Fin de partie – X – Quelles tâches pour les communistes ?

-Brochure complète ici-

Quelles tâches pour les communistes ?

Un travail fantastique est à effectuer de la part des organisations communistes.

Nous l’avons développé dans plusieurs brochures, notamment du réformisme à l’opposition extra-parlementaire, au sein de mener la bataille idéologique, tout comme dans d’autres articles sur le sujet.

Nous avons cinq ans devant nous.

Non pas du fait de l’agenda arbitraire des élections, mais bien du fait que certains processus arriveront à maturité. Ces processus, mêlés au poids de la crise, font que la situation politique et économique au sein de l’Etat français sera explosive.

Il est de la responsabilité du mouvement communiste et des forces progressistes d’être prêts à faire face, en pleine connaissance de cause, à la déferlante réactionnaire qui s’annonce.

Plusieurs étapes et plusieurs mouvements sont à opérer pour qu’aboutisse la reconstruction d’un camp communiste, pour qu’il soit influant, capable de rassembler, d’être un centre de gravité. Ce camp doit être un camp indépendant, en termes de classe. Les organisations-croupion de la bourgeoisie, consciemment ou non, sabotent toute avancée politique, toute avancée de lutte, en se cloitrant dans des slogans creux et faux.

Lorsque Jean-Luc Mélenchon, en prévision des législatives, parle de « bombe atomique » constituée par le bulletin de vote, il ment consciemment. Lorsque le NPA lui rétorque que la grève est l’arme principale des travailleurs, cette organisation pêche par économisme plat et par apolitisme.

Cette incapacité à comprendre le caractère politique de la lutte et la nécessité de rompre avec le réformisme sont tout autant de préalables pour que renaisse l’influence de l’idéologie communiste.

A l’heure actuelle, il est compréhensible que les organisations communistes existantes suivent chacune une voie qui leur est propre, qui est l’application de leur stratégie. Difficile de les en blâmer. Souhaiter, du jour au lendemain, que  tous et toutes oublient complètement les contradictions, les différents, les conflits est illusoire. Ceci se comprend aisément.

Seulement, il n’est pas impossible de poser les bases de cette unité dès maintenant. Elles sont d’autant plus essentielles que le temps ne joue pas particulièrement en faveur des forces progressistes. L’entropie, la tendance au chaos propre aux Etats capitalistes et impérialistes, pousse à une conflictualité plus grande, plus aigüe.

Cependant cette tendance à l’entropie n’épargne pas les organisations communistes les unes par rapport aux autres, tout comme en leur sein. Sans lieux de débat, sans lien les unissant et permettant de poser un cadre formel aux problématiques des rapports entre les différents courants, entre les différentes organisations, entre les différentes conceptions, il n’est pas possible d’avancer.

Tant que n’émerge pas une structure, même basique, permettant de lutter contre cette montée aux extrêmes dans les rapports entre les organisations, l’unification peinera. Cela n’empêche nullement les rapprochements bilatéraux, les unifications ou les fusions entre organisations qui le souhaitent. Cependant, il est important que les organisations communistes au sein de l’Etat français, de même que les organisations luttant contre l’impérialisme français dans les régions dominées, ne s’ignorent pas, puissent disposer de liens, d’échanges, de débats et de discussions. Tout ce qui permet une meilleure unité d’action et une influence plus importante sur la société est positif et nécessaire.

Mutualiser est essentiel. L’accès aux sources, aux classiques, aux analyses, aux travaux, reste généralement restreint. Le débat autour de ces travaux reste généralement du domaine de l’échange confidentiel, non de la déclaration publique sur laquelle chacun peut se positionner, formuler une critique, permettre l’avancée idéologique.

L’Unité Communiste de Lyon n’est pas une organisation massive, disposant de moyens immenses. Cependant, elle tient à faire sa part dans ce domaine, en numérisant et en mettant à disposition le plus grand nombre possible de travaux, de documents, de brochures, permettant à tous et toutes d’avoir accès à celles-ci.

A travers plusieurs projets, l’Unité veut poser les bases d’un pool de documents, permettre de créer un cadre de travail permettant le rassemblement, le traitement, la traduction des documents, et leur publication. Ce centre de travail sera ouvert à toutes les bonnes volontés.

Un des points fondamentaux de l’unification idéologique passe par le débat de fond. Dans l’état actuel des choses, il paraît important qu’un unique média de débat émerge, comme lieu de discussion sur les questions relatives aux bases minimales de l’unification. Ce cadre de débat doit être en mesure de répondre au traitement positif des conflits et des désaccords, en somme de créer un environnement propice aux rapprochements et au traitement des clivages idéologiques.

L’Unité Communiste de Lyon s’inclut dans un processus d’unification, l’Unité des Cercles Communiste. Cette unification ne se fait pas sur des présupposés, sur des injonctions, sur l’adhésion à des thèses non maîtrisées, à des lignes de démarcations lancées de manière incantatoire, sans démonstration. Elle se base sur une adhésion minimale, mais surtout sur la volonté d’avancer ensemble, de progresser ensemble en recherchant la voie la plus juste.

Marx s’exprimait ainsi : « L’humanité ne se pose jamais que des problèmes qu’elle est capable de résoudre. » D’une certaine manière, de nombreuses organisations communistes posent en préalable des questions abstraites, absconses, et qui n’ont pas d’incidence immédiate dans l’état actuelle de la lutte des classes et de la lutte politique au sein de l’Etat français. Ainsi, le fait de trancher à l’emporte-pièce la question de la Guerre Populaire Prolongée, comme une ligne de démarcation, sans démontrer quoique ce soit autour, est une illustration parfaite de l’inconséquence et de l’intellectualisme qui grèvent certaines organisations.

Même si ce travail d’unification est long et fastidieux, il est nécessaire. Si ce travail de débat, de reconstruction idéologique paraît terriblement pénible, il n’en est pas moins essentiel.

Qu’autant qu’il ne se limite pas qu’aux seuls communistes, qu’il ne se limite pas qu’à ceux et celles qui adoptent la révolution et la dictature du prolétariat. Il existe tout une sphère politique, militante, syndicale, qui rejette le système capitaliste, mais dont l’idéologie ne permet pas de tracer un chemin vers une société sans classes ni Etat. Les communistes doivent travailler vis-à-vis de ceux et celles qui restent prisonnier d’un réformisme radical, faute de débouchés politiques.

L’existence de cette nébuleuse est à l’image de celles existant dans l’espace. Nuages de gaz sans consistance, ces nébuleuses existent comme des pouponnières d’étoiles, qui n’attendent qu’une gravité suffisante pour s’agréger et se rassembler, jusqu’à atteindre la masse critique qui leur permette de briller. Le même schéma se reproduit, figurativement, ici. Ce centre de gravité est l’organisation communiste.

Par le travail unitaire, le travail de front, mais également en produisant un débat de fond, l’idéologie la plus juste émergera.

Dans les masses, il existe un immense engouement pour la lutte, une immense aspiration à la Liberté et à l’Egalité. Cette immense aspiration est vampirisée par les réactionnaires, par les opportunistes, par les sociaux chauvins, par les obscurantistes. Elle est vampirisée car, là aussi, les organisations communistes sont faibles.

Il n’existe aucun remède miracle permettant de mettre fin à cette faiblesse, ou de s’attendre à ce que, spontanément, ceux et celles qui ne sont pas communistes se mettent à en adopter les points de vue. Cet apport provient de l’extérieur, de la rencontre entre l’idéologie scientifique et le mouvement spontané.

Dans l’état actuel des choses, dans l’état actuel du mouvement et de l’avancée idéologique, l’Unité Communiste de Lyon porte le mot d’ordre de construction d’une opposition extra-parlementaire.

D’une part pour faire front, en rassemblant les exploités, les opprimés, les opposants au capitalisme, dans un cadre permettant d’être indépendant des institutions de la bourgeoisie, de ses jeux truqués, de ses pièges et de sa corruption.

Pour permettre d’être un point central de la contestation, d’être un centre politique pouvant rivaliser, en termes d’influence, avec les organisations de la bourgeoisie, nourries de subventions, de dons, d’argent provenant de l’exploitation.

Pour avancer politiquement, pour agir politiquement d’une manière visible et publique, d’une manière -certes minimale- mais réelle. Pour poser les bases de la démocratie populaire, permettre à de nouveaux cadres issus des masses de naître, de se former, de s’exercer.

Pour, in fine, qu’un darwinisme des idées, au sein de ce front, apparaisse et fasse émerger la ligne la plus juste, la plus révolutionnaire.

Nous considérons que cette ligne est la ligne à suivre. A l’heure actuelle, la situation interne à l’Etat français et la situation internationale restent stables. Ce temps de respiration doit être employé au maximum pour permettre de poser les bases de l’arme offensive que sera ce lien entre toutes les organisations communistes ; de poser les bases du bouclier formé par le front uni entre les forces anticapitalistes et anti-impérialistes; de poursuivre et d’accroître l’influence de chacune des organisations communistes au sein de l’Etat français.

L’exposé de la situation et de son évolution impose des mesures énergiques. Des mesures de lutte interne contre les tendances déviationnistes postmodernistes, relativistes, contre leur anticommunisme primaire. Contre l’influence du réformisme et de l’opportunisme petit-bourgeois. Contre le sectarisme dont sont souvent victimes les organisations, les cercles, les clans.

Une nouvelle fois, les tâches du mouvement communiste sont immenses. Elles ne s’abaisseront jamais à son niveau actuel. Le mouvement communiste doit grandir, se battre, se montrer exigeant idéologiquement, politiquement, organisationnellement, envers lui-même.

La lutte doit se mener sur chaque front. Sur chaque secteur. Mais elle doit surtout se mener pour faire émerger un saut qualitatif, lequel est une nécessité vitale pour que naisse un véritable parti communiste révolutionnaire ; pour que naisse une idéologie capable de synthétiser la somme de l’expérience du mouvement révolutionnaire et ouvrier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *