Le Bac de tous les dangers

Nous félicitons les bacheliers et les bachelières. Nous saluons la fin de leurs études secondaires. Il est légitime de le célébrer !

Mais l’ivresse de la réussite du bac ne doit pas occulter les conditions dramatiques dans lesquelles il s’est déroulé. La lutte intense menée par les enseignants et enseignantes continue.

A ce titre, nous pensons qu’il n’est pas possible de qualifier Jean-Michel Blanquer d’imbécile. Il vient de nous en fait la démonstration.

Face au mouvement de grève autour du baccalauréat, face à la rétention des notes par les professeurs et professeures, la réaction du ministre de l’Éducation Nationale rappelle la souplesse tactique dont sont capables de faire preuve les agents réactionnaires, dans leur œuvre de destruction des services publics.

Jean-Michel Blanquer s’est vu confier une mission de la plus haute importance stratégique par Macron. Cet ancien proche de Xavier Darcos a été mandaté pour réaliser ce que François Fillon n’était pas parvenu à faire en 2005 : l’autonomie des lycées et la liquidation du Bac. Cette mission, il s’en acquitte avec zèle et énergie.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, à son sujet, Marine Le Pen déclarait ceci : “L’engouement suscité autour de M. Blanquer, que l’on peut même qualifier de ‘phénomène Blanquer’, constitue une victoire idéologique notable pour le Front National et une défaite cuisante des sociologues et des pédagogistes (sic.)qui avaient pourtant méthodiquement pris possession de l’institution scolaire”, a-t-elle déclaré. “La crise est considérable mais elle n’est malheureusement pas nouvelle. Ce qui est nouveau en revanche, c’est l’arrivée au ministère d’un personnage qui affiche une volonté de rupture et qui multiplie les annonces positives“.

La dirigeante du Rassemblement National considère par ailleurs que les positions de Blanquer sont le fruit de sa victoire idéologique. Marine Le Pen ne ment pas, la politique de Blanquer est effectivement particulièrement virulente. Cela révèle finalement deux choses : d’une part, Marine Le Pen, en dépit de ses déclarations, est favorable à un secteur privé tout puissant. De l’autre, cela révèle que la conception de la mise au pas des enseignants par Blanquer est RN-compatible. Dans les deux cas, ça n’est pas une bonne nouvelle pour qui que ce soit, hormis les réactionnaires et les capitalistes.

Donc, au pied du mur du fait de l’énergique mouvement des enseignants et enseignantes, M. Blanquer a agi d’une manière audacieuse. Il a choisi de compléter les relevés de notes manquants en se basant sur les dossiers des élèves et donc sur une forme dégradée de contrôle continu.

En l’absence de notes, les jury, qui ont tout pouvoir de décision, étaient encouragés à donner des notes « en cohérence avec les autres notes déjà obtenues » (issu du protocole officiel). En somme, il s’agit d’une invention.

  • Il avalise le fait que le bac est, fondamentalement, un objet inutile aux yeux du gouvernement. Certains journaux ont titré ainsi aujourd’hui « le bac à bout de souffle. »
  • Il établit une équivalence de valeur entre le contrôle continu et l’examen national.
  • En adoptant de manière anticipée des mesures prévues dans le nouveau bac, M. Blanquer frappe également le moral des grévistes, contournant leur mouvement et affirmant ainsi sa volonté de ne pas même négocier la moindre miette.
  • Enfin, en mobilisant de manière réactionnaire les médias, en clouant au pilori les enseignants, il contribue à désolidariser les masses populaires de la lutte des enseignants et de ceux qui luttent d’une manière générale.

Ce dernier point n’est pas à sous-estimer, car le champ lexical de la guerre a été employé plusieurs fois, autour d’éditoriaux et d’articles niant le droit de grève et exigeant des enseignants et enseignantes en lutte qu’ils rendent gorge. Les rectorats ont menacé également les enseignants de les frapper au porte-feuille en retenant l’intégralité de leur salaire durant les 15 jours de correction. L’opération a fait cependant long feu, du fait de son illégalité manifeste.

Pris dans le feu de l’action, et subissant une pression intense, nombre de responsables d’établissements ont dû céder. Cependant, aujourd’hui, des voix s’élèvent pour poser la question de la légalité de cette démarche. Le sentiment général est celui de la trahison, de la part d’un ministre qui écrit les règles à son bon vouloir et n’hésite pas à contourner la grève.

M. Blanquer, finalement, réussit à utiliser l’énergie de la mobilisation pour le profit de la cause réactionnaire qu’il sert. Il fait de la grève un tremplin pour ces objectifs.

Cela signifie-t-il que celle-ci était contre productive ? Nous rejetons cette analyse. Les agents de la bourgeoisie et de l’offensive contre les droits sociaux, dont fait partie le droit à l’éducation, sont de maître dans l’art d’utiliser tout ce que peut leur fournir la situation comme prétexte pour avancer. Ce n’est d’ailleurs pas un cas isolé. La bourgeoisie ne renonce jamais à violer sa propre légalité lorsque cela lui permet d’obtenir l’avantage.

►A lire sur le sujet.

Depuis des incidents épars jusqu’aux attentats, chaque chose peut devenir un tremplin pour leur politique antipopulaire. Cela se voit notamment avec la « ligne verte » qui se développe ces temps-ci, EELV étant pressenti comme pouvant devenir le nouveau héraut du libéralisme.

Cela signifie, en réalité, que les mouvements ont besoin d’être encore plus forts, plus suivis et plus intenses pour pouvoir triompher, d’être plus politiques pour pouvoir également balayer les obstacles et les pièges.

Du côté enseignant, rien n’est encore gagné. Du côté des élèves, la messe est dite.

Le bac passé, reste à franchir le hachoir de Parcoursup et les pièges tendus par le supérieur. Nous les appelons à se diriger vers les syndicats étudiants combatifs, à les rejoindre, les renforcer, les faire vivre et grandir. Il s’agit pour eux d’un outil de défense incomparable et irremplaçable dans le but de défendre le droit à l’éducation.

Il n’existe, d’une manière générale, aucune garantie hors de la lutte et de la vigilance constante face aux attaques contre le système éducatif et contre les droits sociaux. Il ne fait aucun doute que de puissants mouvements sociaux naîtront à la rentrée. Soyons prêts et prêtes à cette nouvelle épreuve de force.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *