La France et la trouée de Suwałki – partie 5 – Retour à la Baltique et conclusion.

La France et la trouée de Suwałki – partie 5 – Retour à la Baltique et conclusion.

Pourquoi les Etats Baltes ?

Dans cette optique, les Etats Baltes sont une cible intéressante et cohérente avec les intérêts de la bourgeoisie russe.

De nombreux aspects l’expliquent, certains purement contingents,  d’autres nettement plus politiques.

Une forte composante de défense et de consolidation sous-tend cette pression sur les Etats Baltes. Même si la nature de l’Etat  a grandement changé depuis 1941, les dirigeants russes n’ont absolument pas oublié l’invasion germano-fasciste. Ils n’ont pas oublié que les Etats Baltes ont été l’autoroute de l’invasion. Ils n’ont pas oublié qu’il n’a fallu que deux mois pour atteindre Leningrad et l’encercler.  Eloigner la frontière des centres stratégiques à sous-tendu toute la diplomatie soviétique depuis la mi-1939. Elle explique la guerre avec la Finlande, pour quelques kilomètres salvateurs ; elle expliquait l’intervention en Bessarabie et dans les Etats Baltes.

Aujourd’hui, les cent kilomètres qui séparent Narva, en Estonie, de Saint-Pétersbourg ne protégeraient guerre plus d’une journée d’une véritable offensive militaire de grande ampleur. Pour un Etat aussi méfiant vis-à-vis de sa situation géopolitique, une telle vulnérabilité est inacceptable. Cela explique également le verrouillage extrêmement ferme de Kaliningrad, véritable bastion sur la route du Nord.

La question des populations Russes habitant dans les pays de la Baltique est également au centre des revendications de la Russie. L’immense masse d’individus ethniquement Russes est également un souci pour les Etats Baltes de culture germanique. Ils sont traités avec suspicion, comme une cinquième colonne, comme des traitres potentiels. Derrière cela, un fond de racisme anti-slave réside, avec une mise en avant des figures de la collaboration comme catalyseur. Citoyens de seconde zone, maltraités, ces russophones se tournent, par effet de miroir, vers la Russie, forment des organisations favorables à un rattachement, deviennent effectivement des agents de la Russie. Cette situation et cette trajectoire n’ont rien de novateurs, ils sont un phénomène qui s’est reproduit à plusieurs reprises dans l’Histoire.

Il est difficile de déterminer quelle est la part de sincérité de la Russie vis-à-vis des minorités au sein des pays Baltes. Véritable souci ou paravent ? Difficile à déterminer, mais il est fort probable que la vérité se trouve quelque part entre les deux.

Mais la Russie trouverait également des avantages éminents à pouvoir pressurer les pays Baltes, voir même les intégrer dans sa sphère d’influence par différentes méthodes d’intensité variables. Rompre l’isolement de Kaliningrad serait, pour Moscou, une grande avancée, lui permettant de mettre en valeur, de manière nettement plus efficace, son îlot gagné sur la Prusse-Orientale. Entouré de pays de l’OTAN, en face d’une mer hostile, l’enclave de Kaliningrad vit dans un climat de siège, dans un sentiment d’insularité.

Autre aspect essentiel, la question des terminaux pétroliers et gaziers. Pendant la guerre, les soviétiques ont été confrontés au risque de se voir coupés des apports pétroliers du Caucase. Bakou, en Azerbaïdjan avait été la cible de la IV armée, en 1942-1943. Dans le cadre d’une politique de diversification des sources d’approvisionnements, les soviétiques ont ouvert Bakou II, dans le nord de l’Oural, au Timan-Péchora et dans la plaine de Sibérie occidentale. Cette région riche en gaz et en pétrole est désormais un des poumons économiques de la Russie.

 A l’époque, l’URSS, logiquement, avait choisi de construire ses infrastructures pour qu’elles soient les plus rationnelles. Ainsi, l’exportation du gaz ne passait pas par le golfe de Finlande, victime des glaces, mais bien par les terminaux portuaires de Ventspils, de Riga, de Liepaja en Lettonie et de Klaipeda en Lituanie. Ces villes étaient alors des villes soviétiques, dont l’immense avantage était d’être libres de glace pendant la plus grande partie de l’année.

Aujourd’hui, ces villes dépendent de pays géopolitiquement hostiles. Faire pression sur les gouvernements inamicaux de ces Etats intéresse fortement la Russie, qui se verrait bien reprendre sa liberté d’exportation d’hydrocarbures. Une partie des lignes ont été remisées sur Saint-Pétersbourg, exigeant l’achat de gaziers de catégorie « glace », capable de fonctionner en hiver. Il s’agit d’un pis-aller dont la Russie se passerait bien, , d’autant que si un pétrolier est simplement un navire qu’on remplit de pétrole, un navire gazier exige des infrastructures extrêmement lourdes de liquéfaction du gaz.

Mais assujettir ces régions serait également une manière de franchir le cercle d’acier qui entoure la Russie. Or, l’occident et l’ONU ont fait usage d’un certain nombre de procédés pour tenter de contrer l’influence grandissante de la Russie. Ces procédés ont fait long feu.

D’une part car cette politique a renforcé, au final, le soutien au gouvernement, en accréditant la thèse d’une volonté occidentale d’encercler et de réduire la Russie.

De l’autre car elle a poussé la Russie à changer ses orientations économiques.

La Russie était un état rentier. Il exportait des armes, de la technologie -particulièrement militaire et spatiale- des denrées agricoles et minières, mais, surtout, du gaz et du pétrole. Un gaz et un pétrole dont les oligarques n’avaient qu’a ramasser les rentes, sans jamais investir dans le développement économique du pays. Les infrastructure et l’industrie du pays étaient en déliquescence plus ou moins complète.

L’occident, en bloquant les exportations de la Russie, pensait la contraindre, l’étrangler. Or, les sanctions économiques n’ont pas eu l’effet escompté. La Russie à souffert un temps de cette perte. Mais le choc passé, les sanctions se sont avérées un boomerang.

L’Histoire compte un bon nombre d’exemples d’échecs de ces systèmes. Privés de partenaires commerciaux chez qui ils pouvaient faire leurs achats de produits de haute technicité, ces pays ont du lancer des développements en interne, restructurer leur industrie industrialisante, recréer une base économique solide et autonome. En dernière instance, la Russie ressort renforcée de ce bras de fer. Elle a survécu au plus gros de la crise. S’il est trop tôt pour pouvoir déterminer quel est le résultat final de ces sanctions, il semble clair que la baisse du PIB enregistrée est temporaire. L’économie Russe se transforme, et s’oriente des échanges avec des partenaires privilégiés : Iran, Syrie loyaliste, Asie Centrale, Chine… en lieu et place de l’Europe. La place de la Russie, géopolitiquement, s’affermit.

Un équilibre stratégique précaire.

Stratégiquement, cependant, la Russie n’est pas en mesure de se montrer un compétiteur. Elle ne dispose pas de la capacité de projection de force de l’OTAN. La Russie n’est pas prête d’être une puissance aéronavale rivalisant avec les USA. Ni son industrie, ni son expérience ne lui permet de se placer sur la même marche du podium. Qu’il y ait alliance avec la Chine ou non, il ne paraît pas envisageable de voir un concurrent naval à Washington avant plusieurs décennies, et ce malgré les nouveautés présentées au salon de l’armement de 2014. Celle-ci promettent un accroissement des capacités aéronavales russes.

Le soft power est également nettement plus réduit que celui de ses concurrents. Certes, l’antiaméricanisme est de bon aloi en occident. Les USA sont raillés, moqués ou conspués. Mais pourtant, de manière quasiment atavique, la présence sécurisante de leur armée est réclamée. Une grande partie de la gauche elle-même est marquée par cette américanophilie en filigrane.

Elle progresse, il faut le noter. La Russie à récupéré de l’expérience soviétique certaines méthodes particulièrement efficace pour déstabiliser l’adversaire. Dès la Grande Guerre patriotique, les soviétiques sont passés maîtres dans l’art de la Maskirovka, le camouflage, la tromperie, la déception -au sens étymologique du terme, à l’opposé de « perception ». Joukov, préparant la contre-offensive de Stalingrad, avait masqué l’ampleur des préparatif par des dispositifs extrêmement sophistiqués, des leurres, des faux ordres, des clairons sonnant l’offensive de manière constante, un usage de la musique comme camouflage, mais également comme moyen de démoralisation.

Aujourd’hui, ce sont les agences de presse du Kremlin qui font ce travail. Russia Today et Sputnik, tout comme Russia Beyond the Headlines ou d’autres, sont tout autant d’agences de la Maskirovka. Il s’agit, pour les russes, de provoquer la division au sein des Etats qu’elle affronte, de susciter des tensions et des conflits, de surfer sur ceux qui existent.

Ces agences jouent sur deux aspects : une russophilie nostalgique de l’époque soviétique, nostalgique de l’URSS -particulièrement brejnévienne- qui se retrouve chez les individus liés au PCF ou aux organisations qui en sont issu. Ceux-ci ont une sympathique plus ou moins inconsciente pour la Russie et pour son gouvernement, et son empreints d’un désir de revanche contre l’occident capitaliste. Ils ne comprennent pas le changement de nature progressif de l’URSS, entre 1956 et 1991 et ne parviennent pas à tirer un trait sur la fin de l’Union Soviétique.

Les seconds sont situés à l’extrême-droite, ils sont des admirateurs de l’aspect dur, viril, ferme et traditionnaliste du pouvoir du Kremlin. L’homophobie, le repli autour de la famille, de la religion, autour de la race, tout cela leur plaît. Ils voient en Poutine un rempart contre la déliquescence de leurs valeurs, tout comme un rempart contre le « mondialisme ». Ces individus fantasment sur un rapprochement entre la France et les BRICS, dans une idée de coalition des dominés contre les dominants.

Il n’existe pas de muraille de Chine, par ailleurs, entre les deux conceptions, lesquelles s’entremêlent parfois dans une bouillie informe, mais dont les aspects majoritaires et principaux demeurent des tendances réactionnaires, négatrices de l’impérialisme français tout comme de celui de la Russie.

Sputnik, Russia Today, leur servent la soupe dont ils s’alimentent et dont ils alimentent leur propagande. Ce n’est pas un hasard, si le 20 décembre 2017, pour sa soirée de lancement, la chaîne Russia Today recevait un panel de personnalités allant de Djordje Kuzmanovic le lieutenant barbouze de Mélenchon jusqu’à Nicolas Dupont-Aignant ou François Asselineau. Ce joli monde se rassemble autour d’une même ligne : négation de l’impérialisme Russe et de celui de la France.

Ces chaînes sont des machines à Fake News capable de pouvoir déclencher des crises importantes et de brouiller les cartes. Ainsi, Sputnik avait déclaré la présence d’un porte-avion Chinois en méditerranée, clamant le début d’une intervention de l’Empire du Milieu en Syrie. Rien n’était plus faux, mais rien n’était plus difficile à vérifier sur l’instant. Le reste du temps, les prises de position réactionnaires ou fascisantes de ces journaux servent la soupe à l’extrême-droite et aux partisans de la European Race War. Ce n’est pas un hasard si les banques Russes ont financé le Front National.

Il ne fait désormais aucun doute sur l’influence qu’ont eu ces médias sur l’élection présidentielle et sur la défaite de la candidate démocrate Hilary Clinton. Donald Trump, cela sera certainement prouvé par les enquêtes et les interrogatoires, a été aidé par des agents et des hackers russes. Il a bénéficié d’un soutien logistique de la part de la Russie, laquelle a aidé à la montée au pouvoir de ce personnage particulièrement inefficace. Les USA ont fait et auraient fait de même, il s’agit là d’un juste retour des choses, mais qui révèle la puissance montante de la Russie.

Mais cela ne fais pas tout. Les budgets militaires sont invraisemblablement disproportionnés: les pays de l’OTAN ont dépensé, en 2016, 866 milliards de $ pour les questions relatives à leur défense. L’ensemble des pays de l’Organisation de Coopération de Shanghai ont, quant à eux, utilisé 364 milliards, soit moitié moins. Cependant, dix ans auparavant, le ratio était de 10 : 1 (796,7 milliards contre 85). Il s’agit donc d’une perspective particulièrement intéressante à étudier, d’autant que le budget ne fait pas tout.

Le matériel occidental est victime de la loi des rendements décroissants. Un F-15 des années 80 coûtait 31.1 millions de dollars. Un F-22 du début du XIXe siècle coûte 360 millions de dollars l’unité. Un F-35 – toujours non opérationnel – est annoncé à 299 millions de dollars l’unité, mais cette information est à prendre au conditionnel. Elle ne reflète pas non plus le coût du programme commun supérieur à 1 000 milliards de dollars. Cette hyperinflation des coûts se traduit par plusieurs choses :

·         Des avantages marginaux d’un point de vue opérationnel, malgré le fait que le F-35 soit considéré comme un « force multiplier », permettant d’accroître l’efficacité des forces combattantes dans le secteur.

·         Un vulnérabilité technologique plus élevée, induisant une usure prématurée, des pannes répétitives et une indisponibilité importante.

·         Un format militaire réduit, limitant la possibilité de manœuvre, la possibilité d’engagement dans la durée, de rotation du matérielle. Cette réduction du format rend également beaucoup plus difficilement acceptable les pertes.

·         Une perte de prestige importante en cas de destruction de l’engin pour son utilisateur, tout comme un victoire morale pour l’adversaire. L’exemple même est la destruction d’un F-117 furtif par les Serbes lors de la guerre du Kosovo.

Le matériel occidental est conçu par rapport à des idées de contraintes budgétaires. Il est fait pour durer. Les B-52 datent de la guerre du Viêt-Nam. Les M1A1/A2 datent d’avant la guerre du Golfe. A l’inverse, le matériel Russe est conçu pour la casse. Un MIG-29 doit remplir sa mission. La survie est optionnelle et la réutilisation un luxe. Il en résulte une capacité d’engagement supérieure de la part des forces de l’Est. Pourtant, cette philosophie ne signifie absence de soucis pour la survivabilité. Pour la première fois depuis les IS-3 de 1945, une rupture technologique s’est faite dans les blindés. La mise en œuvre de protections passives et actives est central dans le nouveau char de Moscou, le T-14 Aramata. Entre les munitions tueuses de roquettes, les grenades fumigènes, la tourelle télé-opérée, l’équipement futur de l’Armée Russe laisse songeur.

Il ne faut pas sur Cependant, il ne fait pas de doute quand au fait que la trajectoire des USA soit plutôt déclinante. Le poids de la dette, l’application de la loi d’Augustine sur les coûts exponentiels, la rupture d’un certain consensus post-onze septembre… de nombreux facteurs, évoqués dans  notre brochure Les USA et le monde ainsi que dans les divers articles que nous avons pu publier à la suite de l’élection de Trump permettent de s’en faire une idée.

Si la Chine est certainement l’acteur géopolitique qui émerge le plus nettement comme un facteur de poids, à terme, la Russie lui emboîte le pas. Depuis la chute de l’URSS, sous une direction qui prend de l’assurance, elle vise à reprendre une place de poids dans les relations internationales. Le modèle qu’elle suit, en revanche, ne peut qu’évoquer une Russie tsariste, luttant contre le progressisme, luttant contre les idées d’égalité sociale, luttant contre les avancées démocratiques, plus qu’une URSS-bis, ce que certains s’obstinent à voir.

Si le commerce international continue de passer par Suez ou par Panama, la route du pôle nord, ouverte par le réchauffement climatique, changera profondément les points de passage. Cette ouverture des côtes nord de la Russie est à la fois une aubaine pour elle, lui permettant de mettre en valeur cette région. L’accès au fond océanique est une source de conflits potentiels, en particulier avec le voisin d’en face, Canadien. Elle est aussi une menace, car la fonte des glaces entame une partie du front nord du Heartland, l’ouvrant aux possibilités de campagne militaire.

Notre point de vue, contrairement à ce que certains navigateurs en solitaire du léninisme ont pu écrire, est celui du constat. Nous ne sommes pas des « kollabos » de l’impérialisme américain en indiquant que la Russie possède des projets géopolitiques, et que ces projets visent à assouvir certains intérêts de sa bourgeoisie, en particulier la plus agressive. La bourgeoisie russe à oscillé un temps entre être une bourgeoisie de compradores ou une bourgeoisie impérialiste. Si les investissements bancaires russes -visés par les sanctions, par ailleurs- n’en font pas une grande puissance économique, il ne fait nul doute qu’elle a l’ambition de la devenir, ainsi que la volonté politique.

Communistes, nous sommes hostiles aux provocations militaires de l’occident contre la Russie, tout comme nous sommes hostiles à toute provocation militaire en général. Mais nous ne pouvons tracer une équivalence URSS – Russie, alors que, déjà, nous ne traçons pas une équivalence entre URSS jusqu’à 1956 et URSS de 1956 à 1991.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *