Venezuela : le basculement.

Venezuela : le basculement.

Le régime social-démocrate de Nicolas Maduro vient de subir un coup très dur. Juan Guaido, président du Parlement et opposant à Nicolas Maduro, s’est autoproclamé président de la République du Venezuela.

Il a immédiatement bénéficié de l’appui inconditionnel des États-Unis, puis du Canada, de la Colombie, du Pérou et du Brésil. Au matin, Emmanuel Macron, sans la moindre vergogne, a apporté son soutien au putschiste, accompagnant son tweet d’un salut à ceux qui « marchent pour la liberté ». Cela ne s’invente pas. Désormais de Juan Guaido un personnage central diplomatiquement, politiquement et géo-politiquement.

La Russie, par la voix de Vladimir Poutine, a apporté en revanche son soutien à son allié d’outre-Atlantique. Cependant, ce n’est nullement par sympathie pour le progressisme que cette déclaration a été faite. C’est uniquement pour des raisons primordiales de géopolitique. La Chine, autre partenaire du Venezuela, s’est fendue d’une communiqué indiquant qu’elle s’opposait aux ingérences étrangères au sein du pays.

La carte des Etats et de leurs positions sur la question dessine un monde clivé. Un bloc eurasiatique qui soutien majoritairement Maduro, et un monde « des îles » pour reprendre la terminologie de Brzezinski, qui soutient Juan Guaido.

Le Venezuela est désormais en situation de double-pouvoir. Reste à savoir qui l’emportera, sachant que les USA ont précisé que toutes les options étaient sur la table en cas d’utilisation de la force par l’armée. Malgré le fait que Nicolas Maduro ait pu prêter serment devant la cour suprême, malgré que l’armée lui soit fidèle, il n’est pas dit qu’un coup de force, qu’une guerre, ne soit pas envisageable dans les heures ou les jours qui suivent.

D’un côté comme de l’autre, les deux camps mobilisent dans le but d’apporter leur soutien à leur dirigeant. Des affrontements ont éclaté, avec des morts et des blessés des deux côtés.

Comment en est-on arrivé là, après la période de consensus apparent du régime de Chavez ?

En vérité, en 20 ans de direction « bolivarienne », le Venezuela n’a été que peu transformé dans sa structure économique. La manne financière du pétrole s’est simplement un peu plus ouverte à l’ensemble de la population, entretenant une économie de rente, qui satisfaisait les besoins immédiats de la population, sans toutefois permettre une véritable transformation économique. En résumé, peu a été investi pour faire du Venezuela un État indépendant.

La direction sociale-démocrate n’a pas touché à ce qui faisait l’essentiel des forces des grands trusts, des grands groupes de la bourgeoisie. Ces bastions sont restés intactes. La presse et les industries sont en grande partie entre les mains d’une poignée de grands bourgeois, qui n’ont jamais abandonné le fait d’espérer récupérer leur paradis perdu. Tant que les prix du pétrole étaient hauts, tant que le mouvement populaire soutenait la direction de l’État, cette bourgeoisie était limitée dans ses marges de manœuvre. Elle a mené des luttes contre le gouvernement, elle a conspiré pour détacher les masses de leur soutien au gouvernement, elle a toujours poursuivi ses ambitions de retour.

Elles ont trouvé une oreille attentive à Washington, qui n’apprécie guère la présence d’un allié géopolitique de la Russie sur sa chasse gardée. Or, malgré les discours des chavistes et des proches de Maduro, le pays est dans une cruelle dépendance vis-à-vis des USA. Assis sur les plus grands réserves mondiales de brut, le pays n’a aucune industrie qui lui permette d’en tirer directement profit. Tout le raffinage est fait au pays de l’oncle Sam, d’autant que, très lourds, les hydrocarbures vénézuéliens demandent des moyens considérables en termes d’infrastructures.

Pour maintenir le consensus avec la population et garder la bourgeoisie calme, le gouvernement du Venezuela a dilapidé l’argent du pétrole. Sans politique d’industrialisation ambitieuse, permettant un contrôle sur toute la chaîne de production du pétrole, le Venezuela a été pris au piège.

Avec la baisse des cours du brut, avec un détachement d’une partie de la base populaire, la direction du Venezuela est vulnérable à un coup de force. Les bourgeoisies réactionnaires d’Amérique du Sud ont senti le vent tourner et font des pieds et des mains pour chasser les gouvernements progressistes.

Les USA ont également imposé des sanctions particulièrement cruelles. Ils peuvent le faire grâce à leur arme la plus terrible : l’extra-territorialité de leur droit. En somme, il suffit qu’une entreprise utilise des dollars ou commerce avec une entreprise US pour qu’elle soit obligée de respecter la loi américaine ou qu’elle puisse être jugée aux USA. Ces méthodes d’étranglement expliquent le fait qu’il n’est pas possible, pour aucun pays, d’ignorer les embargos US.

Le Venezuela a été ainsi consciencieusement étouffé, affamé. Et le gouvernement de Maduro, prisonnier de son deal social-démocrate, prisonnier du « moindre mal » et des « demi-mesures », s’est finalement retrouvé à combattre son propre peuple. Tel est le lot de tous ceux qui, comme le disait Saint-Just « font les révolutions à moitié » et qui creusent en fait leur tombeau.

Nous ne disons pas que Maduro est un communiste. Il ne l’est pas. Le Venezuela n’était pas un État socialiste. C’est précisément cela qui l’a rendu si vulnérable, si fragile, si isolé. La demi-mesure n’a finalement pas permis d’amadouer la bourgeoisie, au contraire, elle lui a permis de fourbir ses armes et de préparer sa contre-offensive.

En fait d’un dictateur, Maduro est au contraire un démocrate empêtré dans ses contradictions. Il est empêtré par un respect des libertés démocratiques, dont ses opposants ont su profiter.

Certains, certaines, ici ou ailleurs, se sont empressés de soutenir l’opération faite par l’opposition. Au nom d’une conception abstraite de la « liberté », portée au-dessus de tout, ils et elles applaudissent aux côtés de Trump, de Bolsonaro et de Macron. Ils et elles réclament l’intervention de forces extérieures pour « restaurer la démocratie ». Comme si celle-ci pouvait naître sous les chenilles des chars US ou sous les balles des escadrons de la mort !

Leur « liberté » à ces individus, est la liberté des tyrans de réclamer leur trône. Est une liberté bourgeoise, d’opprimer et d’exploiter. Et ils sont prêts à lutter jusqu’à la mort pour lutter contre les abominables autoritaristes qui veulent empêcher cette liberté de s’exercer.

Par ailleurs, quelques drôles, goguenards, se sont empressés de tacler Mélenchon sur le soutien qu’il a apporté à Maduro. De pointer la contradiction entre réclamer la chute du gouvernement en France et dénier aux putschistes leur légitimité. Il nous est rare de défendre Mélenchon, mais nous ne pouvons que lui donner raison dans sa démarche. Il est logique que face à une agression de ce type, un gouvernement puisse se défendre, tandis que le gouvernement français est un oppresseur complet des droits démocratiques et sociaux.

Cependant, qu’on ne soit pas dupe. Si Mélenchon était élu, il ferait au maximum la même chose que Maduro. Du fait de son réformisme, il finirait, par la politique du moindre mal, mais la politique de conciliation de classe, à jouer, pour ne pas rompre avec la bourgeoisie, le bourreau des exploités pour le compte des exploiteurs. Une répression « de gauche » certes, une répression de VIème République, mais une répression féroce, comme à pu avoir été celle du SPD contre les Spartakistes.

Nous, communistes, savons que la bourgeoisie n’hésite pas pour reprendre son pouvoir, pour maintenir ou accroître ses profits. Elle ne recule devant aucune bassesse, devant la violation de n’importe quelle loi, y compris les siennes. Nous savons qu’elle ment, qu’elle instille la détresse et le désarroi chez les masses populaires, qu’elle est prête à faire envahir les pays par tous les Hitler possibles pour reprendre sont paradis perdu. Elle est prête à tuer, assassiner, pratiquer le terrorisme et la guerre civile pour ne pas être éjectée de l’histoire.

La question du pouvoir n’est pas un choix. Elle se heurte à un terrible prisme : celui de la confrontation avec la réalité. Or, dans l’expérience de la lutte des classes, une seule forme de pouvoir a pu triompher. Un pouvoir organisé autour de la démocratie la plus large pour les travailleurs, les exploités, les opprimés. Un pouvoir organisé de la manière la plus ferme contre les exploiteurs, les opportunistes, les ennemis du peuple. Ce pouvoir est la dictature du prolétariat, fer de lance tant pour remettre entre les mains des masses populaires les leviers du pouvoir, que pour l’ôter des mains de la bourgeoisie.

La menace qui pèse sur le Venezuela pose des question et des inquiétudes. Le risque d’une guerre civile n’est pas exclu, tout comme celui d’une intervention étrangère. L’attitude générale des puissances mondiales ou régionales dénote une tendance à la surinfection des tensions internationales et infra-nationales. Cette tendance générale à la guerre, nous, communistes, devons-nous y opposer de toutes nos forces, en mettant dans la balance, face aux chauvinismes et aux impérialismes, l’internationalisme prolétarien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *