La police manifeste.

Chose rare, la police manifeste. Armée, équipée, de nuit, elle lance des manifestations sauvages. Pourquoi ? Parce qu'elle se sent haïe.

Ce soir, la police manifestera à Lyon, à la suite d'une altercation à Vénissieux.

Il n'est pas surprenant que les policiers et les policières aient confusément conscience du fait que leur rôle est celui de gardiens de la bourgeoisie et de l'exploitation pacifique des travailleurs et des travailleuses. Il n'est pas non plus surprenant qu'ils aient conscience de la haine que leur voue les classes populaires, qu'ils répriment sans remords, tout en étant méprisés également par la bourgeoisie.

Cependant, contrairement a certains qui se ruent sur l'aubaine pour saluer leur "frères et soeurs sous l'uniforme", qui souhaitent une renaissance de l'unité "Charlie", nous regardons les choses avec recul.

Qu'il puisse y avoir, dans les rangs de la police, quelques idéalistes authentiquement persuadés d’œuvrer pour le "bien", nous n'en doutons pas. Cependant, ils ne restent guère, dégoûtés de la réalité de leurs tâches, ou sombrent dans la dépression, le cynisme, voire le suicide.

Mais l'institution, elle-même, n'est née que pour maintenir par la force l'ordre bourgeois. Marx les appelait les détachements spéciaux de la bourgeoisies, ses détachements terroristes.

C'est d'ailleurs pour cela que les policiers et les policières se sont mobilisés cette nuit.

Leur discours n'était pas pour un sou un discours de fraternité avec le peuple, ce n'était pas un "nous sommes dans le même camp", non. Au contraire, c'était un appel à plus de moyens pour écraser les masses. Un appel à plus de mobilisation, plus de liberté d'action pour continuer leur mission d'oppression contre le peuple.

A ceux qui saluent et embrassent ces manifestations, nous leur répondrons qu'ils embrassent des mots d'ordres réactionnaires, sécuritaires, visant à caporaliser la société.

Les réactionnaires de tout poil se sont engouffrés dans la brèche, pour offrir les promesses les plus mirobolantes aux forces de l'ordre, prêts à tout pour vomir des messages réactionnaires, stupides et -qui plus est- hypocrites.

Le père Sarkozy multipliant les caresses, alors que le fils est lui-même en conflit avec la police est un exemple.

Que la police soit démoralisée et épuisée est une bonne et non une mauvaise chose. Nous ne souhaitons pas une police bourgeoise heureuse. Nous souhaitons se démoralisation et sa désorganisation, laquelle ouvre la voie à des victoires pour les masses populaires !

Tant que la police bourgeoise sera puissante, l'ordre bourgeois le sera également.

 

 

15 pensées sur “La police manifeste.

  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Le fait d’une police non-judiciarisé est, me semble-t-il, complètement illusoire. A part un enfant de 4 ans, personne ne se soumet à la loi commune sans force légitime de l’état, quel que soit le régime politique.
    La Police chinoise est-elle le modèle dont vous parlez ?

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    C’est une question pertinente.
    En régime bourgeois, la police -bourgeoisie logiquement- est un outil utilisé par la bourgeoisie pour opprimer le peuple. Cependant cela signifie t’il qu’un Etat prolétarien abolisse toute police ? Non.
    Dans les expériences des pays socialistes, la police au sens ou nous l’entendons, forces spéciales armées détachées du peuple, avait été supprimée. Elle était remplacée d’une part par une milice qui assurait la sécurité basique, et qui entretenait des rapports non-judiciarisés avec la population (en gros si tu fais une connerie, on t’engueule mais tu n’est pas soumis forcément à une amende), issue et formée par des membres du peuple, lesquels ne font pas cela à plein temps, mais exercent en parallèle d’autres activités.
    Egalement une police de spécialiste, police criminelle, chargée d’enquêter sur les crimes ou sur les délits graves, et composée -logiquement- de spécialistes formés aux méthodes d’investigation.
    Nous ne sommes pas des idéalistes et nous savons que tant que des contradictions de classe existent, les crimes crapuleux aussi. Tant que des contradictions existent entre les individus, il existera une tendance à l’entropie et à la friction, donc fatalement, il existera la nescessité de médiateurs chargés de résoudre positivement -dans l’idéal – les conflits.
    Cependant, l’expérience démontre que le taux de criminalité s’est mécaniquement réduit dans les pays socialistes, du fait justement de la résolution de certaines contradicti

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Ok si je vous comprend bien la police est l’ennemi du peuple et ne sert à rien à part défendre la bourgeoisie.
    Cela me semble simpliste.
    En effet, connaissez vous une seule société ou un seul pays sans Police, ou force de sécurité ?
    (quel pays, quel époque, etc etc)

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Le fait d’une police non-judiciarisé est, me semble-t-il, complètement illusoire. A part un enfant de 4 ans, personne ne se soumet à la loi commune sans force légitime de l’état, quel que soit le régime politique.
    La Police chinoise est-elle le modèle dont vous parlez ?

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    C’est une question pertinente.
    En régime bourgeois, la police -bourgeoisie logiquement- est un outil utilisé par la bourgeoisie pour opprimer le peuple. Cependant cela signifie t’il qu’un Etat prolétarien abolisse toute police ? Non.
    Dans les expériences des pays socialistes, la police au sens ou nous l’entendons, forces spéciales armées détachées du peuple, avait été supprimée. Elle était remplacée d’une part par une milice qui assurait la sécurité basique, et qui entretenait des rapports non-judiciarisés avec la population (en gros si tu fais une connerie, on t’engueule mais tu n’est pas soumis forcément à une amende), issue et formée par des membres du peuple, lesquels ne font pas cela à plein temps, mais exercent en parallèle d’autres activités.
    Egalement une police de spécialiste, police criminelle, chargée d’enquêter sur les crimes ou sur les délits graves, et composée -logiquement- de spécialistes formés aux méthodes d’investigation.
    Nous ne sommes pas des idéalistes et nous savons que tant que des contradictions de classe existent, les crimes crapuleux aussi. Tant que des contradictions existent entre les individus, il existera une tendance à l’entropie et à la friction, donc fatalement, il existera la nescessité de médiateurs chargés de résoudre positivement -dans l’idéal – les conflits.
    Cependant, l’expérience démontre que le taux de criminalité s’est mécaniquement réduit dans les pays socialistes, du fait justement de la résolution de certaines contradicti

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Ok si je vous comprend bien la police est l’ennemi du peuple et ne sert à rien à part défendre la bourgeoisie.
    Cela me semble simpliste.
    En effet, connaissez vous une seule société ou un seul pays sans Police, ou force de sécurité ?
    (quel pays, quel époque, etc etc)

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Le fait d’une police non-judiciarisé est, me semble-t-il, complètement illusoire. A part un enfant de 4 ans, personne ne se soumet à la loi commune sans force légitime de l’état, quel que soit le régime politique.
    La Police chinoise est-elle le modèle dont vous parlez ?

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    C’est une question pertinente.
    En régime bourgeois, la police -bourgeoisie logiquement- est un outil utilisé par la bourgeoisie pour opprimer le peuple. Cependant cela signifie t’il qu’un Etat prolétarien abolisse toute police ? Non.
    Dans les expériences des pays socialistes, la police au sens ou nous l’entendons, forces spéciales armées détachées du peuple, avait été supprimée. Elle était remplacée d’une part par une milice qui assurait la sécurité basique, et qui entretenait des rapports non-judiciarisés avec la population (en gros si tu fais une connerie, on t’engueule mais tu n’est pas soumis forcément à une amende), issue et formée par des membres du peuple, lesquels ne font pas cela à plein temps, mais exercent en parallèle d’autres activités.
    Egalement une police de spécialiste, police criminelle, chargée d’enquêter sur les crimes ou sur les délits graves, et composée -logiquement- de spécialistes formés aux méthodes d’investigation.
    Nous ne sommes pas des idéalistes et nous savons que tant que des contradictions de classe existent, les crimes crapuleux aussi. Tant que des contradictions existent entre les individus, il existera une tendance à l’entropie et à la friction, donc fatalement, il existera la nescessité de médiateurs chargés de résoudre positivement -dans l’idéal – les conflits.
    Cependant, l’expérience démontre que le taux de criminalité s’est mécaniquement réduit dans les pays socialistes, du fait justement de la résolution de certaines contradicti

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Ok si je vous comprend bien la police est l’ennemi du peuple et ne sert à rien à part défendre la bourgeoisie.
    Cela me semble simpliste.
    En effet, connaissez vous une seule société ou un seul pays sans Police, ou force de sécurité ?
    (quel pays, quel époque, etc etc)

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Le fait d’une police non-judiciarisé est, me semble-t-il, complètement illusoire. A part un enfant de 4 ans, personne ne se soumet à la loi commune sans force légitime de l’état, quel que soit le régime politique.
    La Police chinoise est-elle le modèle dont vous parlez ?

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    C’est une question pertinente.
    En régime bourgeois, la police -bourgeoisie logiquement- est un outil utilisé par la bourgeoisie pour opprimer le peuple. Cependant cela signifie t’il qu’un Etat prolétarien abolisse toute police ? Non.
    Dans les expériences des pays socialistes, la police au sens ou nous l’entendons, forces spéciales armées détachées du peuple, avait été supprimée. Elle était remplacée d’une part par une milice qui assurait la sécurité basique, et qui entretenait des rapports non-judiciarisés avec la population (en gros si tu fais une connerie, on t’engueule mais tu n’est pas soumis forcément à une amende), issue et formée par des membres du peuple, lesquels ne font pas cela à plein temps, mais exercent en parallèle d’autres activités.
    Egalement une police de spécialiste, police criminelle, chargée d’enquêter sur les crimes ou sur les délits graves, et composée -logiquement- de spécialistes formés aux méthodes d’investigation.
    Nous ne sommes pas des idéalistes et nous savons que tant que des contradictions de classe existent, les crimes crapuleux aussi. Tant que des contradictions existent entre les individus, il existera une tendance à l’entropie et à la friction, donc fatalement, il existera la nescessité de médiateurs chargés de résoudre positivement -dans l’idéal – les conflits.
    Cependant, l’expérience démontre que le taux de criminalité s’est mécaniquement réduit dans les pays socialistes, du fait justement de la résolution de certaines contradicti

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Ok si je vous comprend bien la police est l’ennemi du peuple et ne sert à rien à part défendre la bourgeoisie.
    Cela me semble simpliste.
    En effet, connaissez vous une seule société ou un seul pays sans Police, ou force de sécurité ?
    (quel pays, quel époque, etc etc)

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Le fait d’une police non-judiciarisé est, me semble-t-il, complètement illusoire. A part un enfant de 4 ans, personne ne se soumet à la loi commune sans force légitime de l’état, quel que soit le régime politique.
    La Police chinoise est-elle le modèle dont vous parlez ?

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    C’est une question pertinente.
    En régime bourgeois, la police -bourgeoisie logiquement- est un outil utilisé par la bourgeoisie pour opprimer le peuple. Cependant cela signifie t’il qu’un Etat prolétarien abolisse toute police ? Non.
    Dans les expériences des pays socialistes, la police au sens ou nous l’entendons, forces spéciales armées détachées du peuple, avait été supprimée. Elle était remplacée d’une part par une milice qui assurait la sécurité basique, et qui entretenait des rapports non-judiciarisés avec la population (en gros si tu fais une connerie, on t’engueule mais tu n’est pas soumis forcément à une amende), issue et formée par des membres du peuple, lesquels ne font pas cela à plein temps, mais exercent en parallèle d’autres activités.
    Egalement une police de spécialiste, police criminelle, chargée d’enquêter sur les crimes ou sur les délits graves, et composée -logiquement- de spécialistes formés aux méthodes d’investigation.
    Nous ne sommes pas des idéalistes et nous savons que tant que des contradictions de classe existent, les crimes crapuleux aussi. Tant que des contradictions existent entre les individus, il existera une tendance à l’entropie et à la friction, donc fatalement, il existera la nescessité de médiateurs chargés de résoudre positivement -dans l’idéal – les conflits.
    Cependant, l’expérience démontre que le taux de criminalité s’est mécaniquement réduit dans les pays socialistes, du fait justement de la résolution de certaines contradicti

    Répondre
  • 30 novembre -0001 à 0 h 00 min
    Permalink

    Ok si je vous comprend bien la police est l’ennemi du peuple et ne sert à rien à part défendre la bourgeoisie.
    Cela me semble simpliste.
    En effet, connaissez vous une seule société ou un seul pays sans Police, ou force de sécurité ?
    (quel pays, quel époque, etc etc)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *