Colonialisme et crime contre l’humanité. 2/2

Partie 1 ici

Le colonialisme, non seulement, est un crime contre l’humanité, mais également le capitalisme, l’impérialisme et le néo-colonialisme. L’impérialisme français, bien que se drapant dans le mensonge des Lumières, n’en a pas moins été l’un des plus féroce, l’un des plus sauvage, l’un des plus criminel.

Ces formes de rapports économiques portent en eux, dans leurs gênes même, le crime, la barbarie, la brutalité. Cela, pour une simple raison : car ils se basent avant tout sur l’exploitation. Cette exploitation est ce qui permet à la bourgeoisie -qu’elle fût au stade pré-impérialiste comme néo-colonial- de faire ses profits.

Or, dans sa recherche du taux de profit maximal, peu de choses peuvent entraver la marche en avant des bourgeois et des bourgeoises. Certainement pas l’éthique, car un marché est un marché, et si ce n’est pas lui -ou elle- qui s’y implante, cela sera son concurrent.

Lorsque Lénine écrivit L’impérialisme : stade suprême du capitalisme, il avait situé qu’il était à une période charnière. La saturation progressive des marchés nationaux, désormais entre les mains de grands trusts, la baisse tendancielle du taux de profit, tout ceci exigeait un grand bond dans la conquête de nouveaux marchés. Cela s’est fait, non plus comme à l’époque du commerce triangulaire, par le commerce, les comptoirs, l’exportation de marchandises, mais bien par celle des capitaux. Les banques et les groupements industriels se sont partagés le monde. Les armées nationales, à la solde de ces groupes, ont imposé l’ordre colonial. L’accord des populations colonisées n’était pas nécessaire.

Les obstacles, la bourgeoisie s’en est affranchie à l’aide de la violence. Les réticences et les oppositions sont balayées, quelque soit le moyen employé. Le patron, la patronne, ne s’est jamais embarrassé pour créer des syndicats jaunes, pour faire pression sur les travailleurs et travailleuses, pour menacer, pour intimider, pour faire matraquer dans la métropole. Dans les colonies, cela s’est réglé par la corruption des élites traditionnelles, mais aussi, lorsque cela ne suffisait pas au fouet, à la machette, au fusil, au gaz moutarde.

Déjà, lorsque les terres sont prises, ce n’est pas une scène poétique. Il n’y a nullement, par la douceur d’un beau matin, de bons sauvages qui sortent de leurs huttes, et qui se tournent soudain vers la mère patrie française. Si les soldats, comme le colonel de Montagnac annoncent que l’objectif est d’« anéantir tout ce qui ne rampera à nos pieds comme des chiens » [tiré du livre noir du colonialisme], où encore « Pour chasser les idées qui m’assiègent, je fais couper des têtes, non pas des têtes d’artichauts, mais bien des têtes d’hommes. » ; les grands esprits, eux mêmes, ne font pas preuve d’un « humanisme » particulier. Le grand Alexis de Tocqueville, ainsi, en 1841, déclare :«  Je crois que le droit de la guerre nous autorise à ravager le pays et que nous devons le faire soit en détruisant les moissons à l’époque de la récolte, soit dans tous les temps en faisant de ces incursions rapides qu’on nomme razzias et qui ont pour objet de s’emparer des hommes ou des troupeaux. », dans le même article, il poursuit: « Je dirai aussi que les grandes expéditions me paraissent de loin en loin nécessaires :

1° Pour continuer à montrer aux Arabes et à nos soldats qu’il n’y a pas dans le pays d’obstacles qui puissent nous arrêter ;

2° Pour détruire tout ce qui ressemble à une agrégation permanente de population, ou en d’autres termes à une ville. Je crois de la plus haute importance de ne laisser subsister ou s’élever aucune ville dans les domaines d’Abd-el-Kader. »

Cela n’est nullement éloigné du Kommissarbefehl d’Alfred Jodl, sur la conduite à tenir de l’armée Allemande en URSS pendant la Seconde Guerre mondiale. Rien d’étonnant en cela. Après tout, les Allemands également considéraient leur action vers l’est comme un colonialisme. Dans le même ordre d’idée, le Sanko Sakusen « tue tout, brûle tout, pille tout » des Japonais en Chine, est une illustration de comment un colonisateur anéantit toute résistance. Ce n’est nullement un hasard. Le nazisme n’est ni plus ni moins qu’une application stricte, doublée de croisade antibolchevique, du colonialisme à l’Europe et aux Slaves. Ainsi, en 1950, dans le Discours sur le colonialisme, Aimé Césaire écrivit: « Oui, il vaudrait la peine d’étudier, cliniquement, dans le détail, les démarches d’Hitler et de l’hitlérisme et de révéler au très distingué, très humaniste, très chrétien bourgeois du XXème siècle qu’il porte en lui un Hitler qui s’ignore, qu’Hitler l’habite, qu’Hitler est son démon, que s’il le vitupère, c’est par manque de logique, et qu’au fond, ce qu’il ne pardonne pas à Hitler, ce n’est pas le crime en soi, le crime contre l’homme, ce n’est que l’humiliation de l’homme en soi, c’est le crime contre l’homme blanc, et d’avoir appliqué à l’Europe des procédés colonialistes dont ne relevaient jusqu’ici que les Arabes d’Algérie, les coolies de l’Inde et les nègres d’Afrique. » Mais aussi « on se tait à soi-même la vérité, que c’est une barbarie, mais la barbarie suprême, celle qui couronne, celle qui résume la quotidienneté des barbaries ; que c’est du nazisme, oui, mais qu’avant d’en être la victime, on en a été le complice ; que ce nazisme-là, on l’a supporté avant de le subir, on l’a absous, on a fermé l’œil là-dessus, on l’a légitimé, parce que, jusque-là, il ne s’était appliqué qu’à des peuples non européens ; que ce nazisme là, on l’a cultivé, on en est responsable »

Même lorsque l’économie d’une région dominée se développe, lorsque des infrastructures sont construites, lorsqu’est mise en œuvre cette « civilisation » vantée par le colon, routes ; ponts ; canaux d’irrigation ; voies de chemin de fer ; etc. ce n’est pas par grandeur d’âme. C’est la sueur du colonisé qui coula, lorsque ce ne fut pas son sang.

 Au procès de Klaus Barbie, puisque nous évoquons d’ailleurs les crimes contre l’humanité, l’avocat Jean-Martin Mbemba, venu du Congo, s’était d’ailleurs exprimé sur la construction du chemin de fer Congo-Océan, supervisée par la France. 20 000 morts d’épuisement, de coups de fouets, de maladie pour une ligne de 900km de long. Cette ligne, construite par les colonisés pour le colonisateur, mais qui est considérée comme un apport de civilisation : « la colonisation a introduit une modernité par effraction. » Elle l’a surtout introduite par la violence la plus brutale.

Chaque culture, chaque usine, chaque champ cultivé sous les coups de fouet n’a été qu’au bénéfice du colonisateur. On peut chanter les louanges du progrès économique, mais jamais les colonisés n’en ont bénéficié, si ce n’est par inadvertance.

Quant aux « dizaines de milliers d’instituteurs, de médecins, de fermiers [qui] ont beaucoup donné à l’Algérie », parmi les rares grandes âmes, venues d’elles-mêmes, souvent pour des motifs d’évangélisation, combien se sont contentées de spolier les terres, d’en chasser les habitants ? La civilisation, la culture du colonisateur, quelle fut-elle, en vérité ?

Comment ne pas revenir au discours sur le colonialisme, d’Aimé Césaire, lequel écrit : »Il faudrait d’abord étudier comment la civilisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au Viêt-Nam une tête coupée et un œil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tout ses traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées, de tous ces prisonniers ficelés et « interrogés », de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. »

Nous ne pouvons que conseiller de lire cet ouvrage dans son ensemble, de le méditer, d’y réfléchir, pour comprendre que l’Europe -et au premier rang l’Etat colonialiste Français- a perdu son droit de donner des leçons de civilisation le jour où  ses soldats ont pris pied sur un autre continent.

La culture ? L’instruction ? Aimé Césaire poursuit: « Sécurité ? Culture ? Juridisme ? En attendant, je regarde et je vois, partout où il y a, face à face, colonisateurs et colonisés, la force, la brutalité, la cruauté, le sadisme, le heurt et, en parodie de la formation culturelle, la fabrication hâtive de quelque milliers de fonctionnaires subalternes, de boys, d’artisans, d’employés de commerce et d’interprètes nécessaires à la bonne marche des affaires. » La culture coloniale est une culture de l’exécution des tâches exigées, une culture de la soumission mêlée de sadisme de caserne. Une culture de camp de la mort.

« Entre le colonisateur et le colonisé, il n’y a de place que pour la corvée, l’intimidation et la pression, la police, l’impôt, le vol, le viol, les cultures obligatoires, le mépris, la méfiance, la morgue, la suffisance, la muflerie, des élites décérébrés [la fameuse bourgeoisie compradore], des masses avilies. » Les religions locales écrasées pour imposer celle du colonisé. Leur histoire, souvent orale, ramenée au rang de mythe et de légende, tandis que le « roman national » devenait la norme. Une culture écrasée dans une tempête de flamme, pour que ne reste que ce qui peut intéresser le colonisateur : la chair du travailleur.

C’est un des aspects qui rendent l’impérialisme pourrissant et déliquescent. D’une part, se gavant de superprofits, les bourgeoisies n’investissent que peu, restent sur « la tonte des coupons ». Le monopole égale le pourrissement. C’est là une ironie suprême : les richesses accumulées par les impérialistes ont plus contribué à ralentir le développement économique de la métropole, à maintenir une grande part de la population dans l’agriculture jusque dans l’après guerre.  

Lénine a plus que raison de qualifier ce stade de pourrissant. Dans leur recherche du profit maximal, les capitalistes ont fini par creuser leur tombe. Le besoin d’une main d’œuvre plus formée, d’élites locales, a entrainé l’apparition, là aussi, d’un prolétariat conscient de son rôle. Il a également donné naissance à une bourgeoisie nationale, hostile à la présence du colonisateur. En investissant pour développer ces régions, le colonisateur leur a donné les clés de leur libération. En supplément, celui-ci leur a appris la guerre.

Cette chair du travailleur s’est parfois muée en chair à canon, bien utile également, pour libérer la « patrie », occupée par le miroir Européen du colonialisme : le nazisme. L’ironie de l’histoire se joue en partie ici, car ces combattants aguerris formèrent les cadres, l’ossature, du dispositif militaire qui brisa celui des colonialistes.

Pour gagner la liberté, pour gagner ce simple droit d’être libre, d’être une nation souveraine et indépendante, bien des sacrifices ont été faits. Les guerres d’Indochine, du Viêt-Nam, tout comme la guerre d’Algérie, pour ne citer qu’elles, ont combiné les formes les plus atroces de conflit. Les armées occidentales, coloniales, n’ont reculé devant aucun moyen, aucune torture, pour tenter de faire plier les combattants.

En Indochine, cela s’est traduit par un demi-million de morts dans les rangs des forces de la Liberté. Un autre demi-million de blessés, de mutilés.  Celle d’Algérie, entre 250 et 400 000 morts, certaines sources allant jusqu’à évoquer un million. Des villages rasés, des hommes, des femmes, des enfants écrasés sous les bombes, brûlés au napalm, torturés et déportés. Mais une défaite totale.

Est-ce à cause d’une méchanceté maladive, d’une pathologie terrible qui ronge tout sens moral, que cela arrive ? Même pas. Cela pourrait donner une excuse. Mais la raison est ultimement cynique : ce n’est que la logique capitaliste.

La bourgeoisie s’est simplement penchée sur ses intérêts, et a considéré que cela était la manière la plus efficace de les défendre.

Dominer un espace, c’est en faire un marché de monopole pour les manufactures de son Etat. Dominer un espace, s’est s’accaparer intégralement ses matières premières, c’est s’en assurer l’accès sans concurrence et librement.  C’est également se doter de la possibilité de pouvoir créer cet échange inégal qui rapporte tant à une poignée de grands bourgeois, bouffis de la graisse de leurs superprofits.

Même malgré les indépendances formelles des Etats, le lien néocolonial poursuit cette logique. Ces Areva, ces Total, ces marchands d’armes qui sont autant de barbares avides de gros sous. Tout cela accompagné des éternels soldats coloniaux, pilleurs, violeurs, engoncés dans leur racisme savamment dosé. Cette « mission civilisatrice » se poursuit.

Cette mainmise, toujours présente dans les Etats dominés africains, mais également dans les territoires toujours colonisés, toujours accaparés par un Etat Français colonial. Ces « joyaux » défendus par Mélenchon, cette présence sur tous les océans, vantés comme une grandeur. Grandeur bâtie sur le sang.

Cette culture qui dégouline dans la métropole, pour se mêler à la culture policière, aux troupes de terreur envoyées dans les banlieues et les quartiers pauvres, nourries à la même imagerie de croisés hérauts de la « civilisation. »

Nous souhaitons la défaite la plus totale de notre impérialisme, et considérons qu’entraver chacune de ses actions est une de nos tâches les plus brûlantes. Nous n’accorderons aucun soutien politique, aucun vote aux promoteurs de l’impérialisme français.

Nous, communistes, nous condamnons, en « pesant nos mots », le crime contre l’humanité du colonialisme. Nous condamnons le néo-colonialisme tout comme l’impérialisme.

Nous nous réclamons de l’application stricte du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, à s’ériger en nation, y compris sur le territoire métropolitain. De même, nous revendiquons le droit à la libre séparation et la libre association entre les nations.

Nous voulons un procès de Nuremberg de la colonisation. Les bouchers de la colonisation n’ont pas leur place sur les plaques de nos rues. Nous devons reconnaître une bonne fois pour toute la nature criminelle de l’entreprise coloniale.

A bas le capitalisme, à bas l’impérialisme !

Vive le communisme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *