Mélenchon, Entre l’absentéisme, la métapolitique et l’impérialisme.

Cela fait déjà quelques années que les zélateurs de Mélenchon nous rebattent les oreilles des prétendus exploits de leur leader. Il serait, en somme, la réincarnation de tous les grands leaders révolutionnaires, leur synthèse la plus poussée. 
 

Etrangement, ces adeptes du culte de Mélenchon copient certains de travers les plus déplaisants du personnage, dont une agressivité à outrance, camouflant mal un manque d'assurance idéologique. Car il existe des zones d'ombres terribles autour du personnage. 
Nous souhaitons ouvrir un début d'explication avec ceux qui s'alignent sur ses déclarations, qui citent ses ouvrages comme un nouvel évangile. Un début d'explication qui, nous en sommes certains, nous sera bénéfique à tous et toutes.

Par exemple, pourquoi existe-il si peu d'écho des déclarations de Mélenchon au Parlement Européen ? Parce qu'il n'y en a qu'une d'orale. Toutes les autres sont des notes écrites, griffonnées, et remises en séance pour faire gonfler les chiffres d'activité.

Ainsi, le journal Le Monde écrivait le 16 avril 2014,
"Jean-Luc Mélenchon siège dans plusieurs commissions. Il est notamment le 4e vice-président de la Commission des affaires étrangères de l’UE, qui n’est pas la plus marginale.

Nous avons examiné l'intégralité des procès-verbaux de présence qui figurent sur le site de cette commission. Elle s'est réunie au total 33 fois en un an, à un rythme quasi hebdomadaire.

M. Mélenchon n'a été présent à aucune de ces réunions. Il n' a donc tout simplement jamais siégé en commission durant l'année écoulée."
"Mais comment M. Mélenchon peut-il être aussi actif durant les séances et avoir un si mauvais classements aux votes ? C’est très simple : grâce à l’article 170 du règlement du Parlement européen. Voici ce qu’il prévoit :

« Lorsque la discussion générale est achevée, chaque député peut émettre, sur le vote final, une déclaration orale qui ne peut excéder une minute, ou une déclaration écrite de 200 mots au maximum, laquelle est reprise dans le compte rendu in extenso des séances. Lorsqu'une proposition d'acte législatif ou un rapport sont inscrits à l'ordre du jour du Parlement conformément à l'article 138, les députés peuvent donner des explications de vote par écrit, conformément au paragraphe 1.

Les explications de vote, orales ou écrites, doivent avoir un lien direct avec le texte qui fait l'objet du vote. »

En clair, chaque eurodéputé a la possibilité de déposer une déclaration écrite courte à propos des votes, expliquant sa position, et qui sera inscrite au procès-verbal de séance. Et les données du Parlement européen ne distinguent pas entre intervention orale et écrite."

Voilà un regard sur l'activité de M. Mélenchon au Parlement. En place et lieu de faire amende honorable, notre ami nie et calomnie ceux qui le prenne en défaut.

Plutôt que de tenter d'importer des "memes" maladroits tels que "can't stenpchon the Melenchon", reprise malhabile de "Can't stump the Trump", ses militants seraient plus avisés d'expliquer certains mystères dans les positions du candidat.

Actuellement, nous préparons une critique de "l'ère du peuple", le dernier pamphlet de l'ancien membre de l'OCI [Organisation Communiste Internationaliste], ouvrage particulièrement illustratif sur les positions politiques sociale-chauvines de l'auteur.

Les militants de JLM seraient ainsi bien avisés d'expliquer cette pratique particulièrement aigue du crétinisme parlementaire.

Mais ils seraient aussi bien avisés d'expliquer certaines thèses curieuses de la part de leur leader, notamment ces positions plus qu'ambivalentes sur l'impérialisme français.

Résultats de recherche d'images pour « l'ère du peuple »

Ils et elles seraient ainsi bien avisés de nous expliquer certains passages de son ouvrage:

"Dès lors, quel crève-coeur de voir la France rabougrie ! À cette heure notre République devrait se  dresser de toute la hauteur de son peuple sur la scène du monde. Elle ne devrait pas être enfermée dans la servile allégeance aux États-Unis d’Amérique et à leur dangereuse politique impériale. Elle ne devrait pas être cette pauvre chose ballottée par les événements, tenue en laisse par Mme Merkel." Voilà une France dominée et battue qui n'est pas conforme à la réalité de l'impérialisme français. Et encore, notre héros exige un sursaut de sa part !

"Elle ne devrait pas vivre dans la gêne et sous le fouet d’une poignée de déclinistes payés pour la démoraliser et la faire douter d’elle. Au contraire elle devrait marcher aux avant-postes du nouvel âge de l’humanité qui se dessine sous nos yeux, être la cheville ouvrière d’une nouvelle alliance des peuples."  Cette nouvelle alliance des peuples, M. Mélenchon ne la voit que comme sous l'ombre du drapeau tricolore, sous la même bannière qui a ensanglanté l'Afrique et l'Asie, qui l'ensanglante toujours, qui l'étrangle, qui l'étouffe. Mais rien de cela ne transparait, n'est-ce-pas, puisque "la France" s'humilie et se soumet à l'OTAN et aux Allemands.

Où sont les bases de l'OTAN dans l'Etat Français, M. Mélenchon ? Où sont les M1A1 américains ? Où sont les troupes d'occupation que vous pensez voir à chaque coin de rue ? Dassault, Nexter, Areva, Total, sont elles des firmes du complexe militaro-industriel US ?

Certes il est écrit: " Et même qu’il partagerait les chars Leclerc avec une famille de capitalistes allemands ?" Une horreur sans commune mesure. Nous sacrifierions notre patrimoine militaire au profit d'autres Etats. La fusion de Rheinmetall-Borsig et de Nexter pourrait-elle inquiéter M. Mélenchon ? Pourtant, d'après lui ne serions nous pas déjà une pauvre nation dominée ?

Les militants et militantes de M. Mélenchon pourraient ils expliquer ceci ?

Autre exemple. En Europe. Récemment la réunification de l’Allemagne en 1990 lui a donné la première population. Sa prééminence s’exerce au profit de cette part de la population nantie mais vieillissante : c’est la clientèle essentielle du parti de Mme Merkel.

Mais la démographie allemande est déclinante. D’ici peu les Français seront les plus nombreux.

 Une force.

 La servilité de François Hollande face à Mme Merkel, qui lui impose une politique de l’euro fort et de restriction de la dépense publique, n’empêchera pas l’heure de vérité d’arriver. La loi du nombre fera son œuvre. Comment pouvons nous interpréter cela ? Comment ne pas comprendre qu'il ne s'agit que de la thèse d'un individu hypnotisé par la phobie de l'Allemagne, qu'il insulte copieusement, comme quelqu'un d'obnubilé par la rivalité impérialiste, et qu'il ne traite pas en internationaliste, mais bien en social-chauvin, en agent et en promoteur de son propre impérialisme.

 

Pourraient-ils, pourraient-elles expliquer les joies morbides de leur héraut, qui se gargarise de la grandeur impériale de la France -bien qu'il la nie-

"Et avec 11 millions de kilomètres carrés, il dispose du deuxième territoire maritime du monde, juste derrière les États-Unis d’Amérique ! Cet espace représente plus de 16 fois notre territoire terrestre. La France continentale étale mille kilomètres de côtes. Mais 97 %  territoire maritime se situe dans les pays d’outre-mer si souvent regardés de haut ou délaissés par d’ignorants prétentieux.

Je suis consterné par l’indifférence qui règne face au potentiel que cette situation contient. La France a le quarante et unième territoire terrestre du monde. Mais en l’additionnant à son espace maritime, notre pays est un géant. Le sixième du monde, juste derrière le Brésil mais devant la Chine ou l’Inde ! Ce territoire s’est encore accru de 10%   dans les années 2000 sans tirer un coup de fusil. Cela parce que notre pays a pu remettre à temps à l’ONU les preuves scientifiques de la continuité physique des nouveaux territoires maritimes connus avec ceux déjà attribués aux Français !

Dès lors, sur cette nouvelle mappemonde, la France n’est pas la petite nation « occidentale » qu’a fait d’elle François Hollande en s’intégrant servilement aux politiques de l’empire nord-américain. C’est une puissance à vocation universaliste, présente sur les cinq continents dans leur contexte maritime. Mais la présidence actuelle ne connaît rien au sujet et ne s’y intéresse pas."

"En ce sens c’est une « nation universaliste ». La France l’est d’une  façon très physique. Elle est présente sur les cinq continents. Sa plus longue frontière est avec le Brésil, ce que l’on oublie car on néglige l’existence de l’immense et magnifique Guyane française." -Et vive l'Empire !-

Autant de questions auquel nous ne pouvons pas ne pas exiger de réponse. La question de l'impérialisme n'est pas qu'une question de principe, elle est un fossé entre le camp du peuple et son ennemi. Elle est un fossé insondable entre les serviteurs de la bourgeoisie et ceux du prolétariat.

Chaque fois qu'on promet monts et merveilles aux habitants "de France", mais qu'on omet que cela provient de la surexploitation des néo-colonies, que cela provient du sang et de la guerre, on agit en social-chauvin.

Chaque fois qu'on omet de parler de combattre cet impérialisme, on se comporte comme son valet de chambre. Chaque fois qu'on nie le caractère criminel et terroriste de l'occupation militaire que notre pays fait subir, on soutient ces opérations.

Nous ne considérons pas Mélenchon comme étant dans notre camp. Si une partie des masses tend l'oreille à son discours social, cela n'est pas une mauvaise chose en soi, en effet. Mais nous ne sommes pas dans un environnement d'école, il ne s'agit pas d'avoir 10/20 en terme de niveau social pour être du bon coté. Etre un agent de l'impérialisme français, qu'on soit social comme M. Mélenchon, ou libéral, cela reste le fait d'agir pour la bourgeoisie française, pour son emprise criminelle sur le Monde. Avant de regarder outre-Rhin et outre-Atlantique, balayons devant notre porte !

L'Impérialisme français est l'ennemi N°1 des masses de l'Etat Français. Il est son premier bourreau, et notre première cible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *