Sur la dictature du prolétariat – VI – La Dictature du prolétariat.

LA DICTATURE DU PROLÉTARIAT 

La dictature du prolétariat est, bien souvent, un sujet traité caricaturalement par les éditorialistes et les propagandistes bourgeois. L’image qui en est donnée est celle d’une dictature militaire ou militariste, « totalitaire », par essence criminelle et coercitive. L’enseignement secondaire s’est échiné à faire de ce régime un frère jumeau du nazisme, à en faire un régime d’extermination et de génocide.

Surtout, il en est fait une approche dépolitisée. Dans l’esprit de nombreuses personnes, il s’agit d’une dictature mise en œuvre pour l’orgueil d’un individu unique, d’un dirigeant avide de pouvoir -et avide du pouvoir pour le pouvoir-. Le contenu social et politique en est escamoté en totalité. Tandis qu’aujourd’hui, dans l’Etat français, la suppression de la durée légale du travail est discutée, de même que le salaire minimum, le Parti Communiste d’Union Soviétique, dirigé par Staline, militait ardemment pour que celle-ci passe à 5h ou 6h par jour, sans perte de salaire.

Alors que le logement représente la première dépense des foyers, le loyer était plafonné à 10% des salaires en URSS. Alors que le coût des études explose ; que la sécurité sociale est menacée de liquidation, l’un et l’autre étaient gratuits en Union Soviétique. Un fils d’ouvrier comme Brejnev, un enfant de paysans comme Khrouchtchev -bien que des leaders révisionnistes et liquidateurs- ont pu accéder aux plus hautes fonctions. Combien d’exemples similaires dans les pays capitalistes? Aucun.

Ceci n’est pas dû à une intervention du Saint-Esprit, mais à une chose essentielle : la dictature du prolétariat.

Que la dictature du prolétariat soit une dictature, ceci est une évidence. Ceci n’est nullement caché. Ceci est revendiqué, même au sein de son intitulé. « Méchanceté » de la part des communistes ? Non. Il s’agit d’une attitude conséquente et cohérente.

En novembre 1847, à quelque mois de la publication du Manifeste du Parti Communiste, Engels faisait  l’exposé suivant :

« En esquissant à grands traits les phases du développement du prolétariat, nous avons retracé l’histoire de la guerre civile, plus ou moins latente, qui travaille la société actuelle jusqu’à l’heure où cette guerre éclate en révolution ouverte, et où le prolétariat fonde sa domination par le renversement violent de la bourgeoisie. »

 « Nous avons déjà vu plus haut que la première étape dans la révolution ouvrière est la constitution » (littéralement: l’élévation) « du prolétariat en classe dominante, la conquête de la démocratie. »

 « Le prolétariat se servira de sa suprématie politique pour arracher petit à petit tout le capital à la bourgeoisie, pour centraliser tous les instruments de production entre les mains de l’Etat, c’est-à-dire du prolétariat organisé en classe dominante, et pour augmenter au plus vite la quantité des forces productives. »

 Lénine dans L’Etat et la Révolution, ajoute à ces extraits les commentaires suivants :

 « L’on trouve formulée ici l’une des idées les plus remarquables et les plus importantes du marxisme au sujet de l’Etat, celle de la « dictature du prolétariat » (comme devaient s’exprimer Marx et Engels après la Commune de Paris); nous y trouvons ensuite une définition de l’Etat, intéressante au plus haut point, et qui est également au nombre des « paroles oubliées » du marxisme: « L’Etat, c’est-à-dire le prolétariat organisé en classe dominante.« 

 Voilà le pourquoi de la dictature du prolétariat. Elle est une nécessité, du fait de l’obstination de la bourgeoisie à vouloir, par la force, maintenir son ordre injuste. Cependant, elle n’est en rien la même forme d’Etat que l’Etat bourgeois. Lorsque les réformistes annoncent que la victoire peut s’obtenir par les urnes, que les travailleurs doivent conquérir l’Etat, ils omettent le fait que l’Etat bourgeois est une dictature dirigée contre les travailleurs et que l’Etat prolétarien est une dictature dirigée par les travailleurs et les travailleuses, contre leurs anciens exploiteurs.

 Lénine, dans La maladie infantile du communisme, explique ainsi la dictature du prolétariat :

 « La dictature du prolétariat est une lutte acharnée, sanglante et non sanglante, violente et pacifique, militaire et économique, pédagogique et administrative, contre les forces et les traditions du vieux monde. La force de l’habitude enracinée chez des millions et des dizaines de millions d’hommes, voilà la force la plus redoutable. Sans un parti, un parti de fer endurci dans la lutte, sans un parti jouissant de la confiance de tous les membres honnêtes de la classe en question, sans un parti habile à suivre l’état d’esprit des masses et à influer sur lui, il est impossible de mener cette lutte avec succès. »

La dictature du prolétariat n’est pas une dictature « apolitique », détachée de la lutte des classes -quel régime pourrait l’être ?- mais elle est l’antithèse de la démocratie bourgeoise. Elle est un régime de démocratie pour l’alliance des masses populaires, des opprimés des exploités, elle est une dictature contre la bourgeoisie, les classes dominantes et leurs laquais. Cela lui donne un double aspect, propre à tous les régimes politiques : elle est une dictature-démocratique.

Dans Les principes du Léninisme, Joseph Staline présente trois points fondamentaux à cette dictature:

 1. Utilisation du pouvoir du prolétariat pour la répression des exploiteurs, la défense du pays, la consolidation des relations avec les prolétaires des autres pays, le développement et la victoire de la révolution dans tous les pays ;

2. Utilisation du pouvoir du prolétariat pour détacher définitivement de la bourgeoisie les travailleurs et les masses exploitées, pour renforcer l’alliance du prolétariat avec ces masses, pour faire participer ces dernières à la réalisation du socialisme et assurer leur direction politique par le prolétariat ;

3. Utilisation du pouvoir du prolétariat pour l’organisation du socialisme, l’abolition des classes, l’acheminement vers une société sans classes, sans Etat. »

Si vis pacem, para bellum. « Si vous voulez la paix, préparez la guerre. »

Dans un cas comme dans l’autre, le pouvoir populaire naissant se confronte à une lutte des classes aigue. Aigue et durable. Dans chacun des cas, l’application de son programme passe par la force, face au refus de la bourgeoisie de se plier aux règles d’un jeu démocratique qui n’est censé servir que ses intérêts. Même si la bourgeoisie est chassée, point de « démocratie pure » à l’horizon :

« On peut défaire d’un coup les exploiteurs, par une insurrection victorieuse dans la capitale ou une révolte des troupes. Mais à part quelques cas très rares, exceptionnels, on ne peut les anéantir d’un seul coup. On ne peut d’un coup exproprier tous les propriétaires fonciers et tous les capitalistes d’un pays de quelque importance. Ensuite, l’expropriation à elle seule, en tant qu’acte juridique ou politique, est loin de résoudre le problème, car il faut destituer en fait les grands propriétaires fonciers et les capitalistes, les remplacer en fait par une autre gestion – gestion ouvrière des usines et des domaines. Il ne saurait y avoir d’égalité entre les exploiteurs qui, durant de longues générations, s’étaient distingués par leur instruction, par leur train de vie et par les habitudes acquises, et les exploités dont la masse, même dans les républiques bourgeoises les plus avancées et les plus démocratiques, reste accablée, inculte, ignorante, craintive, divisée.

Longtemps après la révolution, les exploiteurs conservent nécessairement une série de réels et notables avantages : il leur reste l’argent (impossible de le supprimer d’un coup), certains biens mobiliers, souvent considérables; il leur reste des relations, des habitudes d’organisation et de gestion, la connaissance de tous les…secrets…de l’administration (coutumes, procédés, moyens, possibilités); il leur reste une instruction plus poussée, des affinités avec le haut personnel technique (bourgeois par sa vie et son idéologie); il leur reste une expérience infiniment supérieure de l’art militaire (ce qui est très important), etc., etc. Si les exploiteurs ne sont battus que dans un seul pays, et c’est là bien entendu le cas typique, la révolution simultanée dans plusieurs pays étant une rare exception, ils restent toutefois plus forts que les exploités, puisque les relations internationales des exploiteurs sont immenses. Qu’une partie des masses exploitées les moins développées, parmi les paysans moyens, artisans, etc., marchent et soient susceptibles de marcher avec les exploiteurs, c’est ce qu’ont montré toutes les révolutions antérieures, y compris la Commune (car parmi les troupes versaillaises, – ce qu’a « oublié » le savantissime Kautsky, – il y avait aussi des prolétaires) ». [Le renégat Kautsky et la révolution prolétarienne. Lénine.]

Pour revenir sur le programme de Philippe Poutou, dès les deux premiers points, il est compréhensible que ce programme ne soit nullement en mesure d’être applicable. Comment « Donner le contrôle à celles et ceux qui font tourner la société. » lorsque la dictature de la bourgeoisie, la dictature du profit, n’est pas balayée. Dans cette guerre de tranchée, dans ce Stalingrad inversé qu’est la lutte institutionnelle, la position réformiste-radicale est de s’y jeter à corps perdu. En pure perte.

La bourgeoisie brime et opprime l’expression des travailleurs, dans leur lutte syndicale. Elle brime d’autant plus leur expression politique. Elle met en œuvre tous les pièges possibles, imaginables, pour corrompre, pour perdre les militants et militantes communistes, pour dégouter les masses, pour les emmener vers le chemin de la réaction, du chauvinisme, de l’adhésion aux thèses idéalistes pourries. Si une menace émerge, elle fera front contre elle, s’arc-boutant de toutes ses forces, auxquelles peuvent s’additionner celles de l’étranger. Si cette menace se concrétisait électoralement, elle serait prise dans un labyrinthe dont elle ne pourra pas sortir vainqueur. Si elle pouvait tenter de mettre en œuvre son programme, celui-ci ferait face à une politique de refus, d’hostilité, de terre brûlée, organisée par la bourgeoisie. Sabotages, assassinats, propagande ennemie : voici ce que rencontrent ceux qui veulent renverser le pouvoir bourgeois.

Le pire étant que ces organisations en ont conscience. Mais elles font le choix conscient de mentir aux masses et de les aiguiller dans cette voie fausse, pour ne pas les effrayer. Pour ne pas les repousser en leur annonçant la couleur : la lutte des classes peut devenir une guerre.

Les masses comprennent la violence de l’exploitation, de la police, de la bourgeoisie. Elle les marque dans leur chair, dans leur vie. La peur de la misère, la peur de l’exclusion sociale, la peur de perdre le peu qui est accordé par le patronat. Ces organisations ne le comprennent pas, car, fondamentalement, elles ne s’adressent pas aux travailleurs, aux travailleuses, aux exploités, aux opprimés. Elles s’adressent à la petite bourgeoisie radicale.

Là se trouve l’essence du programme de transition trotskiste et du programme réformiste-radical des dissidents du P.C.F., de tous ceux et celles qui ne posent que des revendications impossibles, dans l’espoir que les masses, insatisfaites,  se mettent à développer spontanément des mots d’ordres révolutionnaires. Dans les faits, elles ne font que maintenir les mythes de la bourgeoisie, de la démocratie. Elles ne font que soutenir l’œuvre des révisionnistes du marxisme, nier la dictature de la bourgeoisie, nier le besoin d’un parti révolutionnaire, nier le besoin de la révolution, nier le besoin de la dictature du prolétariat contre la bourgeoisie pour permettre l’avènement du socialisme.

« La transition du capitalisme au communisme, c’est toute une époque historique. Tant qu’elle n’est pas terminée, les exploiteurs gardent inéluctablement l’espoir d’une restauration, espoir qui se transforme en tentatives de restauration. A la suite d’une première défaite sérieuse, les exploiteurs qui ne s’attendaient point à être renversés, qui n’en croyaient rien et n’en admettaient pas l’idée, se lancent dans la bataille avec une énergie décuplée, avec une passion furieuse, avec une haine centuplée pour reconquérir le « paradis » perdu, pour leurs familles qui menaient une si douce existence et que, maintenant, la « vile populace » condamne à la ruine et à la misère (ou au « vil » labeur … ). Et derrière les capitalistes exploiteurs c’est la grande masse de la petite bourgeoisie qui – des dizaines d’années d’expérience historique dans tous les pays en font foi – hésite et balance, qui aujourd’hui suit le prolétariat et demain, effrayée des difficultés de la révolution, est prise de panique à la première défaite ou demi-défaite des ouvriers, s’affole, s’agite, pleurniche, court d’un camp à l’autre … tout comme nos menchéviks et nos socialistes -révolutionnaires. Et devant cette situation, à une époque de guerre acharnée, aiguë, où l’histoire met à l’ordre du jour le problème de l’existence ou de la non-existence des privilèges séculaires et millénaires, on disserte sur la majorité et la minorité, la démocratie pure, l’inutilité de la dictature, l’égalité entre exploiteurs et exploités !! » [Le renégat Kautsky et la révolution prolétarienne. Lénine]

Plutôt que courir le risque d’être balayé, il est préférable d’anticiper le danger, de s’en prémunir. D’où la nécessité de ne pas omettre la question de l’autodéfense et de la protection.

Dans notre brochure sur les bases de l’idéologie communiste, nous mentionnions : « La Révolution, expliquait Mao Zedong, n’est pas un diner de gala. Elle est issue d’un acte de violence par lequel une classe a chassé l’autre du pouvoir. La raison d’être de la dictature du peuple est de lutter contre la machine ne guerre bourgeoise et contre sa volonté de retour. La police, la justice, la milice, l’armée populaire sont les outils de la lutte contre les menées réactionnaires de la bourgeoisie. »

Tout comme la démocratie athénienne était la démocratie des propriétaires d’esclaves, et l’exercice d’une dictature à l’égard de ces derniers ; tout comme le féodalisme était une relative « démocratie » de la Noblesse et du Clergé, mais une dictature sur la paysannerie ; tout comme le capitalisme est la démocratie des capitalistes, la dictature du prolétariat est une démocratie du peuple et une dictature sur les ennemis du peuple.

Elle est un pouvoir dictatorial, non pas par amour du sang, mais bien car elle est un régime de guerre. De guerre des anciennes classes possédantes contre ceux qui les ont fait chuter de leur paradis perdu. Elle est un régime de guerre contre ceux qui veulent renverser le pouvoir populaire, mais également contre une nouvelle bourgeoisie qui pourrait émerger.

Elle est un outil de transformation de la société. Elle est un moyen juridique, un moyen d’organisation économique, non pas -comme le mentionnent certains « auteurs »- pour faire du prolétariat une nouvelle bourgeoisie, mais bien pour achever la lutte des classes par la résolution des contradictions entre exploiteurs et exploités. Elle est un régime de démocratie populaire, où le peuple n’exerce pas un simili-pouvoir au travers d’un bulletin de vote, mais par son outil de décision et d’application : le soviet.

Que sont les soviets ?

Voici la définition faite dans Sur la route de l’insurrection.

« Les soviets sont un nouvel appareil étatique qui, en premier lieu, instaure la force armée des ouvriers et des paysans, force qui n’est pas, comme celle de l’ancienne armée permanente, détachée du peuple, mais reliée étroitement à ce dernier, qui, dans le domaine militaire, est incomparablement supérieure à toutes celles qui l’ont précédée et qui, au point de vue révolutionnaire, ne peut être remplacée par aucune autre. En second lieu, cet appareil instaure avec les masses, avec la majorité du peuple, une liaison si étroite, si indissoluble, si facilement contrôlable et renouvelable qu’on en chercherait vainement une semblable dans l’ancien appareil étatique. En troisième lieu, cet appareil qui est électif et dont le peuple peut, à son gré, sans formalités bureaucratiques, changer le personnel, est par là même beaucoup plus démocratique que les appareils antérieurs. En quatrième lieu, il donne une liaison solide avec les professions les plus diverses, facilitant ainsi la réalisation, sans bureaucratie aucune, des réformes les plus différentes et les plus profondes. En cinquième lieu, il donne la forme d’organisation de l’avant-garde des 94 paysans et des ouvriers, c’est-à-dire de la partie la plus consciente, la plus énergique, la plus avancée des classes opprimées, et permet par là même à cette avant-garde d’élever, instruire, éduquer et entraîner dans son sillage toute la masse de ces classes, qui jusqu’à présent était restée complètement en dehors de la vie politique, complètement en dehors de l’Histoire. En sixième lieu, il permet d’allier les avantages du parlementarisme à ceux de la démocratie immédiate et directe, c’est-à-dire de réunir, dans la personne des représentants électifs du peuple, le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif.« 

Ce sont ces outils qui forment l’aspect démocratique de la dictature du prolétariat. Ils forment la liaison entre les masses et la direction politique. Il s’agit d’un lien essentiel, fondamental. Si celui-ci se rompt, par l’aventurisme du PC ou par des déviations droitières, la dictature du prolétariat sera en extrême-difficulté. Car la dictature du prolétariat a besoin de la direction d’un parti communiste tenant une ligne juste. Si le Parti Communiste est contaminé par l’esprit droitier, si la ligne révolutionnaire disparaît dans les remous de la lutte interne, là, en l’occurrence, les risques avancés par les libertaires s’avéreront fondés.

Si le Parti Communiste n’est plus communiste, s’il perd le pouvoir, si une nouvelle bourgeoisie en prend le contrôle, le processus de la transformation de la société stoppe. C’est ce qui fait que la lutte s’exerce également à l’intérieur du Parti comme de la société. S’il existe un débat démocratique entre les forces favorables à la révolution sur la manière de transformer la société, ce débat démocratique ne peut tolérer l’hostilité, la réaction et les agents de la bourgeoisie. Non pas par esprit de vengeance, pas fascination pour la censure et la répression. Mais bien car la construction du socialisme est un processus fragile et soumis à des menaces constantes.

Dans le confort actuel, dans le cadre cotonneux, même illusoire, de la démocratie bourgeoise, cela peut paraître difficile à saisir. Il convient de garder à l’esprit ce que signifie l’aggravation de la lutte des classes sous le socialisme. La bourgeoisie est acculée à la défensive, elle montre les dents. Les anciens bourgeois, richissimes parasites sociaux, les banquiers, les rentiers ne veulent pas perdre leurs immenses privilèges sociaux, leurs immenses fortunes.

S’ils en ont la possibilité, ils écraseront dans le sang l’opposition. Tout comme la Commune de Paris fut écrasée, tout comme les Républiques des soviets, de Bavière, de Berlin, de Hongrie. S’ils peuvent s’appuyer sur des éléments faibles, hésitants, au sein des rangs des communistes, ils le feront. L’histoire de l’URSS est marquée du sang d’une longue série de sabotages, de conspirations, d’assassinats -parfois avec la complicité de membres hauts placés du PC(b)US, comme ce fut le cas avec Boukharine ou Trotsky.

Ces faits ne sont pas du ressort unique d’une hypothétique méchanceté propre à tel ou tel individu ou de l’esprit vicieux de tel ou tel acteur. Ils sont le reflet d’un aspect essentiel de la lutte des classes : elle ne s’arrête pas à la révolution et à la prise du pouvoir. Elle se poursuit avec la transformation de la société.

Au plus le socialisme avance, au plus les résistances à la nouvelle société se font fortes et intenses. D’autant que, certains rapports issus de « l’ancien monde » perdurant, certaines nécessités en termes d’experts, de spécialistes, d’officiers et de hauts fonctionnaires, peuvent donner -et ont donné, par le passé- naissance à une nouvelle bourgeoisie, une bourgeoisie d’Etat, une nomenklatura et des « hommes de l’appareil », ces apparatchiks. L’existence de ces individus, la continuité de la lutte des classes, est un des aspects qui rend la dictature du prolétariat nécessaire jusqu’au bout, sans le moindre relâchement de la vigilance, tant du Parti que des masses.

La lutte ne se mène pas que contre les anciennes classes possédantes, mais contre -également- les nouveaux bourgeois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *