Cahuzac et Lagarde, la justice bourgeoise en action.

Par le passé, de la part d'individus bien intentionnés qui tentaient de défendre le Parti Socialiste, venait régulièrement un argument: Son arrivée au pouvoir offrirait plus de latéralité à la justice pour condamner les individus haut placés corrompus.
Chose rare, coup sur coup, deux individus de ce type ont été condamnés par la justice.

Le premier Jérôme Cahuzac, vient d'être condamné pour fraude fiscale. Après avoir eu longtemps, comme le parquet l'a mentionné "une vie familiale enracinée dans la fraude", il est -enfin- sous le coup d'une peine de prison.
3 ans de prison pour 3.5 millions d'euro de patrimoine dissimulé. C'est peu, mais suffisant pour que le condamné soit "assommé par le verdict." Qu'il se rassure, sans mandat de dépôt, il dort toujours chez lui. Insulte crachée au visage de ceux qui sont mis en préventive ou sous les verrous sur un soupçon. Insulte en particulier vis-à-vis de ceux qui luttent pour que les crimes policiers soient reconnus et jugés, et qui se retrouvent eux-mêmes condamnés.
Et l'avocat de l'ex-ministre ajoute, cerise sur le gâteau, que la détention de Jérôme Cahuzac serait une nouvelle charge pour un contribuable déjà lésé. Quel signal plus fort pourrait être donné que celui-ci ? Et pourtant !

Christine Lagarde, quant à elle, présidente du F.M.I. à l'heure actuelle, est accusée d'avoir offert une ristourne magnifique de 404 millions d'Euros à Bernard Tapie.
En 2007, en effet, alors ministre des finances de Nicolas Sarkozy, lequel la traita par ailleurs comme un paillasson, elle ordonne l'arbitrage d'une vieille affaire. La vente d'Adidas par le crédit Lyonnais, vente contestée par son propriétaire, Bernard Tapie. L'arbitrage privé trancha en faveur de l'homme d'affaire, lui accordant ainsi 404 millions d'euros indus. La justice, il y a maintenant un an, cassa l'arbitrage et ordonna que l'ancien soutien de François Mitterrand rembourse cette somme. De son coté, Christine Lagarde est condamnée pour négligence par la cour de justice de la République.
Elle est condamnée, mais dispensée de peine. Quant au F.M.I., il lui réaffirme sa pleine confiance.

Dispensée de peine.
N'est pas là une formulation magnifique ?
404 millions d'euros deviennent une négligence, tandis que des vols de pain, de fromage, fait par des gens qui n'ont rien, deviennent des crimes passibles de prison.Ces 404 millions d'euro sont volés à la communauté, ils permettent de faire fonctionner les écoles et les hôpitaux. Ce ne sont pas des données abstraites, mais bien des implications concrète.

Le parti socialiste ne nous offre que des cadeaux sans valeurs pour se racheter une virginité. Il considère les électeurs avec si peu de respect qu'il tente ces manœuvres minables pour le disculper d'avoir été un servant de la bourgeoisie tout au long de son existence.

Devrions-nous encore nous en étonner ? Devrions nous être encore surpris de la collusion entre la justice bourgeoise et la classe qu'elle sert ?

Cette surprise doit cesser. Nous devons la transformer en farouche résolution. Résolution de liquider ce système, résolution de juger, par la justice du peuple, les profiteurs, les exploiteurs, les criminels épargnés par la justice de classe. La véritable justice sera celle du peuple, sera celle des travailleurs contre leurs bourreaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *