La vague réactionnaire déferle aussi en Amérique Latine !

Il n’y a pas qu’en Europe que la réaction, le fascisme, gangrènent de plus en plus les sociétés. En Amérique Latine, l’un des prés carrés de l’impérialisme US, les idées rétrogrades se développent également.

La misère volontairement entretenue par les Etats-Unis, couplée à l’échec du réformisme, ont mené à une caporalisation, et à une droitisation de la région, notamment au Brésil.

Depuis le coup d’état de la droite réactionnaire, menée par Michel Temer, et représentant les intérêts de la bourgeoisie compradore, contre le gouvernement social-démocrate de Dilma Roussef, le Brésil bascule, jour après jour, dans la réaction la plus crasse. Après s’être assurée de museler l’opposition, cette bourgeoisie compradore a présenté un sinistre personnage à l’élection présidentielle à venir : Jair Bolsonaro.

Ancien capitaine de l’armée de terre, nostalgique affiché de l’ancienne dictature militaire, ses prises de positions lui assurent le soutien d’une partie de l’armée, des évangélistes, et de la petite bourgeoisie réactionnaire. En revanche, ce personnage connaît un large rejet au sein des classes populaires, rejet qui s’est traduit par une tentative d’assassinat par arme blanche, de la part d’un militant de gauche.

Réactionnaire, misogyne et homophobe, son ascension laisse penser à une trumpisation du Brésil. Une réaction qui ne fera que placer davantage le pays dans l’orbite de Washington, en entretenant la misère, le racisme, l’homophobie et le sexisme au sein de la population. Une réaction qui s’est déjà fait un lit au Brésil, plus récemment avec le projet de loi visant à interdire l’avortement. Déjà autorisé sous de multiples conditions discriminantes (viol, risque élevé pour la vie de la mère, avec obligation d’examens médicaux coûteux, et de témoignages), ce droit déjà difficile d’accès passera tout simplement à la trappe. Les attaques contre les droits des femmes témoignent toujours du degré de caporalisation d’une société !

La vague réactionnaire déferle, soyons son barrage ! Ce samedi 29 septembre, à l’appel des femmes brésiliennes vivant à Lyon, un rassemblement se tiendra place de l’Hotel de ville à 15h. L’Unité communiste de Lyon appel à rejoindre se rassemblement, au nom de la solidarité internationaliste contre le capitalisme et les maux qu’il génère : le fascisme, et l’impérialisme.

Toutes et tous ensembles, ELE NAO !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *