Etudiant·e·s mobilisons nous pour nos droits ! – Tract unitaire

Etudiant·e·s mobilisons nous pour nos droits !

Depuis des décennies, les gouvernements successifs ont mené attaques sur attaques contre les droits sociaux. L’université, en tant qu’un des points centraux de l’éducation, n’a pas été épargnée. Privatisation rampante, sélection sociale, réduction des bourses sur critères sociaux… Cette offensive se poursuit aujourd’hui et s’intensifie. La forme que prennent ces attaques font que personne ne sera épargné, y compris ceux et celles qui ont déjà terminé leurs études ! La lutte contre les attaques sur l’université et les diplômes concerne l’intégralité de la société.

Battons-nous pour défendre ces droits !

220 000 exclus par Parcoursup : pas un accident, un succès pour le gouvernement.

Parcoursup représente un point névralgique actuel de la politique du gouvernement contre le supérieur. Ce n’est pas un outil d’orientation, mais de sélection. Les « voeux » des élèves sont en réalité des « mises à disposition» auprès de recruteur·trice·s, lesquel·le·s font leur marché et jettent le reste.

Tout est fait pour que les étudiant·e·s en devenir abandonnent. 180 000 étudiant·e·s qui ont quitté par résignation la plateforme soit en abandonnant les études supérieures soit en se dirigeant vers l’enseignement privé hors de prix. 220 000 jeunes, au minimum se retrouvent hors de l’enseignement supérieur public.

Le plan de filtrage social du gouvernement a fonctionné avec succès. Ce filtrage s’est abattu avant tout sur les jeunes de milieux populaires. Par exemple, le rectorat de Paris a imposé de limiter considérablement le nombre de bachelier·e·s venant de banlieue, afin de privilégier les étudiant·e·s de l’élite sociale. Les critères géographiques sont déterminants, tant pour les sélectionneur·euse·s que pour les rectorats. Avec le nouveau bac et la liquidation de celui-ci en tant que diplôme national, tout cela sera amplifié encore.

Parcoursup a également totalement désorganisé la rentrée pour les universités. L’arrivée massive d’étudiants sans affectation a provoqué une multiplication des amphis et TD surchargés. De plus, avec le nombre d’étudiant·e·s qui se trouvaient encore en attente de réponse au 5 septembre, beaucoup d’établissements ont dû faire leur rentrée sans connaître exactement leurs effectifs de première année causant des problèmes au niveau des emplois du temps, de la distribution des salles … etc.

Les dispositifs d’aides qui devaient être mis en place pour les étudiant·e·s accepté·e·s sous conditions (les fameux « Oui, si ») sont inexistants, ou seulement mis en place dans certaines filières pour un nombre très réduit d’étudiant·e·s, faute de moyens… Quant aux étudiant·e·s qui ont eu leur affectation définitive fin septembre, ceux/celles-ci ont perdu 2 à 3 semaines de cours.

Plan Licence : une nouvelle attaque.

Pour répondre à ces problèmes, le gouvernement promet un Plan Licence. Mais celui-ci empire les choses. Dans une logique de réduction des coûts de l’enseignement supérieur, il n’y aura plus de minimum d’heures en présentiel pour valider une licence : les enseignant·e·s seront peu à peu remplacé·e·s par des cours en ligne. Plus isolé·e·s les étudiant·e·s en difficulté seront largement désavantagé·e·s.

La mise en place de licences personnalisées dites «  à la carte », censées aider, aggrave le problème : le contenu et l’organisation des licences seront maintenant décidés par les établissements sous forme d’un «  contrat pédagogique » avec les étudiant·e·s qui pourront passer leur diplôme en 2, 3 ou 4 ans. Or, ces licences à la carte n’ont pas de valeur dans les conventions collectives, donc ne représentent rien sur le marché du travail.

Un diplôme passé en 4 ans, à cause du salariat étudiant, de la précarité, etc. sera moins reconnu qu’un diplôme passé en deux ans, amplifiant le tri social à l’entrée du master et aggravant nos conditions à l’entrée du marché du travail ! La compensation des notes au sein d’un semestre, la compensation des notes entre les deux semestres, ainsi que les rattrapages étaient garantis à l’échelle nationale. Mais avec l’arrêté licence ça ne sera plus qu’au bon vouloir des établissements. Or, les rattrapages ont un coût, et il n’est pas difficile d’imaginer qu’avec déjà un budget totalement insuffisant, les établissements iront faire des économies où ils peuvent, et dans ce cas en économisant encore sur nos conditions d’études et nos chances de réussite !

L’université-entreprise est pour demain.

L’argent est le nerf de la guerre. Quoi de mieux pour les banques que de remplacer les bourses du CROUS par des prêts étudiants ? Les students loans, ces dettes de milliers d’euros, seront désormais le lot quotidien des étudiant·e·s populaires, tout cela pour créer artificiellement du PIB et de la croissance.

Avec la mise en place de la rationalisation des services publics depuis 2007, les financements des universités se sont taris. Le privé est là pour prendre le relais, soi-disant. Seulement, les investisseurs ne raisonnent qu’en terme de retour sur investissement et en terme de rentabilité. Les facultés doivent faire de l’argent, être rentables, ou fermer les portes. Psychologie, sociologie, anthropologie, art du spectacle passent à la trappe.

Les universités se font la guerre pour attirer les capitaux, pour survivre, tandis que les frais d’inscription explosent. Hier, c’était les Diplômes d’université et les cours par correspondance, aujourd’hui les étudiant·e·s étranger·e·s… Demain tout le monde.

Les études deviennent des formations faites selon les intérêts des entreprises, mais payées par les étudiant·e·s. Elles sont conçues pour des besoins spécifiques et ne sont constituées que de compétences, non de qualifications. Elles n’ont de valeur qu’aux yeux des investisseurs, mais n’ont aucune reconnaissance juridique sur le marché du travail. Elles ne donnent ni droit à un statut, ni à un salaire.

Ces réformes vont détruire la valeur de nos diplômes et visent à faire de nous de la main d’œuvre servile.

De plus, cette attaque est une offensive contre le monde du travail, en créant une génération de précaires qui peuvent être sous-payés, argument permettant de tirer tous les salaires vers le bas et de frapper l’ensemble des travailleurs et des travailleuses !

Aujourd’hui, les étudiant·e·s étranger·e·s sont visés par une hausse de 1600% des frais d’inscription. Demain cette situation sera générale. Contre la hausse des frais d’inscription, contre la liquidation des diplômes, nous formons une même ligne de défense !

Pour une université accessible à toutes et tous, gratuite et critique.

Informons nos camarades étudiant·e·s, organisons nous, et Gagnons !

Nous informer, nous organiser, lutter… Et gagner ! La lutte a déjà commencé dans de nombreuses universités. Des réunions d’information, des assemblées générales se constituent pour mobiliser toutes celles et ceux qui veulent défendre l’éducation, l’enseignement supérieur, mais également leur avenir professionnel. A plusieurs reprises ces tentatives de transformer l’université en boutique ont été repoussées.

Mobilisé·e·s, organisé·e·s, nous pouvons rejeter une nouvelle fois ces projets ! Pour une université gratuite, critique et populaire !

Réunion publique le 6 Décembre sur l’arrêté licence
et pour soutenir les étudiant.e.s étranger.e.s !

12h00 – hall du bâtiment H de LYON 2 Bron

Mobilisons nous !

Organisations signataires:

NPA, Ensemble  !, Parti de Gauche (69 Rhône), Unité Communiste de Lyon, Solidaires étudiant-e-s, Génération.s, La France Insoumise, Collectif des Doctorant-e-s et Non Titulaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *