Que révèlent les sanctions prises par la Chine contre la Corée du Nord ?

Le 19 février, le gouvernement de la République Populaire de Chine a annoncé sa décision de cesser toutes se importations de charbon en provenance de la Corée du Nord. Le ministère du commerce a ainsi indiqué que cette suspension provisoire sera maintenue jusqu’au 31 décembre.

La raison de cette sanction contre le régime de Pyongyang trouve sa source dans le nouveau test, effectué quelques jours auparavant, d’un missile balistique Pukguksong-2. Ce test à suscité un vif émoi au sein des Etat-majors Japonais et Américains.

Résultats de recherche d'images pour « Pukguksong-2 »

Bien que la Chine maintienne une position de négociation à six [Les deux Corées, le Japon, la Russie, la Chine et les USA] autour de la question du nucléaire nord-coréen, elle a pour la première fois accepté d’appliquer des sanctions directes contre la RPDC.

Les échanges commerciaux entre la RPC et la RPDC représentent les liens économiques le plus importants, en terme de volume, pour l’Etat du Juche. L’embargo contribue à étrangler une économie déjà anémiée par des années de sanctions internationales.

Nous n’avons pas, au sein de l’Unité Communiste de Lyon, de position précisément définie sur le régime Nord Coréen. D’une part car ce régime est difficile à analyser, faute d’informations fiables, d’autre part car nous n’en avons simplement pas eu le temps ou les moyens. La Corée du Nord ne fait pas partie des pays envers lesquels nous exprimons un soutien positif. Nous considérons qu’a l’heure actuelle, ce régime apparait globalement comme un régime de nationalisme bourgeois social.

Résultats de recherche d'images pour « mass games north korea 2016 »

Nous restons également circonspects sur ce régime, dans le sens où nous nous méfions du fait de crier avec la meute déchaînée de loups, avide de rumeurs sur cet Etat. Nous regardons avec une certaine répugnance la campagne d’acharnement, d’autant qu’elle est orchestrée par des Etats impérialistes, portant la mort, la misère et le crime partout sur leur passage. Dans le sens également où il nous paraît bien plus pressant de condamner d’autres régimes avant celui dirigé par Kim Jong-Un.

Présentée comme l’archétype de l’Etat « méchant », la Corée du Nord est pourtant avant tout un état qui lutte contre l’impérialisme, qui tente d’exister indépendamment de toute vassalité et assujettissement face à un autre Etat. C’est également un Etat qui essaie d’obtenir la légitime réunification de la péninsule. Le régime Sud-Coréen, dans lequel les sectes anticommunistes et obscurantistes tirent les ficelles du pouvoir, apparaît comme un havre de paix.
Etrange havre ou les militants pour la réunification, les communistes et les syndicalistes sont menacés et torturés par la police.

Résultats de recherche d'images pour « emeutes corée du sud »

La réunification elle-même est un casus belli pour les USA, qui se doutent bien qu’une Corée unifiée et indépendante aurait plus tendance à balancer -dans la rivalité entre la Chine et le Japon- du côté de la première, tant le sentiment anti-japonais est encore présent. Rien qu’à titre d’exemple, participante au malheureux programme F-35 soutenu par les USA, la Corée du Sud fait pourtant le choix d’entretenir ses appareils en Australie plutôt qu’au Japon tout proche, tant la défiance est fort.

Dans ce cadre, comment comprenons nous les sanctions ?

La Corée du Nord, hormis une rectification de frontière maritime demandé au Sud, source de conflits depuis la partition, ne fait pas partie des pays les plus agressifs de la planète. Elle ne lance pas d’opérations à l’étranger, ne déploie pas d’armée dans des bases militaires extérieures, ne revendique pas de territoire. En revanche, elle est une cible géopolitique récurrente.

Le budget militaire consomme une quantité astronomique de ressources, quant on songe au PIB relativement faible de l’Etat.

Le développement de la bombe atomique, ainsi que de missiles longue portée, est dans ce cadre un choix rationnel, permettant de sanctuariser le territoire tout en limitant le format des forces conventionnelles.

L’opposition et les sanctions que subit la Corée du Nord quant à ce programme révèlent, non pas de la sûreté de la paix mondiale, mais bien d’une punition contre ces Etats cherchant à se soustraire à l’autorité des « grands ». C’est la sanctuarisation du territoire qui est condamnée.

L’arme atomique, dans l’esprit des grandes puissances impérialistes, doit rester l’apanage des arbitres de ce monde. En sanctuarisant son territoire, la Corée fait fondamentalement un doigt d’honneur à ceux qui voudraient la transformer en régime croupion, Chine y compris.

Car tel est ce que nous pouvons déterminer de la position chinoise. Un aveu du fait que ce sont les rapports de suzeraineté et de vassalité quoi doivent décider de la sécurité des Etats, et non pas leur propre capacité à pouvoir assurer leur protection. Cette attitude est digne de celle de la France, lorsqu’elle sabote tout projet d’armée Africaine, pour maintenir les états dans son giron, par la dépendance militaire.

La RPC se démasque comme un Etat impérialiste, voulant satelliser et rendre tributaire les Etats qu’elle domine.

Bien que nous puissions formuler des critiques fondamentales vis-à-vis de la République Populaire et Démocratique de Corée, nous ne saurions renier son droit à l’indépendance vis-à-vis des grande puissances militaires. Nous considérons que la paix mondiale n’est pas garantie par la dissuasion, cette dernière ne garantit que la sécurité des impérialistes.

Nous réclamons le fait que les sanctions contre la RPDC soient levées intégralement. Elles sont hypocrites et criminelles. Nous considérons qu’un débat sur le désarmement général, et nucléaire en particulier, ne peut avoir lieu sans une bonne volonté générale. Or cette bonne volonté se heurte aux intérêts des capitalistes et des impérialistes. Ces intérêts forment un infranchissable Himalaya, que seule la lutte des classes peut franchir.

Quelle erreur de croire que les armes nucléaires protégerons les impérialistes de la lutte des classes. Elle n’est, comme l’écrit Mao Zedong, qu’un « Tigre de Papier ». Jamais la bourgeoisie ne pourra échapper au fait qu’elle creuse sa tombe, jour après jour.

Tout comme le mouvement communiste s’opposera aux guerres contre les peuples, il organisera celle contre les classes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *