L’ère du post-réel et la guérilla informationnelle. Partie 5: Apprendre de l’ennemi

Apprendre de nos ennemis

En 1932, Dimitrov, dirigeant la IIIe internationale, écrivait, dans Pour l'unité de la classe ouvrière contre le fascisme:

« Il faut tenir compte du fait que l’assimilation de nos décisions par les grandes masses est impossible si nous n’apprenons pas à parler une langue intelligible aux masses. Nous ne savons pas toujours, loin de là, parler simplement, concrètement, en nous servant des images familières et compréhensibles aux masses. Nous ne savons pas encore renoncer aux formules abstraites et apprises par cœur.
 Regardez de plus près nos tracts, nos journaux, nos résolutions et nos thèses et vous verrez qu’ils sont souvent rédigés en un langage tellement lourd que même nos militants ont de la peine à les comprendre et, à plus forte raison, les simples ouvriers. Si l’on songe que les ouvriers qui diffusent et lisent ces tracts, surtout dans les pays fascistes, risquent leur vie, on se rend mieux compte encore de la nécessité d’écrire pour les masses en une langue qui leur soit compréhensible, pour qu’ainsi les sacrifices consentis ne le soient pas en pure perte.

Cette remarque ne s’applique pas à un moindre degré à notre agitation et à notre propagande orales. A cet égard, il faut reconnaître en toute sincérité que les fascistes sont souvent plus habiles et plus souples que beaucoup de nos camarades.

Je me souviens, par exemple, d’une réunion de chômeurs tenue à Berlin avant l’arrivée de Hitler au pouvoir. C’était pendant le procès des fameux accapareurs et spéculateurs, les frères Sklarek, procès qui durait depuis plusieurs mois. L’orateur national-socialiste qui parla à cette réunion, utilisa ce procès pour ses buts démagogiques. Il cita les spéculations, les affaires de corruption et les autres crimes commis par les frères Sklarek ; il souligna que le procès intenté contre eux traînait depuis des mois ; il calcula combien de centaines de milliers de marks ce procès avait déjà coûté au peuple allemand et, aux vifs applaudissements des assistants, il déclara qu’il fallait, sans tarder, fusiller des bandits comme les Sklarek et verser au profit des chômeurs l’argent dépensé pour le procès.

Un communiste se lève et demande la parole. Le président refuse d’abord ; mais, sous la pression des assistants qui voulaient entendre le communiste, celui-ci obtient enfin la parole. Lorsque le communiste monta à la tribune, tous les assistants dressèrent l’oreille dans l’attente de ce qu’il allait dire. Eh bien, que dit-il : Camarades, déclare-t-il d’une voix ferme et puissante, l’assemblée plénière de l’Internationale communiste vient de terminer ses travaux. Elle a indiqué la voie du salut pour la classe ouvrière. La tâche essentielle qu’elle pose devant vous, c’est, camarades, la « conquête de la majorité de la classe ouvrière ». L’assemblée plénière a indiqué qu’il est nécessaire de « politiser » le mouvement des chômeurs. L’assemblée plénière vous invite à élever ce mouvement à un degré supérieur.

Et l’orateur continua à parler dans le même sens, convaincu apparemment qu’il « expliquait » les décisions authentiques de l’assemblée plénière. Un tel discours pouvait-il émouvoir les chômeurs ?

Pouvaient-ils être satisfaits qu’on s’apprêtât d’abord à les politiser, puis à les révolutionnariser et ensuite à les mobiliser pour élever leur mouvement à un degré supérieur ?

Assis dans un coin, j’observais avec amertume comment les chômeurs présents, qui avaient tant voulu entendre le communiste pour apprendre de lui ce qu’il leur fallait faire concrètement, se mettaient à bâiller et à manifester une déception bien claire. Et je ne fus pas du tout étonné qu’à la fin, le président retirât brutalement la parole à notre orateur sans aucune protestation dans les rangs de l’assemblée… »

La voie du mensonge nous est fermée. La voie de la calomnie également. Ces voies desserviraient notre cause. Pour autant, la capacité d’initiative, le sens pratique dont ont fait preuve les alt-right, de même que leur maîtrise parfaite des nouveaux moyens de communications, sont autant d’aspects que nous devons étudier. Etant capable de frapper partout, d’être présent et d’occuper tout l’espace, les fascistes réussissent à mener une guérilla contre les médias mainstream et à la gagner.

Cette capacité à identifier des points faibles dans la cuirasse ennemie doit nous servir. Les fascistes ont appliqué une ligne de masse réactionnaire, mais efficace, or c’est précisément ce qui manque à de nombreuses organisations communistes à l’heure actuelle, qui pêchent ou par leur niveau politique trop bas, ou par leur difficulté a transcrire leurs analyses justes en mot d’ordre compréhensibles.
C’est également une maîtrise à conquérir, celle de l’espace numérique et des moyens de l’occuper.

La démonstration de force qui vient d’avoir lieu doit nous donner matière a réfléchir, et matière à penser. La prédominance des idées réactionnaires sur Internet risque d’être une défaite terrible pour les forces progressistes, et, de fait, une défaite terrible pour l’Humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *