Sur l’objet de l’Économie Politique

Sur l’objet de l’Économie Politique

Comment s’effondre quelque chose d’aussi grandiose que l’Union Soviétique, le premier Etat prolétarien au monde ? Par un cataclysme, un matin de 1991 ? Ou par un long travail de sape, par l’infiltration, dans des fissures, d’agents rongeant peu à peu la structure, la pourrisant de l’intérieur.

Certains, parfois d’une naïveté désarmante, ou d’un aveuglement sans faille, préfèrent la première solution. Elle est plus simple, elle permet de rejeter la faute sur Ielstine et Gorbatchev, sans jamais chercher plus loin. Elle permet de ne pas trop se poser de questions sur la politique soviétique, de coller à sa ligne comme à celle des partis qui lui étaient inféodés, y compris jusque dans les choix les plus douteux.

Cette ligne là est empreinte du campisme, de la nostaligie, du folklore. Elle doit être barré aux communistes sincères, car elle est celle de la reproduction conforme, au mieux.

L’interêt, aujourd’hui, de pouvoir étudier les documents et les analyses sur l’URSS est immense. Même si certaines questions, comme celles posées dans cette brochure, ne sont pas l’actualité même, elles ne doivent pas être écartées et négligées.

Sur l’objet de l’économie politique est un texte particulièrement dense, particulièrement interessant, et qui fut difficile à rendre publiable, car la traduction d’origine était constéellée d’erreurs et de manques. Nous rendons cependant hommage au Dr. Adélard Paquin, décédé en 2013, qui a patiemment, dans la mesure de ses possibilité, traduit ces textes inédits en français.

Notre projet de bibliothèque numérique avance à grand pas, et comportera l’ensemble des traductions disponibles faites par ce militant canadien, mais également, prochainement, certaines archives du mouvement communiste de l’Etat français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *