Communiqué de presse de l’Unité Communiste de Lyon concernant la manifestation du 12 septembre.

Communiqué de presse de l’Unité Communiste de Lyon concernant la manifestation du 12 septembre.

L’Unité Communiste de Lyon considère que cette manifestation est un succès. Elle est un succès dans le sens où les travailleurs et les travailleuses de l’agglomération et de la région lyonnaise, tout comme celles et ceux de l’ensemble de l’Etat français, se sont mobilisés d’une manière importante contre les ordonnances de Macron. A Lyon, entre 10 000 et 15 000 personnes, selon les sources, ont défilé. 

La première sortie en force s’est montrée à la hauteur de la tâche et en laisse présager d’autres, toutes aussi remplies de succès. Malgré ses déclarations, Macron devra compter avec les fainéants, avec les cyniques et avec les extrémistes dans sa course à l’anéantissement du code du travail.

Au sein de cette manifestation, les militants de l’Unité Communiste de Lyon ont écoulé de nombreux tracts, lesquels ont été accueillis positivement par les manifestants. Ils ont également porté des slogans de lutte et de solidarité entre les différentes forces combatives de ce mouvement.

Une immense lame de fond enfle contre les ordonnances, une lame de fond qui déferlera bientôt !

Mais cette manifestation, la première sous le règne du président jupitérien, s’est montrée annonciatrice de bien des difficultés. A Lyon, fief de Gérard Collomb, grand répresseur en chef, les manœuvres de la police ont annoncé le ton.

Dès le départ de la manifestation, les CRS ont profité d’un creux entre le premier cortège et le second pour s’infiltrer et l’isoler, l’encerclant dans une manœuvre particulièrement rapide. Cette séparation fut huée par les manifestants des deux côtés, et vécue comme une perfide provocation à laquelle ils n’accordèrent pas prise.

La police a, ainsi, nassé 200 personnes dans une rue adjacente, dans le but de les retenir et -probablement- de procéder à des arrestations ciblées sur des militants et des militantes repérés de longue date. Pendant deux heures, un double siège s’est opéré : les encerclés, entourés par la police, et le gros des manifestants, qui attendaient à l’angle de la rue Pierre-Robin. Loin derrière, quelques fascistes du GUD, que les questions de lutte sociale laissent froid, cherchaient à happer quelques cibles isolées.

La police offrit une coupe de poison aux manifestants : sortir les uns après les autres, mais sous contrôle. Pour la plupart de ceux qui choisirent cette option, l’aventure se poursuivit à l’arrière d’un fourgon cellulaire. L’ensemble des nassés rejeta alors cette inacceptable capitulation, laquelle les mettaient à la merci du pouvoir d’une police agressive et provocatrice. Et, tapis dans les recoins, les charognards fascistes guettaient toujours.

La CGT est parvenue à obtenir un deal avec la police : libération de la nasse, sous condition d’un contrôle des sacs, mais sans contrôle d’identité. Cette solution permis alors la sortie de la nasse, après un passage au compte-goutte.

Finalement, la manifestation put reprendre son chemin, après deux heures d’arrêt.

Bien que les médias bourgeois s’empressent de qualifier cette opération de lutte contre les « ultras », contre les « jeunes », contre les « anarchistes » et les « lycéens », celles et ceux qui étaient présents et présentes savent que la vérité n’est pas celle-ci.

Ce que les policiers ont encerclé correspondait au « cortège de tête », réunissant effectivement des jeunes, effectivement des lycéens, des antifascistes ou des anarchistes. Mais réunissant aussi des moins jeunes, des syndiqués -que ce soit à la CGT; à SUD; au SNES ou même à FO-, des militants et militantes politiques, mais également les membres de Front Social Lyon.

Nos militants  étaient dans ces rangs.

Il s’agissait, pour la police, de tenter une manœuvre de provocation à la césure entre ce cortège hétéroclite et le reste de la manifestation. Elle voulait isoler les éléments les plus revendicatifs et les plus radicaux du reste de la mobilisation. La police voulait que les choses dégénèrent. Elle voulait que la manifestation échoue et soit noyée sous les lacrymogènes. Elle a manœuvré pour parvenir à cet objectif, pour tenter de briser l’unité entre toutes et tous, pour tenter d’instaurer un climat de peur et de paranoïa. Pour susciter, également, la désapprobation de la part de ceux qui assistent à la manifestation et pour tenter de les dissuader de rejoindre les rangs de celles et ceux qui luttent.

Mais aux cris de « on lutte ensemble, on marche ensemble ! », la solidarité n’a pas été brisée. Certes, nous avons pu voir tout l’éventail des positions prendre corps. Nous avons pu voir, en action, la lutte de ligne au sein de la CGT, laquelle s’est divisée en deux : ceux qui voulaient abandonner à leur sort les militants et les militantes, ceux et celles pour qui la solidarité n’est pas un vain mot. Entre les deux, certains ont fait la navette, dans un opportunisme total, cherchant à concilier l’inconciliable.

Nous saluons ceux qui ont fait le choix de l’unité, de la camaraderie, de l’unité contre la tentative de division opérée par la police.

Certes deux gardes à vue clôturent cette journée, mais les mobilisés ont démontré qu’ils serreraient les rangs et feraient front commun contre la répression.

Ils ont montré aussi que la police et le gouvernement possédaient une conception du dialogue très particulière. La répression n’a pas attendu la moindre occasion pour frapper. Elle les a elle-même générée. Cette évolution du modus operanti de la police n’est pas rassurante en soi.

Elle est dans la droite ligne de l’Etat d’urgence : une conception plus seulement « curative », frappant les manifestants, mais bien des frappes préemptives. Interdictions, assignations, provocations.

L’évolution de la lutte des classes et la politique kamikaze de Macron emmène vers cette seule issue : une politique brutale, vicieuse et sans scrupules.

Le bilan est lourd : plus de dix blessés et deux interpellations. L’Unité Communiste de Lyon se déclare en solidarité avec ces personnes interpellées, tout comme avec l’ensemble de réprimés du mouvement social. Elle se déclare également solidaire des blessés et appellera à tous les événements organisés en solidarité.

Comme nous le mentionnions dans notre communiqué sur le mépris de Macron, la bourgeoisie concentre en elle ce dont elle accuse les travailleurs : la fainéantise ; le cynisme ; l’extrémisme.

Nous continuerons à nous mobiliser et à lutter. Nous continuerons, avec fraternité, sororité et camaraderie, à avancer en commun contre les attaques des exploiteurs !

Vive la lutte sociale !

Une pensée sur “Communiqué de presse de l’Unité Communiste de Lyon concernant la manifestation du 12 septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *