État  » c’est à dire l’administration, l’armée, l’ensemble des fonctions non-élues, et les fonctions économiques centrales qui garantissent à notre pays d’être une grande puissance impérialiste (complexe militaro-industriel, banques, diplomatie…). Obtenir le pouvoir, c’est obtenir au moins sa neutralité.

Éviter les analogies douteuses.

Le fonctionnement par analogie est quelque chose qui mérite d’être illustratif, mais il est aussi trompeur. Nous ne sommes pas dans les années 1930. Il existe une crise économique, oui. Il existe une crise politique partielle. Mais il n’existe pas de crise de régime  : c’est à dire une crise dans laquelle le gouvernement ne peut plus gouverner comme il gouverne habituellement et dans laquelle la population ne veut plus être gouvernée comme elle l’est habituellement. En dépit d’une forte abstention et de votes de protestation, le gouvernement fonctionne. Nous ne sommes pas dans une situation d’un «  État gélatineux  » pour reprendre la formulation de Gramsci. Les institutions fonctionnent, les fonctionnaires obéissent, et, malgré les fictions sur les «  zones de non-droit  », l’ordre règne.

De plus, il n’existe pas de force politique organisée qui puisse justifier un passage au fascisme  : les menaces avancées par l’extrême-droite ont trouvé leur place dans l’imaginaire collectif d’une grande partie de la population, mais elles peinent à convaincre les grands magnats de la finance et de l’industrie. Le patron de Zemmour reste ainsi un outsider chez les grands patrons. Il est un des seuls parmi cette clique réactionnaire à considérer que les solutions libérales ne sont plus celles qui conviennent. Il s’est marginalisé, même si le temps (et l’accentuation des crises) joue probablement en sa faveur. Il n’y a pas aujourd’hui de courant révolutionnaire ou même extra-parlementaire fort. Jean Luc-Mélenchon, lorsqu’on consulte son programme, ne remet pas en cause les fondements de l’exploitation ou de l’impérialisme. Il n’existe pas de force à l’étranger qui soit aussi capable de fragmenter l’unité du pays, pas de «  parti de l’étranger  » en dépit des fantasmes des fascistes. Il n’existe pas de raison qui puisse justifier que la grande bourgeoisie passe de l’enrichissement immense accordé par Macron à une politique aventuriste et chaotique supprimant la démocratie parlementaire et l’État de droit.

Obtenir déjà le fait de pouvoir diriger est une lutte en soi. Il est plus aisé de diriger du centre que d’une aile politique, cela facilite les alliances et les compromis, et dote d’une marge de manœuvre. De plus, la politique est un art du compromis  : LREM a été obligé de prendre en compte le votre RN, le RN serait obligé de faire l’inverse pour espérer être obéi.

Lorsque Macron a été élu, peu le considéraient comme capable de pouvoir rassembler une majorité législative qui lui accorderait le pouvoir. Il y est parvenu par le fait qu’une grande partie de ce PS sans colonne vertébrale (dont l’archétype est Gérard Collomb) sont passés avec armes et bagages du côté de Macron.

Car le système mis en place pour l’élection des députés favorise celui qui possède la meilleure assise territoriale. Cela signifie que malgré le résultat microscopique qu’a obtenu le PS, il est en meilleure posture d’obtenir des députés que le RN bien plus fort électoralement. Les élections législatives vont donc être une bataille pour la conquête de territoires, et il n’est pas sûr qu’une Le Pen fraîchement élue puisse avoir la majorité qui lui manque.

Pour conjurer cette situation, elle a évoqué le passage par référendum à la proportionnelle. Cette proportionnelle avec un avantage à celui qui arrive en tête pourrait lui donner une assise suffisante pour diriger le pays avec une véritable autorité. Mais cette transformation serait un cataclysme politique, elle changerait complètement le fonctionnement de la République. Il est quasiment certain que tous les élus feraient feu de tout bois pour empêcher cela et conserver leurs postes. Une élection proportionnelle est aussi un facteur d’instabilité en soi  : elle pourrait se retourner contre ceux qui la mettent en place.

Il existe des pays d’extrême droite en Europe, mais existe il un pays fasciste ?

Dans beaucoup de pays d’Europe (mais aussi dans le monde) l’extrême-droite est au pouvoir. Pourtant, le nombre de régimes qu’on peut qualifier de fasciste est difficile à quantifier. Une victoire électorale ne signifie pas forcément les coudées franches. Même Mussolini à mis plusieurs années entre sa prise du pouvoir et la possibilité de faire passer les lois fascistissimes. Hitler s’est vu conférer le pouvoir dans le cadre d’une crise de régime qu’il avait contribué à créer, et il en tiré profit pour mettre en place la loi habilitante. Mais ni le PiS en Pologne, ni Orban en Hongrie, ni le FPÖ en Autriche n’ont mis en place le fascisme. Et celui-ci pourrait très bien venir de personnalités n’étant pas marqué à l’extrême-droite, si jamais le climat devait s’y prêter.

Rien n’est jamais certain, mais les probabilités d’un succès RN, même avec la présidence, restent mince. En revanche, nous observons déjà un sentiment de victoire qui pousse les fascistes à se lancer dans des attaques et des agressions. C’est là un vrai danger quelque soit l’issue du scrutin, mais particulièrement en cas de victoire du RN. Même si les marges de manœuvre politique sont minces, une partie de la technostructure, en particulier les institutions militaires et policières, sont déjà acquises à l’extrême-droite. Elles en profiteraient certainement pour outrepasser encore davantage les lois dans l’exercice de la répression. Nous ne sommes pas tous égaux devant cette répression  : nous pouvons camoufler nos idées, mais ceux qui sont ciblés pour leur peau, leur genre, leur situation sociale ne peuvent rien y faire. Il y a une certaine responsabilité à avoir.

Si nous devions résumer  : Macron est moins dangereux pour le droits politiques et pour le climat politique que Le Pen mais posséderait des marges de manœuvre plus grandes pour agir comme il le souhaite. A l’inverse, Le Pen serait un blanc seing pour les violences racistes et xénophobes (particulièrement policières), mais aurait des marges de manœuvre plus étroites pour avancer sur des projets politiques.

Dans le fond, victoire ou non, il aurait mieux fallu Mélenchon au second tour. Il aurait certainement perdu. Mais le centre de gravité du débat public aurait été polarisé autour d’autres thématiques, d’autres questions. Il aurait pu permettre aussi une expression plus confortable de nos conceptions et de nos stratégies, plus que de devoir choisir entre deux anti. Mais nous ne choisissons pas les conditions du combat.

Que faire  ?

Nous considérons qu’il existe trois scénarios majoritaires et un minoritaire.

  1. Voter Macron pour faire barrage et réduire le score relatif du RN dans le but de
    1. Éviter son accession au pouvoir.
    2. Réduire son score relatif pour essayer de déplacer le curseur du centre de gravité électoral de l’extrême droite vers le centre.
  2. S’abstenir ouvertement.
    1. Pour ne pas se compromettre dans le fait de voter pour le bourreau qui a dirigé pendant cinq ans.
    2. Pour réduire le score absolu des candidats et délégitimer une élection dans laquelle une minorité de la population s’est exprimée.
  3. S’en moquer complètement et focaliser sont attention et son travail sur d’autres terrains de lutte.
  4. Nous ajoutons un scénario minoritaire : voter le Pen pour essayer de déclencher une catastrophe dans laquelle nous serions obligé de prendre nos responsabilités.

Ces scénarios, à l’exception du dernier, ont une certaine légitimité. Cependant, l’action des forces progressistes et révolutionnaire serait bien tristement limitée si elle se bornait à un bulletin (ou non).

Du Front antifasciste à l’opposition extra-parlementaire.

L’idée d’un Front Antifasciste a été notamment lancée par Philippe Poutou, candidat malheureux à la Présidentielle. Cette idée est louable, mais n’est guère neuve  : il existe le plus souvent des coordinations unitaires dans les grandes villes. On peut s’interroger sur le fait que le NPA, qui a connu une série de déconvenues ces derniers temps, entre le départ de Révolution Permanente et un déclin en termes de militants, n’essaie pas de réanimer son organisation en tenant de mettre à son compte cette idée. Quoiqu’il en soit, le problème de ces fronts est dans leur nature même  : il s’agit d’un élément tactique défensif, qui permet de lutter de manière coordonnée contre l’ennemi ultra réactionnaire, mais il n’est pas en mesure de devenir un outil stratégique offensif, capable de porter un programme. Il reste à définir une synthèse commune qui puisse, on peut l’espérer, servir de creuset à une nouvelle alliance. De même nous ne pouvons nous limiter à dénoncer le fascisme sans aborder les crimes des libéraux.

D’une manière générale, nous pensons que les élections ne constituent qu’une action parmi d’autres dans la lutte politique. Si elles accordent des postes et des fauteuils, elles ne constituent pas l’intégralité de la démocratie et du politique. Nous pensons que l’un des points centraux de notre action, notre au sens du courant progressiste-révolutionnaire, est l’extra-parlementarisme. Nous avons pu voir, au moment des Gilets Jaunes, une politisation importante  : c’est à dire la prise en compte du fait que l’action de transformation de la société ne passe pas que par les relais politiques officiels. Cette politisation n’a pas toujours débouché dans la direction souhaitée et à pu dégénérer en conspirationnisme ou en positions réactionnaires. Mais elle à permis à des gens qui n’avaient jamais pu décider dans leur vie de participer à un espace dans lequel ils avaient une souveraineté. Cette politisation est le prélude à la constitution, un jour, de doubles pouvoirs, de conseils, qui seront des outils dans le renversement de l’ordre injuste.

Mais il nous faut pour cela grandir  : tant numériquement que dans notre conception des choses. Cela veut dire être capable d’aller au-delà de la leçon de morale et d’écouter aussi. D’écouter ceux et celles qui n’ont pas voté et d’apporter des réponses aux questions profondes qui sont sous-jacentes. D’écouter ceux qui ont voté pour des réactionnaires alors que ce n’est pas leur intérêt de classe et de chercher à comprendre aussi quelles sont les raisons qui peuvent les avoir poussé à écouter un argumentaire anti-populaire. C’est d’être capable de saisir les vraies raisons profondes, et de les inclure dans une perspective qui ne divise plus les exploités et les exploitées, mais qui soit capable de les réunir contre leurs bourreaux  : la grande bourgeoisie «  bien de chez nous  ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.