Rencontre Trump / Kim Jong Un, un espoir de paix ?

Rencontre Trump / Kim Jong Un, un espoir de paix ?

L’improbable rencontre a eu lieu. Le 13 juin, le président des USA et celui de la RPDC se sont rencontrés à Singapour. Après une série de tensions importantes, de menaces d’intervention militaire, de provocations liées à l’arme nucléaire, les deux Etats se sont concertés en “terrain neutre.”

A la suite de 12h de conférence, les deux dirigeants ont signé l’un et l’autre une déclaration commune. Celle-ci est extrêmement succincte  :

 

  • « Les Etats-Unis et la RPDC s’engagent à établir de nouvelles relations entre les Etats-Unis et la RPDC en accord avec les désirs de paix et de prospérité de leurs peuples. »
  • « Les Etats-Unis et la RPDC joindront leurs efforts pour établir une paix durable et stable dans la péninsule coréenne. »
  • « Réaffirmant la Déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018, la RPDC s’engage à œuvrer pour la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne. »
  • « Les Etats-Unis et la RPDC s’engagent à récupérer les restes de militaires des Etats-Unis, [morts ou disparus durant la guerre de Corée]  à commencer par le rapatriement immédiat de ceux déjà identifiés. »

 

La déclaration est plus que symbolique. Seul le dernier point est concret, le reste demeure marqué par le flou, marqué par le vague. Ce n’est pas une feuille de route sur la suppression des armes nucléaires, ce n’est pas un bouleversement géopolitique, ce n’est pas la fin de la présence US en Corée du Sud non plus. Pas de signature d’un traité de paix, qui justifie cette présence militaire, les deux Etats étant, juridiquement parlant, toujours en guerre.

Pourtant il existe des choses à analyser : d’un point de vue d’image, Kim Jong Un est le grand gagnant. Non pas en ayant gagné un ascendant sur Donald Trump, mais en ayant pu parler “à sa hauteur”, en étant apparu comme un dirigeant d’envergure équivalente. Le fait que, dans l’appréciation générale de la situation, les USA et la RPDC ont été jugés à égalité est, en réalité, une immense victoire pour la diplomatie coréenne. La direction de la RPDC est donc ainsi légitimée aux yeux du monde.

Les exercices militaires communs entre la Corée du Sud et les USA sont également suspendus. Ces exercices ont régulièrement été dénoncés par la RPDC comme des provocations et comme des pressions exercées contre elle. L’arrêt de ces exercices militaires est donc perçu comme un soulagement pour l’ensemble de la péninsule, nord comme sud, dont la population aurait payé un lourd tribut en cas de guerre. Il est d’ailleurs notable que 2 millions de civils sont morts lors de la guerre de Corée, principalement victimes des bombardements sur les zones urbaines opérées par l’US Air Force et les alliés. Civils coréens du sud et du nord sont donc certainement hostiles à l’idée de se retrouver de nouveau sous les bombes.

La destitution de Park Geun-hye, ancienne présidente de la Corée du Sud, fille du dictateur Park Chung-hee, marionnette d’une secte anticommuniste, avait créé une situation de tension importante. L’irruption d’un parti favorable à l’apaisement des tensions dans la péninsule avait poussé les USA à envenimer à dessein la situation. Pour ne pas perdre leur bastion en Corée, leur flanc-garde contre les intérêts chinois et russes, les USA ne pouvaient tolérer ni élections libres, ni diplomatie indépendante de la part de Séoul.

Le modus vivendi de Singapour est donc une surprise positive pour le camp de la paix. La promesse de dénucléarisation est une promesse, certes, mais une promesse qui demeure positive.

Dans la situation incertaine et instable que nous vivons actuellement, où les provocations et les tensions sont en constante inflation, cette rencontre et cette déclaration commune, tout en n’étant qu’un bout de papier, sont néanmoins de bonnes nouvelles pour la planète entière.

Nous regardons le risque de guerre dans l’Asie tout comme sur tous les autres continents, comme l’émanation des intérêts rapaces des capitalistes monopolistes. La situation conflictuelle en Corée est la porte d’entrée d’une situation conflictuelle sino-américaine ou russo-américaine. Il ne s’agit pas de dire qu’un impérialisme est plus moral, plus soutenable qu’un autre, à travers cela. Mais il s’agit de pointer du doigt le caractère particulièrement agressif et menaçant, dans cette partie du globe, de celui des USA.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *