Italie, populisme et faillite de sa forme « de gauche » – partie 2

Italie, populisme et faillite de sa forme « de gauche »

partie 2 :Une alliance révélatrice

E.Vertuis

L’accord signé entre les deux organisations à mis mal à l’aise plus d’un observateur. Le mouvement des 5 étoiles, se voulant un mouvement de démocratie directe, autour de cinq valeurs : “eau, à l’environnement, aux transports, (…) développement et (…) énergie”. Thématiques qui évoquent le progressisme, sur le papier. Sur le papier, car dans les faits, l’intérêt porté à des thématiques et des sujets de détermine pas la manière dont ils seront traités, et surtout le contenu politique de ce traitement. Comme tous les mouvements populistes, le mouvement des 5 étoiles ne le fait jamais clairement. Il ne détermine pas de position précise, pour conserver sa possibilité d’avoir la base la plus large -même si elle est contradictoire- et ainsi gagner en influence. Seulement le flou, en idéologie comme en politique, profite systématiquement aux tendances les plus libérales et les plus droitières. L’absence de physionomie politique signifie une illusion de démocratie, mais en pratique l’opportunisme et la conciliation avec les réactionnaires.

C’est là la faillite du populisme depuis ses origines. Le mouvement russe des narodnichestvo, à la fin du XIXème siècle peut être considéré comme un des ancêtres du populisme. Dans les faits, sa thèse était celle d’une « croisade vers le peuple », dont le but était de réaliser les souhaits des larges masses populaires. Déja, à ce moment là, ce mouvement non-marxiste était périmé dans sa conception théorique tout comme dans son moyen politique d’organisation. Ce mouvement s’est d’ailleurs scindé en deux branches, l’une qui s’est engagée dans la voie du terrorisme individuel, l’autre dans le réformisme. Les deux branches ont pris des voies qui étaient des impasses stratégiques, mais qui révèlent une tendance de gauche aventuriste et une tendance de droite opportuniste.

Dans un sens, cette dualité existe toujours au sein des organisations non-marxistes. Les organisations libertaires sont quelque part les héritières de ce passé, dans leur volonté de « réaliser les souhaits des masses » sans prendre en compte les questions clivantes en leur sein, en voulant ne jamais faire « d’oppression » au point de pouvoir tout tolérer, dans la mesure où cela participe à l’épanouissement individuel. Elles ont un caractère d’aventurisme, mais un fond qui demeure libertaire et de facto, bien que la bonne volonté et les bonnes intentions de leurs adhérents ne soient pas à mettre en doute, un contenu libéral. Leur volonté est sincères, mais leur méthode de raisonnement, partant de principes pour aller vers la réalité concrète, et non de la réalité concrète pour déterminer une stratégie, les conduit dans une gestion des questions politiques sans autres angles que celui de la tactique. Cependant on ne saurait les dire « populistes » au sens actuel du terme.

Populisme, aujourd’hui, a pris un sens nouveau. Un sens ambivalent, à la fois relié à l’extrême droite tout comme à certains groupes « de gauche ». D’une part le terme est devenu péjoratif, personne ou presque ne se revendique « populiste », mais sa définition elle même a changé. Le dictionnaire en ligne « la toupie » le définit ainsi : « En politique, le populisme désigne l’idéologie ou l’attitude de certains mouvements politiques qui se réfèrent au peuple pour l’opposer à l’élite des gouvernants, au grand capital, aux privilégiés ou à toute minorité ayant « accaparé » le pouvoir… accusés de trahir égoïstement les intérêts du plus grand nombre. Pour les « populistes », la démocratie représentative fonctionne mal et ne tient pas ses promesses. Prônant une démocratie plus directe, ils ont donc pour objectif de « rendre le pouvoir au peuple ». »

Derrière ce terme, un grand nombre d’organisations se retrouvent. Ce qui les unifie derrière un patrimoine génétique commun, c’est leur analyse déformée des rapports sociaux, où une nébuleuse « le peuple » s’oppose à une autre nébuleuse « l’élite », « l’establishment » …etc. Si l’apparence est louable, le font est nettement plus pervers. « Peuple », n’y a t’il pas de terme qui soit plus flou, plus vague, sans contenu de classe, sans conception des contradictions au sein de la société et de la place dans l’appareil de production capitaliste ?

Ce qui démarque le populisme du marxisme, au delà de l’analyse, c’est que le second a vocation a combattre les conceptions rétrogrades, les conceptions réactionnaires, les erreurs qui se trouvent dans les raisonnements que peuvent avoir les masses. Elle reconnaît le fait que l’idéologie dominante, donc les idées dominantes, sont celles des classes dominantes, soit celles de la bourgeoisie. De plus, les organisations communistes combattent dans le but de transformer les rapports sociaux -dont principalement les rapports de production, de rapports capitalistes en rapports socialistes. Il ne s’agit pas pour autant de surimposer une volonté extérieure par la force, mais bien de soutenir les idées justes qui préexistent au sein des masses, de leur permettre de s’affirmer et de devenir hégémoniques.

Le but des populistes, quant à lui, est justement d’aduler les pensées dominantes au sein des masses, de les flatter, de les exacerber. Il s’agit non pas de transformer les rapports e production, les rapports sociaux, de faire évoluer les pensées, mais simplement de « réaliser les rêves » du « peuple ». Dès lors, il s’agit de parler avec « bon sens », de dire ce que le « peuple » veut entendre. Les exploités et exploitées trouvent le système économique injuste, il suffit de se proclamer « anti-système » et de pointer du doigt les travers évident que celui-ci peut avoir, en promettant de le changer. Les impôts sont haïs ? Ils seront baissés… La démagogie est le fond de commerce du populisme. Elle est également sa faille la plus profonde.

Les réactionnaires ont trouvé dans le populisme une manière de pouvoir avancer leurs thèses. Il suffit de flatter ce qu’il y a de plus réactionnaire dans la société pour engranger des voix. Pour échapper au classement dans l’échiquier politique, les populistes ont fait le choix de se déclarer « ni de droite, ni de gauche », mais présentent des conceptions transcendantales : la nation, le peuple… Il n’est pas même nécessaire de rechercher la cohérence, car celle-ci est contre-productive dans la course au pouvoir. Il s’agit par ailleurs de détourner la colère ou le sentiment d’injustice que peuvent connaître ceux qui subissent l’exploitation -tout comme même la petite bourgeoisie qui se sent menacée par la grande ou par la concurrence- et de le détourner vers d’autres parties des exploités et exploitées. Ainsi, la question de l’immigration est utilisée comme épouvantail constant. L’argument de l’existence de « parasites » qui drainent les finances des contribuables d’un côté, et qui prennent les emplois de l’autre est pourtant on-ne-peut-plus-creux. Mais en surinfectant une xénophobie atavique, viscérale, il est tout à fait possible d’y greffer le racisme. Les sirènes de la démagogie sont séduisantes, mais ne mènent qu’a l’arrivée au pouvoir des laquais des franges de la bourgeoisie les plus réactionnaires et les plus chauvines.

Si l’extrême-droite utilise beaucoup la démagogie, elle n’en a pas le monopole. Une partie de la gauche s’en est également emparée, dans le but, là aussi, de se hisser vers les hautes sphères de la politique et vers les lieux de pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *