L’Unité Communiste de Lyon est-elle réformiste ? Une réponse à la secte PCF(mlm) – première partie.

L’Unité Communiste de Lyon est-elle réformiste ?

 Une réponse à la secte PCF(mlm)

Une première approche.

Dernièrement, la secte dénommée « Les Matérialistes », a publié un communiqué concernant la situation en Corée du Nord. Ce communiqué, inscrit dans une catégorie nommée « vers la guerre », est marqué par plusieurs éléments typiques, presque traditionnels, de ce groupuscule a l’existence presqu’intégralement virtuelle.

Ce communiqué -mais il est loin d’être le seul, ni le premier dans ce style- n’est conçu que autour d’un seul axe : attaquer une organisation. C’est son seul et unique objectif, celui de salir la réputation d’un groupe politique, et l’accusant sans preuves, sans citations.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas « Les Matérialistes », auparavant PCMLM [Parti Communiste Marxiste-Léniniste-Maoïste], désormais PCF(mlm) [Parti Communiste de France marxiste-léniniste-maoïste], il est important de faire un bref rappel.

Beaucoup ont eu l’occasion d’atterrir, un jour, sur leur site. Il est particulièrement bien nourri, regorge d’articles et -nous devons l’admettre- fournit également une quantité de documents numérisés particulièrement importante. De ce point de vue là, il s’agit de ressources inestimables, qui sont par ailleurs régulièrement consultées par de nombreux militants et militantes. C’est un fait que nous ne pouvons occulter.

Mais, une fois rendu à César ce qui revient à César, quant vient l’heure de parler de politique, de parler concrètement de pratique, le ton change. Cette organisation s’est fait, d’ailleurs, une véritable spécialité d’étiqueter chacun de ses détracteurs comme étant, sans exceptions, ou presque, des fascistes. Chacun, à son tour, se voit attribué cet insigne honneur.

 Comme une forme de bizutage, chaque organisation communiste de l’Etat français, lorsqu’elle arrive à un certain degré de notoriété, se découvre un jour attaquée par le « PCF(mlm) ». Nous ne pouvons qu’éprouver une certaine fierté dans le fait que cette grande étape, celle d’être -plus ou moins clairement- assimilé comme étant des fascistes par eux, arrive si tôt. Nous les en remercions.

Nous savons apprécier les couronnes que nous tressent nos adversaires et nos ennemis. Même les épines les plus acérées sont comme les lauriers de la gloire lorsqu’elles proviennent de groupes de ce genre.

Nous, de notre plume, leur retournons donc la politesse.

Sommes nous des acharnés, à vouloir faire cela ? Nous répondrons à la toute fin.

S’agit-il de polémiquer avec le « PCF(mlm) » ? Non. Non, car polémiquer induit un débat, le sous-entend. Or, il est, par définition, impossible de débattre avec une secte. Recroquevillée sur une foi, sur un dogme, la secte ne peut que parer les coups, que riposter et mordre, mais ne peut pas débattre. Elle exploserait immédiatement.

Or, pour le « PCF(mlm) », la revendication de l’héritage maoïste est dévoyée, lessivée, vidée de son contenu. De guide pour l’action, le maoïsme devient une référence religieuse, il est utilisé comme le ferait une inquisition, pour attaquer, mais jamais pour bâtir. Qu’on-t-il jamais bâti, ces individus ? Un parti de poussières autoproclamé.

Non, nous ne polémiquerons pas. Mais nous ripostons, car nous n’acceptons pas les accusations, car nous n’acceptons pas la souillures. Nous répondons pour exposer, au vu et au su de tous nos lecteurs, la farce qu’est cette secte.

Dans le communiqué incriminé, nous nous devons de souligner deux aspects essentiels : d’une part la méthode d’attaque terroriste et par l’insinuation, d’autre par le fait que ce communiqué noie le poisson et évite intégralement de prendre position, confirmant son origine génétique : une bête conçue pour nous mordre, rien de plus.

« Ainsi, voilà ce que nous trouvons : Il n’y a, ici, du point de vue maoïste, rien à sauver. Il faut avoir le romantisme le plus délirant d’Alain Soral ou Dieudonné pour y voir des vertus (ils y seront d’ici quelques jours pour un voyage organisé), et il est vrai qu’un tel « anti-impérialisme » totalement national-révolutionnaire se retrouve également chez des gens se voulant de gauche (comme « Unité Communiste de Lyon » et autres révisionnistes et réformistes du genre). » (7 septembre 2017)

Ce communiqué réussit donc le tour de force de nous citer dans le même paragraphe que Dieudonné et Alain Soral. Nous pensons que nos positions relatives à la question du fascisme et de l’impérialisme français sont claires et nettes. Il aurait été de bon ton de citer notre communiqué au titre de preuve, pour en extraire les parties incriminées. Mais peut-être est-ce déjà trop demander ? Et cela aurait nuit à la manœuvre.

Cette insinuation, qui fleure bon l’accusations sous-jacente d’antisémitisme, est d’autant plus savoureuse qu’elle prête le flanc à la contre attaque. Car, bien que cela soit en filigrane, il est possible, de déduire que Israël possède une place particulière dans le cœur de cette organisation. Il est tout à fait possible de consulter la page Mit naganes in di hent – Culture juive et antisémitisme pour s’en rendre compte.

Par ailleurs, un bref regard sur les positions du PCF(mlm) et de ses formes précédentes est éloquent. Depuis 2006, les positionnements sur le soutien à la Palestine ont peu à peu disparu, pour faire place à une critique en règle -ou plutôt un bombardement- des positions des organisations palestiniennes et des soutiens à cette cause. Chaque manifestation contre l’impérialisme israélien est traitée avec une suspicion de « fascisme » et d’antisémitisme telle qu’elle justifie, in fine, le soutien à la seule « démocratie » du Moyen-Orient.

Nous sommes taxés d’être des « nationaux-révolutionnaires » ou d’autres sornettes de ce genre. Soit. Nous ne comprenons pas ce que cela signifie, mais il est évident que, sous les doigts des rédacteurs du communiqué qui nous attaquait, cela n’avait probablement pas valeur de compliment.

Le communiqué enchaîne les attaques sur le fait que nous soyons des « révisionnistes et des réformistes », sans jamais citer quels passages de nos textes, pourtant très aisément disponibles, leur permettent de parvenir à ce constat. Au sein de notre communiqué relatif à la Corée du Nord, effectivement, nous ne développons pas de positions révolutionnaires, le communiqué ayant volonté à dénoncer une escalade militaire entre blocs géopolitiques antagoniques. A dénoncer cette escalade et à dénoncer la campagne de propagande comparant le régime de Pyongyang à un régime génocidaire et fou.

L’attaque contre le communiqué que nous avons publié sur la Corée n’est qu’un prétexte.

Nous ne doutons pas que ce cache derrière quelques rancœurs. Probablement les critiques -citées pour le coup- concernant certaines des positions développées au fil des différents communiqués de cette secte.

Lorsque les policiers ont manifesté pour réclamer de meilleurs moyens de maintenir l’ordre bourgeois et de commettre des meurtres impunément, nous les avons effectivement attaqués, tout comme Lutte Ouvrière. Lorsqu’ils ont exigé un musée de « l’esprit Charlie », nous n’avons pu même contenir certains rires, tant la déclaration ne pouvait prêter qu’à cela.

Pour mémoire, le 22 octobre 2016, dans un article intitulé « A propos du mouvement des policiers et du rôle de la police » voici ce que nous retrouvons comme diatribes : « Depuis mai 68, où il n’y a pas eu de morts, aux manifestations contre la Loi Travail, où la police a servi littéralement de punching-ball aux anarchistes, il y a une continuité [dans la désescalade de la violence] très subtile [trop, probablement] menée par la direction policière, tout à fait dans l’esprit républicain – franc-maçonnerie.

Cela ne signifie bien sûr pas qu’il n’y a pas de la casse, avec un prix humain certain, comme Malik Oussekine ou Rémi Fraysse, mort il y a deux ans. Toutefois, la police ne torture pas, ne tabasse pas, ne tire pas : les violences se passent à la marge des normes. [C’est nous qui le soulignons]

Quant à la situation dans les cités, seule la petite-bourgeoisie radicalisée peut tenter de prétendre que c’est là une généralité, alors que cela se passe totalement aux marges de la société française et, qui plus est, avec une présence importante des mafias.« 

En pleine mobilisation réactionnaire, partageant, pour le coup, des positions similaires avec Lutte Ouvrière, voilà ce que disaient les laquais de la police que sont « les Matérialistes » : « La police comme tradition, comme courant de pensée, n’existe plus ; la police est désormais un organe de répression peuplé non plus de volontaires choisissant une appartenance idéologique et culturelle, mais d’individus tentant une carrière comme une autre. (…)

Tout policier sait par exemple que les deals de drogues ne sont en France pas réellement inquiétés ; cette contradiction entre leur rôle officiel et la réalité saute aux yeux. Les situations de ce type étant tout à fait nombreuses, les malaises sont très grands chez les policiers.

Ceux-ci tendent, de par le poids idéologique de la réaction, à l’extrême-droite, mais une minorité en tire un point de vue républicain social tout à fait antifasciste.

Pour cette raison, il est idiot de mener campagne contre les « violences policières » [également, nous le soulignons], de protester devant des commissariats et autres activités petites-bourgeoises en quête d’une police neutre. » (19 mai 2016)

L’article, dans son intégralité, serait à citer. Il est un monument, une Joconde de bêtise et de fanatisme à la Duterte : tuer les dealers et faire respecter l’ordre, voilà le sens profond de ces articles. L’application du slogan trotskiste du « policier étant un travailleur sous l’uniforme » est poussée jusqu’au bout. La dénaturation du marxisme est totale. Le PCF(mlm) réussit le tour de force de se faire le suppôt de la police, quitte à l’exempter de tous les crimes. Ainsi le 12 février 2017, en pleine affaire Théo, la secte ose : « Le premier aspect [du crime commit], c’est bien sûr la nature de la violence policière et son contexte précis, qui tous deux sont tout à fait bien circonscrits.

En effet, il ne s’agit pas de la Police nationale en générale, mais d’une unité militarisée, la « Brigade Spécialisée de Terrain ». » Nous sommes rassurés. Nous sommes sûrs et certains que les victimes des violences policières sauront apprécier.

Mais le « PCF(mlm) » tente de se raccrocher à la gauche en écrivant : « Tout le monde aimerait, en réalité, disposer d’une police au service réel du peuple. Cela ne sera cependant possible que dans une démocratie populaire. » Probablement que oui. Mais un océan sépare ces deux situations, un océan dans lequel les auteurs de ce torchon se noient. Un jour, la police, l’Etat, l’armée seront populaire. Mais, comme des alchimistes, les pseudo-matérialistes pensent que le plomb de la police bourgeoise peut se transmuter directement en or de la police prolétarienne, au service des masses. D’une part c’est un tour de passe-passe, l’URSS ou la Chine faisant usage de milice, non de police, d’autre part cela revient, bel et bien, à escamoter la nature de classe des institutions.

Police, Etat…. Ne mutent pas. Les institutions de la dictature du prolétariat ne sont pas les mêmes que celles de la bourgeoisie. Elles naissent du démantèlement de l’ancien monde, sont d’un autre bois, d’une autre chair, d’une autre nature de classe, du fait de leur contenu politique.

Il faut ne pas avoir fréquenté les quartiers populaires, ne pas avoir fréquenté les manifestations, ne jamais sortir de chez soi et ne jamais quitter sa gated-community pour voir les choses ainsi. Il faut dire que, hormis le 11 janvier 2015, où ils sont sortis fanfaronner au milieu de la multitude « je suis Charlie », la présence du PCF(mlm) ou de ses ramifications, dans les manifestations, tient purement et simplement du domaine du mirage.

Les adulateurs de Renaud que sont le « PCF(mlm) » peuvent claironner autant qu’ils veulent, ils agissent en idéalistes et essaient de déformer la réalité pour la faire coller à leurs désirs et à leurs fantasmes. Ecraser les dealers, écraser les « communautarismes », fantasmer sur les mafias. Cela rejette, in fine, les Matérialistes dans une position de soutien à l’Etat bourgeois et aux forces de l’ordre. Ils peuvent, eux aussi, revendiquer une palme du crypto-fascisme.

Comment ne pas attaquer un positionnement aussi réactionnaire ?

Et pourtant ! Ils parviennent à faire plus fort encore, quant à leur posture vis-à-vis d’Emmanuel Macron, lors de son élection. Ils parviennent à se vautrer davantage dans l’opportunisme, dans la collaboration de classe, dans le fait de devenir un paillasson de la bourgeoisie.

La suite sera publiée demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *