9 mai 1945, n’oublions jamais l’URSS !

Nous commémorons, ces jours-ci, la victoire de la coalition antifasciste contre la bête fasciste – nazie. 

Commémorer cette victoire exige de revenir sur l’importance de l’Armée Rouge des Ouvriers et Paysans, laquelle fut un des artisans essentiels de la victoire. Il est important, également, de rendre hommage à l’Union Soviétique, ses habitants, son gouvernement, sa direction politique, laquelle à mené un long combat contre les envahisseurs et ont payé le prix fort les rêves de l’impérialisme, de la croisade raciste et bolchevique.
Nous publions cette brochure,, rédigée par nos soins, pour apporter notre pierre à l’entretient de cette mémoire, à l’entretient de cet héritage politique.

Le document étant relativement long : 18 pages ; nous en reproduisons ici l’introduction et la conclusion.

Le 9 mai 1945, le canon se taisait en Europe.

Une journée après l’armistice de Reims avec les forces occidentales, l’armée Allemande et le gouvernement du nouveau Führer Karl Donitz capitulaient sans condition devant les forces soviétiques.

Près de 4 ans après l’invasion de l’URSS par les forces allemandes, l’Armée Rouge des Ouvriers et Paysans prenaient Berlin et terrassaient la bête nazie.

27 millions de citoyens et de citoyennes soviétiques, sans distinction d’âge, de qualité, de religion ou d’ethnies, avaient perdu la vie. Par les balles, les bombes, les massacres, les camps de prisonniers dont on ne revient pas. Certaines Républiques Socialistes, comme la R.S.S. de Biélorussie, ont perdu ainsi près de 25% de leur population.

Environ 6 millions de juifs avaient été victimes de la Shoah, que celle-ci fut par balle ou dans les camps de la mort.

Entre les mains des bouchers nazis, environ 1.8 millions de Polonais sont morts ; entre 130 000 et 500 000 Roms furent assassinés ; environ 200 000 handicapés ; entre 10 000 et 15 000 homosexuels.

L’occupation Allemande, à l’Est ou à l’Ouest, s’est traduite par la terreur, la famine, les privations, les dénonciations et la répression. Des fleuves de sang ont été versés pour assouvir le fantasme de domination impériale des capitalistes d’Allemagne et de leurs alliés.

Dans Berlin en ruine, c’est à ce règne de terreur que les soldats et les soldates de l’Armée Rouge sont venus mettre fin. Ils et elles ont mis à bas cette construction criminelle, ce moloch assoiffé du sang des peuples.

Nous leur rendons hommage aujourd’hui, ainsi qu’à tous les combattants et les combattantes -qu’ils et elles fussent avec uniforme ou sans- qui se sont battus, par quelques moyens que ce soit, au sein du front antifasciste.

Par là même, nous rendons hommage à la résistance oubliée des Coréens, des Chinois, des Indochinois, des Indonésiens, contre l’oppression coloniale japonaise et contre la double oppression franco-japonaise sur l’Indochine.

Défendre l’Histoire, défendre le 9 mai.

L’occident l’oublie, la Russie de Poutine le porte aux nues, en le vidant de son contenu anti-impérialiste. Le 9 mai est une lutte, une bataille.

D’une part pour que l’oubli n’emporte pas les héros de Stalingrad, de Leningrad, de Rostov-sur-le-Don ; pour que l’histoire n’efface pas le souvenir de la résistance soviétique, de la résistance communiste. Pour que le mythe de la Wehrmacht propre et sans reproche n’efface pas la responsabilité de l’appareil militaire. Pour que les causes de cette guerre ne soient pas oubliées.

Pour qu’elle ne recommence pas de nouveau, pour que le XXIe siècle ne soit pas celui d’une Troisième, d’une Quatrième Guerre mondiale, d’un nouveau charnier pour les peuples.

De l’autre pour qu’elle ne soit pas dépolitisée, vidée de son contenue, transformée en un immonde chauvin, impérialiste, revanchard et nationaliste. Pour que la mémoire du drapeau rouge ne serve pas de marchepied à un nouvel irrédentisme grand-russe, à un nouveau chauvinisme pan-quelque chose, pan-slave comme pan-germanique.

Pour que l’honneur de ceux qui sont tombés pour la Liberté, de ceux et celles qui ont donné leur vie, à qui celle-ci a été volée, ne soient pas tombés en vain. Qu’ils et elles ne soient pas assassinés une nouvelle fois par la révision, la falsification de l’histoire.

Pour citer le verbatim du film d’Alain Resnais (1957) Nuit et brouillard :

« Neuf millions de morts hantent ce paysage.

Qui de nous veille de cet étrange observatoire, pour nous avertir de la venue des nouveaux bourreaux ? Ont-ils vraiment un autre visage que le nôtre ? Quelque part parmi nous il reste des kapos chanceux, des chefs récupérés, des dénonciateurs inconnus…

Il y a tous ceux qui n’y croyaient pas, ou seulement de temps en temps.

Il y a nous qui regardons sincèrement ces ruines comme si le vieux monstre concentrationnaire était mort sous les décombres, qui feignons de reprendre espoir devant cette image qui s’éloigne, comme si on guérissait de la peste concentrationnaire, nous qui feignons de croire que tout cela est d’un seul temps et d’un seul pays, et qui ne pensons pas à regarder autour de nous, et qui n’entendons pas qu’on crie sans fin. »

Tant que l’impérialisme, tant que le capitalisme, de néo-colonialisme ne seront pas finis, ne seront pas devenus des époques du passé, le monstre concentrationnaire restera.

« Certains camarades affirment qu’étant donné les nouvelles conditions internationales, après la deuxième guerre mondiale, les guerres entre pays capitalistes ne sont plus inévitables. Ils estiment […] que les Etats-Unis d’Amérique se sont suffisamment soumis les autres pays capitalistes pour les empêcher de se faire la guerre et de s’affaiblir mutuellement ; que les hommes avancés du capitalisme sont assez instruits par l’expérience des deux guerres mondiales, qui ont porté un sérieux préjudice à l’ensemble du monde capitaliste, pour se permettre d’entraîner à nouveau les pays capitalistes dans une guerre entre eux ; que, de ce fait, les guerres entre pays capitalistes ne sont plus inévitables. Ces camarades se trompent. Ils voient les phénomènes extérieurs affleurant à la surface, mais ils n’aperçoivent pas les forces profondes qui, bien qu’agissant momentanément de façon invisible, n’en détermineront pas moins le cours des événements. En apparence, la « sérénité » règne partout : les Etats-Unis d’Amérique ont réduit à la portion congrue l’Europe occidentale, le Japon et les autres pays capitalistes ; l’Allemagne (de l’Ouest), la Grande-Bretagne, la France, l’Italie, le Japon, tombés dans les griffes des U.S.A., exécutent docilement leurs injonctions. Mais on aurait tort de croire que cette « sérénité » puisse se maintenir « pour l’éternité » ; que ces pays supporteront sans fin la domination et le joug des Etats-Unis d’Amérique ; qu’ils n’essaieront pas de s’arracher du joug américain pour s’engager sur le chemin de l’indépendance. […] Pour supprimer l’inévitabilité des guerres, il faut détruire l’impérialisme. » (Staline, 1952)

N’oublions pas.

Aujourd’hui, la menace couve, la menace gronde.

Pour qu’elle n’éclate pas, le camp de la paix doit être fort, décidé, uni.

Ne laissons jamais la boucherie recommencer.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *