La solidarité avec le Rojava : une illustration de la faiblesse du mouvement communiste en France.

L’invasion du Rojava par la Turquie est une dure piqûre de rappel. Elle a ramené à la surface un très grand nombre de débats sur la question des fronts, des étapes, des alliances. Elle a ramené aussi à la surface la question des interventions militaires, de la confiance qui peut être accordée à des forces que l’Armée Syrienne, comme l’OTAN, comme l’Iran… Ces débats sont importants à plusieurs titres. Ils sont également une fenêtre sur ce que pensent, en profondeur, certaines forces politiques ou certains individus.

Mais, surtout, cette invasion nous ramène devant quelque chose de terrible, d’oppressant, d’étouffant : l’impuissance et la fragmentation du mouvement révolutionnaire, anti-impérialiste, internationalistes dans l’État français comme en Occident en général.

Nous voulons écrire ce communiqué, car nous pensons que nous devons cette honnêteté. Nous devons aussi en tirer les conclusions qui s’imposent sur l’attitude des organisations révolutionnaires, mais aussi sur la lutte anti-impérialiste.

Dans l’ensemble, en Occident, il existe une vision fantasmée, romancée de la guerre. Pourtant ceux et celles qui ont eu ne serait-ce que des proches, des amis, dans des zones de combats, peuvent avoir une idée de ce que cela signifie déjà. Nous avons des camarades qui ont eu leur famille ciblée par les bombardements de l’OTAN, par le passé. Cela leur a fait largement passer le goût de prendre cela à la légère.

Nous trouvons qu’elle nous ramène surtout à notre propre incapacité à pouvoir influer sur le cours des événements dans l’état actuel des choses.Nous n’arrivons pas à nous satisfaire de visuels victorieux, en décalage avec nos moyens. Nous n’arrivons pas à nous satisfaire d’appels grandiloquents, tandis que la réalité des forces révolutionnaires, ici, en France impérialiste, est si faible. Ces communiqués sont, le plus souvent, des versions séculières, laïques, des toughts and prayers anglophones. Ils sont parfois aussi des leçons professorales infligées aux combattants et combattantes du Rojava par des experts de la révolution en chambre.

Ceux qui prennent la situation avec arrogance, en donneurs de leçons, devraient probablement prendre un temps pour réfléchir à qui il s’adresse. Dans le fond, une grande partie des prises de position est faite pour montrer ses positions à l’étroit milieu militant français, à essayer de convaincre que son groupe, son organisation, est le distillat le plus pur, le plus cristallin, de la théorie.

En toute sincérité, la course à la pureté idéologique, lancée par certains, nous met mal à l’aise. Elle nous évoque ce qu’écrivait La Bruyère : « Corneille peint les hommes tels qu’ils devraient être. Racine les peint tels qu’ils sont. » Bien souvent, cette pureté idéologique s’accompagne de conseils, de recommandations, de revendications. Elles sont aussi justes qu’inapplicables et naïves.

Cela ramène à une terrible réalité : il ne suffit pas d’avoir raison stratégiquement pour gagner. Il faut aussi avoir raison tactiquement et dans l’opératique. Les choix auxquels sont confrontés les FDS, les habitants du Rojava, ne sont pas des choix faits derrière un écran d’ordinateur, dans un pays impérialiste. Ils sont des choix faits sous les bombardements, sous les attaques d’appareils de combats, avec les cellules dormantes de Daesh qui tire dans le dos des combattants et des combattantes.

Il est certain que les forces qui constituent la coalition défendant le Rojava vont être mises en face de choix cruciaux. Des compromis, des alliances qui iraient « contre les principes ».

Lénine s’était très largement étendu sur cette question dans la maladie infantile du communisme :

« Imaginez-vous que votre automobile soit arrêtée par des bandits armés. Vous leur donnez votre argent, votre passeport, votre revolver, votre auto. Vous vous débarrassez ainsi de l’agréable voisinage des bandits. C’est là un compromis, à n’en pas douter. “Do ut des” (je te “donne” mon argent, mes armes, mon auto, “pour que tu me donnes” la possibilité de me retirer sain et sauf). Mais on trouverait difficilement un homme, à moins qu’il n’ait perdu la raison, pour déclarer pareil compromis “inadmissible en principe”, ou pour dénoncer celui qui l’a conclu comme complice des bandits (encore que les bandits, une fois maîtres de l’auto, aient pu s’en servir, ainsi que des armes, pour de nouveaux brigandages). Notre compromis avec les bandits de l’impérialisme allemand a été analogue à celui-là. […]

Il y a compromis et compromis. Il faut savoir analyser la situation et les conditions concrètes de chaque compromis ou de chaque variété de compromis. Il faut apprendre à distinguer entre l’homme qui a donné aux bandits de l’argent et des armes pour diminuer le mal causé par ces bandits et faciliter leur capture et leur exécution, et l’homme qui donne aux bandits de l’argent et des armes afin de participer au partage de leur butin. En politique, la chose est loin d’être toujours aussi facile que dans mon exemple d’une simplicité enfantine. Mais celui qui s’aviserait d’imaginer pour les ouvriers une recette offrant d’avance des solutions toutes prêtes pour toutes les circonstances de la vie, ou qui assurerait que dans la politique du prolétariat révolutionnaire il ne se rencontrera jamais de difficultés ni de situations embrouillées, celui-là ne serait qu’un charlatan.
Pour ne laisser place à aucun malentendu, j’essaierai d’esquisser, ne fût-ce que très brièvement, quelques principes fondamentaux pouvant servir à l’analyse des exemples concrets de compromis. 
»

Il n’existe, dans l’intégralité de l’histoire du mouvement communiste, du mouvement révolutionnaire, des mouvements de libération nationaux, de schéma pur. Chaque fois, des discussions, des compromis ont dû être faits. Quelquefois, ils étaient des compromis aisément explicables, comme les fronts-unis antijaponais en Chine, quelquefois ils ont semé le trouble, le doute, comme le traité de non-agression entre l’Allemagne et l’URSS, comme le traité de Brest-Litovsk, comme les accords entre Ho Chi Minh et Leclerc.

Certes, toutes les forces politiques qui sont présentes au Rojava ne sont pas du même acabit que le PCC et le Parti Bolchevique. Mais il y en a. Et il est fondamental d’avoir confiance en elle, comme il est fondamental d’avoir confiance dans les masses populaires, largement oubliées au profit d’une vision surplombante de la situation. Ce sont la jonction entre ces forces politiques et ces masses populaire qui ont permis de triompher des obstacles immenses de la lutte.

Il existe bien des zigzags sur le chemin qui les mène à la victoire, alors qu’il n’existe pas de mouvement international fort, pas d’État socialiste, pas de camp sur lesquels ils puissent s’appuyer. Nous devrions, alors, leur dénier le droit, la possibilité de faire ces compromis, ces erreurs, au nom de la grande & glorieuse lutte révolutionnaire mondiale, dans laquelle nous, occidentaux, sommes un grain de sable ? Il faudrait alors que les FDS, le Rojava, soient anéantis en détail, dans une magnifique bataille des Thermopyles, contre l’hydre fasciste ?

Nous préférons prendre le risque de les soutenir et de les laisser maîtres de leurs choix, quitte à nous tromper, que rester à distance, critiquer à grand coup de gestes autoritaires, et ne servir à rien. Nous préférons être taxés de tous les noms, mais considérer que si les compromis faits par les forces qui combattent au Rojava permettent de reprendre la lutte dans des conditions moins désastreuses, qu’elles n’impliquent pas de capitulation en rase campagne ou l’anéantissement des forces vives qui permettront que demain soit victorieux.

Certaines organisations ont pris le parti d’appeler à demi-mots, ou parfois même clairement, à l’intervention militaire de la France, des USA, de l’occident en général, dans ce conflit. Dans un sens nous les comprenons. Elles aussi sont pleinement conscientes qu’elles n’ont aucun impact concret, en tant qu’elles-mêmes, sur ce conflit. D’ailleurs, bien souvent, elles n’en ont pas plus sur les prises de décision de l’impérialisme français.

Confusément, elles sentent qu’il s’agit de la seule manière de peser sur le conflit, quitte à brader toute crédibilité auprès des masses populaires, quitte à se tromper sur le fond, à monter leur confiance naïve, révélatrice, envers un « bon fond », « humaniste » de l’impérialisme français, pétri de l’héritage des Lumières. Ils contribuent, par leur action, à nourrir des illusions réactionnaires, terribles, sur notre propre impérialisme. Ces illusions sont aussi le reflet d’une existence passée à soutenir l’occident « démocratique » contre le « totalitarisme soviétique ».

À l’opposé, certains et certaines ont poussé un lâche soupir de soulagement. Soutenant, sans le dire, le régime de Bachar Al-Assad, cette nouvelle situation leur permet de ramener leur héros dans le « bon camp », de pouvoir à nouveau le défendre en plein jour, fiers, forts de la caution qui leur est donné par la possibilité d’une alliance avec les FDS. Ivres de leur joie, ils se démasquent pour ce qu’ils ont toujours été : des admirateurs de ce régime, hypocrites dans leur soutien aux FDS et au Rojava.

Le fait que ce compromis soit possible à un moment ne le rend pas plus positif « dans l’absolu ». Un compromis n’est pas une victoire, il est un moyen terme entre « l’idéal » et la « réalité ». Cela ramène d’ailleurs à une autre partie du texte de Lénine :

«Mais lorsque les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires de Russie, les partisans de Scheidemann (et dans une large mesure les kautskistes) en Allemagne, Otto Bauer et Friedrich Adler (sans parler même de MM. Renner et Cie) en Autriche, les Renaudel, Longuet et Cie en France, les fabiens, les “indépendants” et les “travaillistes” (“labouristes”) en Angleterre, ont conclu en 1914-1918 et en 1918-1920, contre le prolétariat révolutionnaire de leurs pays respectifs, des compromis avec les bandits de leur propre bourgeoisie et, parfois, de la bourgeoisie “alliée”, tous ces messieurs se comportaient en complices du banditisme. »

Telle est la nature du « compromis » que ces groupes ou individus souhaitent. Dans les faits, même à leur corps défendant, ils accompagnent les projets de l’impérialisme. Heureusement, dans le fond, ils n’ont pas plus de prise sur les décisions des organisations et des masses populaires présentes au Rojava.

Nous n’appellerons pas à une intervention occidentale. L’OTAN n’a d’ailleurs que faire de notre avis. Si intervention il y a, nous prendrons position par rapport à celle-ci.

« La conclusion est claire : rejeter les compromis “en principe”, nier la légitimité des compromis en général, quels qu’ils soient, c’est un enfantillage qu’il est même difficile de prendre au sérieux. L’homme politique désireux d’être utile au prolétariat révolutionnaire, doit savoir discerner les cas concrets où les compromis sont inadmissibles, où ils expriment l’opportunisme et la trahison, et diriger contre ces compromis concrets tout le tranchant de sa critique, les dénoncer implacablement, leur déclarer une guerre irréconciliable, sans permettre aux vieux routiers du socialisme “d’affaires”, ni aux jésuites parlementaires de se dérober, d’échapper par des dissertations sur les “compromis en général”, à la responsabilité qui leur incombe. C’est bien ainsi que messieurs les “chefs” anglais des trade-unions, ou bien de la société fabienne et du Parti travailliste “indépendant”, se dérobent à la responsabilité qui pèse sur eux pour la trahison qu’ils ont commise, pour avoir perpétré un compromis tel qu’il équivaut en fait à de l’opportunisme, à une défection et à une trahison de la pire espèce. »

Nous avons choisi ce qui nous permettait la voie la plus juste, en fonction de nos forces, de la réalité de la possibilité d’action de notre groupe. Nous avons choisi l’engagement au sein de l’ICOR et la campagne de solidarité pour le bataillon international du Rojava. Nous avons reçu des critiques par rapport à ces choix. Nous les écoutons. Nous les écoutons, nous les prenons en considération. Nous ne sommes pas sourds aux insuffisances qu’il est possible d’avoir sur la pratique, au fait qu’il y ait des imperfections dans l’activité de tel ou tel groupe. Nous les prenons en considération, donc, mais nous jugeons néanmoins que ces deux engagements sont non seulement justifiés, mais qu’ils sont également fondamentaux pour créer les outils et les forces qui nous manquent, tant ici qu’à l’échelle mondiale.

Nous ne pouvons nous contenter de rester derrière nos écrans, faire des communiqués de solidarité creux. Nous ne sommes pas des supporters de foot qui devons choisir ‘la bonne équipe à soutenir’, nous voulons jouer un rôle. Nous voulons et nous devons faire plus.

Nous sommes, en réalité, horrifiés par notre propre impuissance, surtout lorsque, parmi nos camarades de l’ICOR, nous côtoyons les victimes de notre propre impérialisme. Ce rappel impérieux, constant, nous oblige à faire des choix.

Elle est une humiliation quotidienne, qu’aucun artifice ne peut camoufler. Il nous faut donc trouver les moyens de la régler.

Nous ne pouvons tolérer notre faiblesse, c’est pour cela que nous consacrons nos forces à l’unité des communistes et à la création d’un Parti Communiste révolutionnaire. Nous ne pouvons ne contenter de notre existence de groupe. C’est pour cela que nous nous sommes investis, avec nos camarades de l’UPML, dans le lancement d’une Alliance des Révolutionnaires, dans le but de proposer aux organisations communistes présentes en France et dans les régions directement dominées par celle-ci de cesser de s’ignorer. En dépit des discours d’unité parfois affichées par les organisations communistes, nous n’avons eu que très peu de réponses. C’est pour cela que nous nous investissons aussi dans la création d’un Comité ICOR-France, qui puisse rassembler tous ceux et celles que le combat internationaliste intéresse, ou ceux et celles qui sont membres des organisations de l’ICOR à l’étranger, mais qui sont présents, ou réfugiés, en France.

Dans le cas du Rojava, notre choix de la solidarité concrète passe par trois choses :

  • Nous appelons à soutenir financièrement et politiquement les campagnes de soutien au bataillon international du Rojava : http://shengal.xyz
  • Nous appelons également à soutenir les campagnes de l’ICOR à destination du Rojava : https://www.icor.info/2018-3/appel-a-dons-pour-le-centre-medical-a-kobane
  • Nous appelons à participer aux luttes, aux manifestations, aux opérations de boycott qui sont faites envers les intérêts de la Turquie en occident. Même si ces campagnes, même si cette aide est limitée, elle est concrète. Elle est un début

Nous saluons l’intégralité des forces qui participent et soutiennent des initiatives de cet ordre.

Mais nous pouvons, et nous devons faire plus. Par l’unification de nos forces, par la travail commun, construit, organisé, que ce soit celui des communistes comme celui des anti-impérialistes. Il s’agit d’une partie importante, fondamentale, de notre devoir de militants et de militantes.

Nous devons mettre fin à l’impuissance constante des organisations communistes, tant dans la lutte des classes, ici, que dans les questions internationales. Alors, seulement alors, les positions émises pourront avoir un réel impact, changer réellement les choses pour ceux et celles qui sont avec les armes à la main, directement en face des pires abominations du monde contemporain : l’impérialisme et le fascisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *